Skip to main content

5 questions : Canadiens de Montréal

Alex Galchenyuk s'établira-t-il comme le « gros » joueur de centre tant espéré et assistera-t-on au réveil de l'attaque massive?

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Chacune des 30 équipes de la LNH vit des hauts et des bas au cours d'une saison. Voici cinq questions cruciales qui décideront du sort des Canadiens de Montréal en 2016-17 :

Comment s'exercera le leadership à l'an 2 de Pacioretty comme capitaine?

Le leadership sera un mot en vogue dans l'entourage des Canadiens parce que la première année de capitanat de Max Pacioretty a été très houleuse. Les dirigeants ne cachent pas que le gardien Carey Price est le grand meneur de l'équipe. En son absence la saison dernière, Pacioretty, P.K. Subban, Andrei Markov et Tomas Plekanec ont failli à la tâche. Le groupe de leaders sera plus fort cette saison avec Shea Weber et Andrew Shaw. Pacioretty sera nettement mieux appuyé dans les moments de tourmente. Il sera également intéressant de voir si les relations entre l'entraîneur Michel Therrien et le capitaine seront harmonieuses, à la suite de la controverse impliquant les deux hommes qui a éclaté avant le début du camp d'entraînement.

Alex Galchenyuk s'établira-t-il comme un joueur de centre numéro un?

Le troisième joueur réclamé lors de la séance de repêchage 2012 de la LNH élèvera-t-il son niveau de jeu à un autre palier supérieur, après avoir titillé les partisans vers la fin de la saison dernière? Les Canadiens sont en manque d'un joueur de centre numéro un digne de ce nom depuis plusieurs saisons. À l'âge de 22 ans, Galchenyuk paraît prêt à prendre son envol, après avoir connu des saisons de 27 (en 48 matchs), de 31, de 46 et de 56 points, à ses quatre premières campagnes dans la LNH.

Il a atteint le plateau des 30 buts grâce à une irrésistible poussée, la saison dernière. Celui des 40 buts n'est sûrement pas inatteignable cette saison.

Assistera-t-on au réveil du jeu de puissance?

Le directeur général Marc Bergevin a pris le taureau par les cornes afin de régler la grande lacune de l'équipe pour de bon. Avec les Kirk Muller, le nouvel entraîneur à qui on a confié la tâche de la relance de l'attaque massive, Shea Weber et Alexander Radulov, elle ne peut que s'améliorer.

L'équipe a eu du succès en supériorité numérique au cours de la dernière décennie quand elle misait sur un défenseur (Sheldon Souray, Mark Streit, Marc-André Bergeron) qui décochait des missiles en provenance de la ligne bleue. Avec Weber, elle sera admirablement bien servie.

L'attaque permettra-t-elle à Carey Price de souffler quelque peu?

Les Canadiens ont pris le 16e rang de la LNH au chapitre des buts marqués, avec 216, la saison dernière. Ce qui n'est pas vilain. Par contre, l'équipe a causé sa propre perte en connaissant un passage à vide à l'attaque au moment où elle avait le plus besoin de victoires.

Carey Price peut gagner des matchs à lui seul, mais il ne peut pas tout faire seul. L'attaque devra lui permettre de souffler quelque peu, même si on privilégiera à la base une approche hermétique en défense.

Le Tricolore ne pourra pas non plus ne miser que sur un seul trio, celui d'Alex Galchenyuk avec Max Pacioretty et Brendan Gallagher. Le vétéran Tomas Plekanec devra s'approcher de la marque des 60 points, surtout s'il a Radulov à ses côtés.

David Desharnais devra connaître une saison plus productive, après n'avoir amassé que 29 points en 2015-16.

Les jeunes sauront-ils faire leur place?

La relève tarde à se pointer le bout du nez. À l'exception de Daniel Carr, les jeunes n'ont pas réellement saisi la chance qu'on leur a offerte la saison dernière, au moment où l'équipe s'est effondrée comme un château de cartes.

C'est la raison pour laquelle on avait hâte de voir de quel bois se chauffait le jeune finlandais Artturi Lehkonen, à son arrivée en Amérique. Lehkonen, âgé de 21 ans, se voit fournir une occasion unique et les dirigeants apprécient ce qu'il leur montre. Il pourrait avoir devancé Sven Andrighetto, 23 ans, dans la hiérarchie des jeunes attaquants.

Les Canadiens ont une décision importante à prendre dans le cas de Lehkonen parce qu'il retournera jouer dans la Ligue élite de la Suède si on juge qu'il n'est pas encore mûr.

Les dirigeants doivent se poser la question à savoir si disputer une autre saison sur les grandes surfaces de jeu européennes peut retarder sa progression.

Michael McCarron est un autre jeune qui cogne à la porte. Le premier choix de 2013 a du temps devant lui, comme le premier choix de 2014 Nikita Scherbak. On ne peut pas en dire autant pour les attaquants Charles Hudon et Stefan Matteau, qui devront absolument ne pas louper leur prochaine chance.

L'équipe a une autre décision cruciale à prendre dans le cas du défenseur Mikhail Sergachev, son premier choix au repêchage en juin dernier (neuvième au total). Le Russe est physiquement prêt. L'est-il sur le plan de la vitesse et de l'exécution? On pourrait se donner le début de la saison pour le vérifier.

En voir plus