Skip to main content

5 Questions : Jets de Winnipeg

Les unités spéciales et les gardiens de but au cœur des préoccupations

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

Chacune des 30 équipes de la LNH vit des hauts et des bas au cours d'une saison. Voici cinq questions cruciales qui décideront du sort des Jets de Winnipeg en 2016-17 :

Qui arrêtera les rondelles?

La dernière saison des Jets a été marquée par le jeu irrégulier des gardiens de but. La saison dernière, les gardiens des Jets ont compilé un pourcentage d'arrêt moyen de ,909, à égalité au 23e rang dans la LNH, au point que l'identité du gardien de but no 1 de l'équipe était de moins en moins claire. Au début de la saison à venir, tous les regards se tourneront sur le gardien d'expérience Ondrej Pavelec, tenu à l'écart du jeu du 23 novembre au 13 février dernier, qui a compilé un taux d'efficacité de ,904, un pourcentage d'arrêt inférieur à sa moyenne en carrière de ,907. Pavelec commence la dernière année d'un contrat de cinq ans évalué à 19,5 millions $ (salaire annuel moyen de 3,9 millions $) et ni lui ni les Jets ne peuvent se permettre une contre-performance semblable à celle de la saison 2015-16. Son successeur potentiel est Connor Hellebuyck, 23 ans, qui l'a remplacé pour la majorité des matchs durant son absence. Hellebuyck a remporté ses quatre premiers départs, mais a compilé une fiche de 2-5-0 à ses sept derniers matchs, ayant été retiré du match au cours de deux de ses trois derniers départs. Michael Hutchinson, dont le rendement a été irrégulier au cours de ses deux saisons avec les Jets, a remporté deux matchs entre le 22 novembre et le 13 mars. Il pourrait avoir une nouvelle chance de faire ses preuves, étant donné qu'il a signé une prolongation de contrat de deux ans et qu'il n'est plus éligible au repêchage d'expansion.

Les unités spéciales peuvent-elles devenir un atout pour l'équipe?

Les Jets ont connu des difficultés sur le jeu de puissance et en désavantage numérique. Leur jeu en supériorité numérique s'est classé au 30e rang (14,8 %), générant le moins de buts dans la Ligue (38 buts). Le désavantage numérique de l'équipe s'est classé au 25e rang (78,4 %) et a accordé 61 buts en avantage numérique; seuls les Coyotes de l'Arizona ont alloué plus de buts (69). Des ajustements seront apportés, notamment en situation d'avantage numérique grâce à la présence probable à l'aile gauche de la recrue Patrik Laine. De meilleures performances des gardiens de but et l'amélioration du jeu à court d'un homme, amorcé dans la dernière étape de la saison dernière (83,9 %) seront essentielles aux succès de l'équipe.

Quelle sera la fiche des Jets contre leurs rivaux de la section Centrale?

À chacune des trois saisons depuis le réalignement de 2013, cinq équipes de la section Centrale ont participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Les Jets y ont participé en 2014-15, terminant au 5e rang de leur section avec une récolte de 99 points au classement. Mais une glissade de 21 points la saison dernière s'est traduite par un 7e rang dans la section Centrale. Winnipeg devra donc dépasser au moins deux équipes de sa section pour décrocher une place en séries. Les affrontements entre les équipes d'une même section sont cruciaux et les Jets ont compilé une maigre fiche de 11-16-2 contre leurs rivaux de la section Centrale la saison dernière. Au cours de la saison 2014-15, une fiche de 16-8-5 avait permis à Winnipeg de se tailler une place en séries.

Les Jets parviendront-ils à faire de la place aux jeunes tout en s'améliorant?

Les Jets sont manifestement engagés à suivre un plan axé sur le repêchage et le développement depuis 2011, année au cours de laquelle l'organisation a déménagé d'Atlanta pour s'établir à Winnipeg. La saison dernière, l'équipe comptait sur l'un des alignements les plus jeunes de la Ligue. Le camp d'entraînement a démontré que d'autres jeunes joueurs pourraient être prêts à faire le grand saut dans la Ligue. En effet, les attaquants Laine, 18 ans, et Kyle Connor, 19 ans, ainsi que le défenseur Josh Morrissey, 21 ans, pourraient commencer la saison dans la LNH.

Combien de temps encore durera la saga Jacob Trouba?

Le 24 septembre, Kurt Overhardt, l'agent du joueur autonome avec compensation, a dévoilé que son client avait demandé d'être échangé. Trouba n'a pas participé au camp d'entraînement et pourrait devoir patienter jusqu'à la date limite du 1er décembre pour signer un contrat, soit avec les Jets ou avec une autre équipe, et pouvoir jouer dans la LNH cette saison. Des décisions difficiles attendent le directeur général Kevin Cheveldayoff, tandis qu'il évalue les offres de transaction qui lui sont proposées et décide d'un plan d'action.

En voir plus