Skip to main content

Alex Galchenyuk sera absent contre les Flames

L'attaquant des Canadiens s'est blessé de nouveau au même genou, Gallagher enfile les patins

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BROSSARD -- Les Canadiens de Montréal ont appris une mauvaise nouvelle, lundi, quelques minutes après avoir obtenu des signes encourageants en provenance de l'infirmerie.

Le joueur de centre Alex Galchenyuk s'est à nouveau blessé au genou droit samedi, contre les Sabres de Buffalo, et il ratera au moins le match de mardi face aux Flames de Calgary au Centre Bell (19h30 HE; RDS, SNE, SNW). Galchenyuk n'a pas pris part à l'entraînement de l'équipe lundi, lui qui s'était blessé au même endroit le 4 décembre et qui avait ensuite raté six semaines d'activités.

La gravité de cette blessure n'est cependant pas la même selon l'entraîneur Michel Therrien, et son état de santé sera réévalué quotidiennement.

« Il s'est blessé légèrement lors du dernier match. Il a été en mesure de le terminer, mais après des examens plus approfondies, l'équipe médicale a vraiment suggéré qu'il ne s'entraîne pas aujourd'hui et qu'il ne joue pas demain », a précisé Therrien.

L'attaquant de 22 ans a disputé cinq rencontres depuis son retour au jeu, le 14 janvier. Au cours de cette séquence, il a récolté deux buts et deux mentions d'assistance et semblait peu à peu retrouver la confiance qui l'animait lors des deux premiers mois de la saison. Il avait d'ailleurs amassé un but et deux aides contre les Devils du New Jersey, vendredi, après que Therrien l'eut relégué sur le troisième trio.

« Ça fait partie du processus avec les jeunes joueurs, a avancé l'entraîneur. J'ai aimé la façon dont il a joué contre les Devils. Il était très impliqué et c'est crucial pour obtenir du succès. Il s'est concentré sur ces choses. [Samedi contre les Sabres] était la première fois depuis sa blessure qu'il jouait deux matchs en deux soirs et c'est plus difficile.

« Le jeune est fier, il veut s'améliorer et il a une bonne attitude. En tant qu'entraîneur, je dois l'aider à se concentrer sur les bonnes choses. »

Gallagher et les autres blessés patinent

Même si la nouvelle de la blessure à Galchenyuk est venue assombrir la journée dans le camp montréalais, le Tricolore a tout de même eu droit à quelques rayons de soleil lorsque Brendan Gallagher, tenu à l'écart du jeu depuis le 4 janvier en raison d'une fracture à la main gauche, a enfilé les patins pour la première fois.

Il a été rejoint sur la glace secondaire du Complexe sportif Bell par le joueur de centre David Desharnais  et les défenseurs Greg Pateryn  et Andrei Markov .

Les quatre blessés ont patiné et décoché des tirs au but, sauf Gallagher qui était muni d'un bâton sans palette pour éviter qu'il soit tenté par une rondelle errante. L'attaquant n'avait pas mis les conseils des médecins en application, l'an dernier, alors qu'il se remettait d'une blessure similaire.

« Ça faisait partie du compromis, a-t-il lancé avec son sourire habituel. Je n'ai pas été un bon patient l'an dernier, donc ils ont coupé ma palette. Il paraît que c'était dans mon meilleur intérêt de le faire.

« Je n'ai jamais eu aussi peu de plaisir à jouer au hockey. L'heure a été longue. »

Gallagher a subi une opération au début du mois et il portait encore un bandage à la main gauche. Le processus de guérison se passe bien selon lui, mais il n'est pas encore en mesure de viser une date précise pour son retour au jeu. Il doit donc s'armer de patience.

« Je demande aux médecins chaque jour et j'ai hâte qu'ils me donnent le feu vert pour décocher des tirs, a-t-il déclaré. La chose la plus importante, c'est que l'os guérisse et je ne veux pas ralentir le processus. Quand ce sera guéri, je serai de retour. »

La patience doit aussi faire partie du vocabulaire de Desharnais, qui est toujours ennuyé par une blessure au genou subie le 6 décembre et qui devait s'attendre à rater entre six et huit semaines d'activités. Il semble, dans son cas, que le processus de guérison complet sera nécessaire.

« C'est dans la tête que ça se joue beaucoup, a expliqué le Québécois. Tu marches, tu penses que t'es correct et tu n'es pas au niveau où tu espérais être quand tu embarques sur la patinoire. C'est frustrant de ne pas revenir rapidement, mais c'est la procédure. Si je veux m'éviter une opération, je dois prendre le temps. »

Aucune date de retour n'a également été avancée dans les cas de Pateryn, blessé au pied depuis le 6 décembre, et de Markov, aux prises avec une blessure à l'aine.

« Ils font du progrès, a simplement dit Therrien. Nous avons hâte de retrouver ces gars-là pour un entraînement régulier et qu'ils commencent à jouer des matchs, mais c'est un pas dans la bonne direction. »

En voir plus