Skip to main content

5 clés: match no 5, Sharks-Blues

San Jose doit jouer désespérément; St. Louis a besoin que Tarasenko fournisse des buts

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

ST. LOUIS -- Les Sharks de San Jose et les Blues de St. Louis disputeront le cinquième match de la finale de l'Association de l'Ouest lundi au Scottrade Center (20h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN). La série quatre de sept est égale 2-2.

Voici les cinq clés du match no 5:

1. Combler le vide

Les attaquants des Blues David Backes et Robby Fabbri ont quitté le match no 4 en raison de blessures et ils ne se sont pas entraînés lundi matin. L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a indiqué que chaque joueur participera à la période de réchauffement avant qu'une décision ne soit prise sur leur statut. Vont-ils jouer? Et s'ils jouent, à quel point seront-ils efficaces?

Fabbri mène St. Louis avec 14 points (trois buts) dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Backes figure à égalité avec Vladimir Tarasenko et Troy Brouwer au premier rang de l'équipe avec sept buts et il est à égalité avec Tarasenko et Jaden Schwartz au deuxième rang avec 13 points.

« Personne ne sait vraiment ce qui se passera, a confié l'attaquant des Blues Kyle Brodziak. C'est peut-être la première fois pendant ces séries que nous devons gérer des blessures. Si c'est le cas, ce ne sera rien de nouveau pour nous, après la saison régulière que nous avons vécue. Je doute que nous ayons été à plein régime à un seul moment de la saison. Quoiqu'il arrive, nous aurons toute confiance que l'homme qui jouera ce soir va tirer plein profit de son opportunité, et nous croyons que nous pouvons tous élever notre jeu d'un cran. »

2. Renverser la vapeur

Après la défaite de 6-3 des Sharks dans le match no 4, ils ont admis que les Blues étaient plus désespérés parce que ces derniers avaient mal joués dans les matchs no 2 et 3, eux qui ont perdu les deux rencontres par une marque combinée de 7-0, et ils ne voulaient pas retourner à domicile en accusant un retard de 3-1.

C'est maintenant au tour des Sharks d'augmenter leur désespoir à la suite d'une performance médiocre. Ils ne veulent pas retourner à San Jose avec un déficit de 3-2 dans la série.

« C'est drôle, la série de sept matchs, a noté le défenseur des Sharks Marc-Edouard Vlasic. Tant d'histoires. En vue du match no 4, c'était "Les Blues peuvent-ils répondre?". 60 minutes plus tard, c'est désormais "Les Sharks peuvent-ils répondre?" Mais la série est égale 2-2. C'est incroyable. Il y aura des hauts et des bas dans les séries, tout comme dans la saison régulière. Tu peux le voir ici. Mais chaque équipe sera désespérée ce soir pour obtenir cette troisième victoire. »

3. Relancer le Russe

Tarasenko a inscrit quatre buts et récolté 13 points pendant le tournoi printanier, mais il n'a récolté aucun point pendant cette série. Il s'agit de sa plus longue disette des séries éliminatoires.

Il a parlé de ses discussions avec les entraîneurs, avec sa décision de mettre de côté ses buts personnels afin d'aider l'équipe, et il l'a fait dans le quatrième match. Les Blues ont toutefois besoin qu'il produise des buts, surtout dans l'absence de Fabbri, Backes, ou les deux.

« Je crois qu'il doit garder le cap, a dit le défenseur des Blues Kevin Shattenkirk. Je pense que dans le dernier match, il a fait beaucoup de bons jeux loin de la rondelle, des jeux que nous n'avons pas souvent vus de lui. Son échec-avant était beaucoup mieux. S'il continue de faire ces petites choses qui le mettront au bon endroit au bon moment, les buts viendront. »

4. Livraison spéciale

Les Sharks ont entamé la série avec le meilleur jeu de puissance parmi les quatre participants dans les finales d'association. Après quatre matchs, les Blues les ont dépassés. Les unités spéciales de St. Louis ont dominé dans la série, présentant un taux de réussite de 3-en-13 en avantage numérique et de 13-en-15 en infériorité numérique avec un but.

Dans le match no 4, les Blues ont touché la cible deux fois en avantage numérique grâce aux passes vives qui trouver les trous dans la couverture des Sharks, et ils ont provoqués des revirements en infériorité numérique.

Les Sharks devront faire un meilleur travail en résistant aux entrées de zone, en dégageant des rondelles et en combler les trous en infériorité numérique, et ils devront décocher plus de tirs avec l'avantage d'un homme.

« Nous pouvons certainement mieux faire, a admis le capitaine des Sharks Joe Pavelski. C'était un point fort de notre jeu. Nous avons donné un but en infériorité numérique et quelques contre-attaques, tu ne veux jamais les leur donner. »

5. Gagner la course

Les Sharks et les Blues veulent faire la même chose: éviter l'échec-avant, quitter la zone défensive, générer de la vitesse en territoire neutre, établir leur propre échec-avant, maintenir la pression en zone offensive et épuiser les adversaires. L'équipe qui a inscrit le premier but a remporté chaque match de la série.

Chaque équipe veut être la première à imposer sa volonté à l'autre lundi.

« Je suis sûr qu'ils veulent tenter de faire des jeux plus vite pour contrer notre pression, a dit Shattenkirk. C'est ce que nous avons fait contre eux. C'est une question de l'équipe qui atteint d'abord ce niveau de jeu. »

En voir plus