Skip to main content

Aaron Ekblad s'impose beaucoup de pression

Le jeune défenseur des Panthers a à coeur de s'acquitter de tâches plus importantes

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

DETROIT -- Nous devrions tous avoir des problèmes comme Aaron Ekblad. Cette saison, le défenseur des Panthers de la Floride a marqué six buts, ce qui le place au quatrième rang chez les défenseurs de la LNH et il a obtenu 77 tirs, ce qui lui confère le deuxième rang chez les arrières.

Tout est relatif et on peut avancer qu'Ekblad, qui n'est âgé que de 20 ans, met toujours la barre la plus haute possible. Il a été le tout premier choix du repêchage 2014 de la LNH et a mérité le trophée Calder, attribué au joueur recrue par excellence à l'issue de la saison 2014-15.

Après une très bonne deuxième campagne, les Panthers lui ont accordé une prolongation de contrat de huit ans, le 1er juillet, en plus de le nommer adjoint au capitaine de l'équipe.

Pour diverses raisons, Ekblad connaît un début de saison difficile, à l'instar de l'équipe. La haute direction a congédié l'entraîneur Gérard Gallant, dimanche, et les Panthers ont procuré au nouveau pilote Tom Rowe sa première victoire dans la LNH en défaisant les Red Wings de Detroit 2-1 en prolongation, jeudi.

Ekblad peine offensivement -- il n'a amassé qu'une aide en 24 matchs -- et son temps de possession de rondelle a grandement diminué. Il semble toutefois être sur la voie du redressement. Tout comme l'équipe, il doit faire les ajustements aux nombreux changements et aller de l'avant.

« Je lui ai dit de se détendre, d'avoir du plaisir et de ne pas s'imposer de pression indue, a indiqué Rowe. Je pense que c'est ce qu'il fait. Il veut être le meilleur. Depuis qu'il porte le 'A' sur son chandail, il s'acquitte de plus de tâches. Il est également tributaire du statut qu'il possède au sein de la ligue et dans notre formation.

« Il doit garder en tête que ce n'est qu'un jeu et que tout le monde fait des erreurs. Tout ce que je lui demande, c'est de venir travailler fort à tous les jours. »

Ekblad a toujours été un athlète intense. C'est une des explications à la progression vertigineuse qu'il a connue. Un soir au cours de sa première saison, alors qu'il n'était âgé que de 18 ans et qu'il demeurait en compagnie du capitaine Willie Mitchell, il fulminait parce qu'il avait commis une erreur.

« Nous avons perdu le match, et c'est de ma faute », vociférait-il.

« Non ce n'est pas de ta faute, lui avait répliqué Mitchell. Ce n'était qu'une séquence dans la rencontre. »

Mitchell arborait un large sourire en relatant l'anecdote plus tard au cours de la saison.

« C'est ce type de pression qu'il se met sur les épaules a indiqué Mitchell. Il pense pouvoir faire la différence à chacun matchs même à 18 ans. »

Alors, imaginez comment Ekblad peut réagir à 20 ans, avec deux saisons derrière la cravate et un « A » sur le chandail.

Mitchell, un mentor, a disputé son dernier match le 18 janvier dernier. Sa carrière est à toutes fins utiles terminée en raison de commotions cérébrales.

Brian Campbell, un autre mentor et ancien partenaire de jeu à la ligne bleue, a quitté en signant un contrat avec les Blackhawks de Chicago à titre de joueur autonome le 1er juillet.

Les Panthers ont métamorphosé leur groupe de défenseurs. Ils ont échangé Erik Gudbranson et Dmitry Kulikov. Ils ont fait l'acquisition des Jason Demers, Jakub Kindl, Mark Pysyk et Keith Yandle, en plus de faire graduer Michael Matheson des ligues mineures.

Les Panthers n'ont pas choisi Ekblad à titre de capitaine, donnant plutôt le titre au vétéran joueur de centre Derek MacKenzie.

« Nous ne voulions pas lui imposer de pression additionnelle, a avoué Rowe. Être capitaine est une responsabilité énorme et puisque nous possédons des vétérans qui peuvent être de bons modèles, nous pensons que c'était la bonne façon de faire. »

Mais être adjoint au capitaine comporte aussi son lot de responsabilités, surtout quand les choses ne tournent pas rondement.

Ekblad a subi une commotion cérébrale au cours du tournoi de la Coupe de Monde, comme porte-couleur d'Equipe Amérique du Nord, composée de joueurs âgés de 23 ans ou moins du Canada et des Etats-Unis. Rowe a avoué que « cela lui a peut-être été nuisible. »

Quand Ekblad est revenu au jeu avec les Panthers, ses partenaires habituels n'y étaient plus. Il a joué avec Yandle, Matheson et Kindl.

« C'est toujours difficile de créer une cohésion quand tu évolues avec de nouveaux coéquipiers », a relevé Ekblad.

Il a marqué un but en 10 matchs lors du début de saison de 4-5-1 de la Floride. Il a en inscrit deux autres au cours des 15 rencontres suivantes, pendant lesquelles les Panthers ont conservé un dossier de 7-7-1. Même s'il a compté quatre fois en sept parties par la suite, il n'avait toujours pas récolté de mention d'aide au moment du congédiement de Gallant. Ses coéquipiers n'atteignaient tout simplement pas le filet avec leurs lancers.

« Je lui ai parlé un peu », a révélé Campbell mardi quand les Panthers ont joué à Chicago. « Je sais qu'on l'a utilisé avec plusieurs coéquipiers. C'est souvent difficile…. et changer d'entraîneur peut aussi être frustrant.

« Les joueurs n'apprécient vraiment pas quand il y a trop de changements. Ils préfèrent la stabilité et savoir ce qu'ils ont à faire. »

« Je pense aussi que d'être adjoint au capitaine augmente son niveau de stress, a argué Campbell. Je ne dis pas qu'il n'y a que cet aspect. C'est juste un peu différent et je suis certain que l'atmosphère dans le vestiaire a changé. »

Rowe peut peut-être aider. Il a modifié le style de jeu de l'équipe en défense, en privilégiant une couverture de zone plutôt qu'une couverture homme pour homme. L'objectif est que l'équipe puisse quitter son territoire plus rapidement. Le moins de temps vous passez dans votre zone, le mieux que c'est. Rowe met également l'accent sur le rythme de jeu et demande aux joueurs de foncer vers le filet. Ekblad a le talent pour accélérer le jeu et si ses coéquipiers se dirigent plus souvent au but, la rondelle se retrouvera peut-être plus souvent au fond du filet. Ce qui lui permettrait d'amasser plus de points.

« Il recommence à jouer comme il est capable et il s'est très bien adapté à son nouveau rôle de leader, a mentionné le directeur général adjoint Eric Joyce. C'est difficile pour un gars de 20 ans de se tenir devant des joueurs qui plus âgés et de leur dire: 'Vous ne faites pas le travail'. C'est dur, mais il le fait et il s'améliore dans ce rôle. »

Devenir meilleur, c'est également réaliser que vous le devenez.

« Je tente de ne pas être trop exigeant envers moi-même, a dit Ekblad. Je suis encore très jeune. Je vais devenir un meilleur leader. Je ne dois pas trop me tourmenter parce que ça risque de me nuire si je pense à trop de choses. »

De dire Campbell : « Je ne m'inquiéterais pas trop pour Aaron ».   

En voir plus