Skip to main content

5 clés : match no 3, Blues-Sharks

Des sorties de zone et un échec avant fructueux pourraient faire pencher la balance du côté de San Jose

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

SAN JOSE - Les Blues de St. Louis et les Sharks de San Jose vont disputer le match no 3 de la finale de l'Association de l'Ouest jeudi au SAP Center (21 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC). La série quatre de sept est égale 1-1.

Voici les cinq clés de la troisième rencontre :

 

1. ÊTRE SPÉCIAL

Les unités spéciales ont été primordiales jusqu'ici. Les Blues ont affiché un rendement de 1-en-2 sur le jeu de puissance et de 3-en-3 en infériorité numérique dans le match no 1, et l'ont emporté 2-1. Les Sharks ont maintenu une efficacité de 2-en-5 en avantage numérique et de 6-en-6 à court d'un homme dans la deuxième rencontre, et ont gagné 4-0.

L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a averti ses joueurs que plus longtemps les joueurs des Sharks maîtrisent la rondelle, plus ils devenaient dangereux en avantage numérique, alors ses joueurs ont été plus agressifs à court d'un homme dans la première rencontre, et ont empêché les Sharks de s'installer. Les Sharks se sont ajustés dans le match no 2 en cherchant à tirer immédiatement au filet, forçant ainsi les Blues à reculer.

Il faut s'attendre à d'autres ajustements. Bien que les Sharks aient été parfaits en infériorité numérique dans le match no 2, ils ont trouvé certaines choses à améliorer. Ils ont accordé cinq tirs et une bonne chance de marquer au cours d'un désavantage numérique de quatre minutes en troisième période.

« Ils obtiennent encore de bonnes chances de marquer, surtout en avantage numérique, alors nous devrons faire un peu mieux », a indiqué l'entraîneur des Sharks Peter DeBoer.

2. DEMEURER CALME

Deux fois à St. Louis, DeBoer s'est assuré de mentionner que les Blues faisaient partie des équipes les plus pénalisées de la LNH. L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a répliqué que son équipe n'allait pas « se plaindre » pour faire en sorte que les arbitres sévissent.

« Je ne faisais que souligner les faits, s'est défendu DeBoer. Les faits sont que St. Louis écope de punitions, et que cela est arrivé souvent, et ce tout au long de la saison. C'est un fait, tout comme les tirs, le rendement en avantage numérique et toutes les autres statistiques avancées qui existent. [… Mon point était qu'ils jouent ainsi, et qu'il faut les faire payer en avantage numérique lorsqu'ils le font, et c'est ce que nous avons fait au cours du dernier match. »

Le problème pour les Blues ne résidait pas dans les commentaires de DeBoer, mais bien dans la frustration et le manque de discipline. Deux punitions en particulier ont irrité Hitchcock, puisqu'elles ont été le résultat d'une réplique.

« C'est un signe que l'autre équipe détient un petit avantage, a reconnu Hitchcock. Ils vous font réagir à tout ce qui se passe sur la glace. »

3. S'IMPLANTER EN ZONE ADVERSE

Les deux équipes veulent exercer un bon échec avant et remporter une bataille d'usure en zone offensive, mais une seule l'a fait de manière constante jusqu'ici : San Jose.

Les Sharks veulent continuer de poursuivre dans la même veine.

« C'est ce qui fait fonctionner notre jeu offensif : envoyer la rondelle au bon endroit, s'amener avec de la vitesse, s'amener avec la bonne trajectoire, a résumé l'attaquant des Sharks Tommy Wingels. Il faut forcer les autres équipes à jouer dans leur zone, surtout contre une formation comme les Blues. »

Les Blues doivent attaquer davantage en unité de cinq joueurs, envoyer le disque dans de meilleurs endroits et en profiter si le gardien des Sharks Martin Jones demeure dans son demi-cercle.

« Jones ne semble pas sortir souvent de son filet, alors nous devons en profiter en envoyant la rondelle avec force le long de la rampe pour contraindre leurs défenseurs à effectuer des jeux plus difficiles et à tourner leur dos pour récupérer les rondelles, a expliqué le défenseur des Blues Kevin Shattenkirk. Nous devons nous assurer de fonctionner ainsi quand nos attaquants s'amènent dans leur zone avec de la vitesse. Je pense que bien des fois, nous nous dépêchons de rejeter le disque dans leur territoire alors que nos joueurs sont en train de changer. Nous devons nous assurer que nous avons cinq joueurs sur la patinoire et que nous sommes bien synchronisés. »

4. SORTIR DE SON TERRITOIRE

L'autre côté de cette médaille, c'est que les Blues ont eu de la difficulté à sortir de leur zone, alors que les Sharks ont fait de l'excellent travail pour sortir de la leur.

« Nous devons effectuer de meilleures sorties de zone, a admis Shattenkirk. Nous devons reconnaître qu'il s'agit parfois d'un meilleur choix de simplement envoyer la rondelle plus loin le long de la rampe et de remporter la bataille à la ligne bleue plutôt que de tenter un jeu de finesse en fond de territoire. »

Les Sharks ont fait du bon travail pour communiquer entre eux et se soutenir les uns les autres, et ils vont être à l'affût dans le match no 3, au cas où les défenseurs des Blues commenceraient à s'avancer plus souvent.

« Je crois qu'ils vont probablement s'amener avec un peu plus d'intensité, a mentionné le défenseur des Sharks Paul Martin, et leur défensive va être un peu plus agressive le long des rampes, alors qu'ils vont tenter d'établir un échec avant. Ce sera donc encore plus important pour nous d'être alertes sur nos sorties de zone et de nous assurer de sortir la rondelle. »
 
5. SURVEILLER TARASENKO

L'attaquant des Blues Vladimir Tarasenko a obtenu 16 tentatives de tirs depuis le début de la série, soit cinq de plus que n'importe lequel de ses coéquipiers, et il a bénéficié d'une excellente chance de marquer tôt dans la deuxième rencontre lorsqu'il a battu de vitesse Martin pour lui subtiliser la rondelle, avant de s'échapper. Il n'a toutefois pas encore obtenu de point.

Les Blues ont besoin qu'il se mette à produire, et les Sharks doivent continuer à le réduire au silence. La plus longue disette sans point de Tarasenko au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. C'était en deuxième ronde de l'Association de l'Ouest contre les Stars de Dallas. Il a récolté deux buts et trois passes au cours des deux matchs suivants.

« Je pense que des joueurs comme lui vont toujours obtenir des chances de marquer et des tirs, a souligné Martin. Il faut simplement tenter de demeurer devant lui, et devant ses tirs si possible. Nous devons aussi nous assurer que nous avons des joueurs le plus près possible de lui, de ne pas lui laisser du temps et de l'espace. »

 

En voir plus