Skip to main content

Galchenyuk: le jeu de la chaise musicale se poursuit

Le jeune attaquant est déplacé à l'aile gauche dans un trio complété par Andrew Shaw et Artturi Lehkonen

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - La nuit a porté conseil pour l'entraîneur des Canadiens de Montréal Claude Julien qui a décidé de déplacer Alex Galchenyuk à la position d'ailier après avoir eu une bonne discussion avec le jeune attaquant, mercredi matin.

Julien a expliqué avoir pris la décision dans les meilleurs intérêts de l'individu et de l'équipe, admettant que ça ne peut qu'être bénéfique actuellement pour Galchenyuk de le délester des tâches de joueur de centre.


Au cours de la séance d'entraînement de l'équipe mercredi, Galchenyuk a patrouillé le flanc gauche de l'unité pivotée par Andrew Shaw et complétée par l'ailier recrue Artturi Lehkonen.


« J'ai apprécié ce que j'ai vu du trio à l'entraînement, a mentionné Julien. Nous verrons à compter de jeudi ce que ça va donner dans le feu de l'action. Nous allons suivre ça de près. »


Phillip Danault a renoué avec les ailiers du trio principal, Max Pacioretty et Alexander Radulov.


« C'est la raison pour laquelle on me surnomme le dépanneur », a lancé Danault avec le sourire.

Pour revenir à Galchenyuk, Julien a confié qu'il s'est montré très ouvert au changement au cours de l'entretien qu'ils ont eu ensemble.


En présence des journalistes, Galchenyuk a déclaré que ce n'est rien de nouveau pour lui parce qu'il a fait la navette souvent entre les deux positions au cours des dernières saisons.


« Je n'accorde pas d'importance à ça. Je vais tenter de jouer comme je suis capable de le faire, peu importe la position », a-t-il réitéré, en qualifiant également de positif la discussion qu'il a eue avec l'entraîneur.


Galchenyuk s'exaspère à toutes les fois qu'on lui pose des questions sur le sujet.

Julien a également trouvé qu'on faisait un trop grand plat « d'une décision toute simple ».

« On a parlé d'Alex hier soir et encore aujourd'hui. Je trouve qu'on amplifie la situation, a-t-il déploré. Il est le quatrième meilleur marqueur de notre équipe. C'est un bon joueur de hockey. Ça ne veut pas dire qu'il n'est pas un bon joueur parce qu'on le mute à l'aile. Ça veut dire que nous le plaçons dans une position pour avoir du succès et que nous allons nous mettre comme équipe dans la position d'avoir du succès. C'est tout simplement ça. »


Julien n'a pas tenu à trop élaborer quant aux lacunes de Galchenyuk à la position de centre, soit les mises au jeu et son manque de fiabilité en défense. Il l'a simplement invité à redoubler d'ardeur à l'entraînement sur les mises au jeu, qui représente sa grande lacune.


« On aime toujours travailler à l'amélioration de ses atouts, mais c'est un défi de travailler sur ses lacunes. Les gars qui le font finissent par s'améliorer. On l'encourage à pratiquer l'aspect des mises au jeu. Un entraîneur n'aime pas faire ça et ce n'est pas agréable pour un joueur de se faire retirer de la patinoire parce qu'il a des problèmes sur les mises au jeu. Il (Galchenyuk) doit aussi ne pas hésiter de jaser avec des gars expérimentés afin d'obtenir des trucs, » 

Galchenyuk, qui s'élance de la gauche, devrait continuer de disputer des mises au jeu aux côtés du droitier Shaw qui va par ailleurs renouer avec une position qui lui est familière.


« C'est ma sixième année dans la Ligue nationale et je dirais que j'ai évolué au centre pendant la moitié du temps, a estimé Shaw. Je suis à l'aise à cette position. Vous touchez plus souvent à la rondelle, vous déployez plus de vitesse. Je dois simplement retrouver mes repères en territoire défensif ainsi que mes réflexes sur les mises au jeu. J'ai travaillé là-dessus à l'entraînement aujourd'hui. »


Danault, comme Bergeron


Danault a dit accepter avec humilité la tâche qu'on lui confie de relancer Pacioretty et Radulov. Julien sait que la combinaison peut fonctionner, comme elle déjà l'a démontrée.

« Je suis là pour dépanner, amener de l'intensité et un équilibre dans les quatre trios, a évoqué le hockeyeur natif de Victoriaville. J'ai cette capacité de bien épauler mes coéquipiers. C'est un de mes atouts depuis que je suis tout jeune et ça n'a heureusement pas changé. »

Le principal ingrédient de sa recette, a-t-il soutenu, c'est son ardeur à la tâche.

« Je ne dois jamais modifier mon style. Si je le fais ça ne fonctionnera plus. Le principal facteur pour moi, c'est mon intensité. Si je ne suis pas en mouvement, je ne serai pas efficace peu importe avec quel trio je jouerai. »
Danault a dit aspirer à devenir un joueur de centre complet de la trempe de Patrice Bergeron des Bruins de Boston.

« C'est mon modèle, mon idole. J'ai eu la chance de m'entraîner avec lui l'été dernier. C'est un grand joueur qui est excellent dans tous les aspects du jeu et qui bataille à chacune de ses présences sur la glace. Il dit qu'il veut être meilleur à l'attaque, mais je le trouve déjà très bon. C'est le type de joueur que je veux être. »
L'entraîneur Julien, qui a dirigé Bergeron pendant 10 ans à Boston, a dit que Bergeron est un excellent modèle à avoir pour un jeune comme Danault.

« Dans les discussions que j'ai avec Phillip, il me mentionne qu'il veut s'établir comme un joueur complet. J'aime son attitude et l'exemple qu'il essaie d'imiter (Bergeron). C'est un luxe pour un entraîneur de miser sur un joueur qui se tire bien d'affaires dans toutes les zones de la patinoire. »

Pour ce qui est des deux autres trios Du CH en vue de jeudi, le vétéran Tomas Plekanec devrait avoir Paul Byron et Brendan Gallagher comme ailiers tandis que Michael McCarron devrait pivoter la quatrième unité entre Andreas Martinsen, à gauche, et Torrey Mitchell, à droite.


Dwight King, qui a pris part à tous les matchs du CH depuis son acquisition des Kings de Los Angeles, et Steve Ott étaient les attaquants en trop.


En défense, Andrei Markov a eu congé d'entraînement, mais Julien a assuré que le vétéran russe sera à son poste, jeudi.

 

 

 

En voir plus