Skip to main content

5 choses que vous ne saviez pas sur Auston Matthews

Le meilleur espoir en vue du repêchage 2016 se confie au LNH.com après son entrevue avec les Maple Leafs au Combine

par Mike G. Morreale @mikemorrealeNHL / Journaliste NHL.com

BUFFALO - L'entretien d'embauche le plus important de la jeune carrière d'Auston Matthews a eu lieu mardi au Combine de la LNH au First Niagara Center, alors que celui qui devrait être repêché au tout premier rang du repêchage 2016 de la LNH a rencontré les Maple Leafs de Toronto.

Toronto possède le premier choix au total du prochain repêchage, qui aura lieu les 24 et 25 juin au First Niagara Center. Matthews, natif de Scottsdale, en Arizona, cherche à devenir le premier Américain à être repêché au tout premier rang depuis Patrick Kane par les Blackhawks de Chicago en 2007.

 

Matthews, qui occupe le premier rang du classement final des patineurs internationaux du Bureau central de dépistage, a trouvé que l'entrevue s'était déroulée dans une ambiance d'affaires.

« Je crois que la rencontre et l'entrevue se sont bien passées, a affirmé Matthews. Ils ont surtout cherché à apprendre à me connaître. Je ne me suis rien fait demander qui sort de l'ordinaire, rien qui puisse me déstabiliser. »

En plus du personnel de dépisteurs, le directeur général des Maple Leafs Lou Lamoriello était présent à l'entrevue et a écouté chaque mot.

« M. Lamoriello ne m'a pas posé de question, il se contentait d'observer et d'écouter », a expliqué Matthews.

Matthews a joué pour Zurich cette saison dans la Ligue nationale A, la meilleure ligue professionnelle de Suisse. Il a récolté 24 buts et 46 points en 36 parties, a remporté le titre d'Étoile montante de la ligue en plus de terminer deuxième au scrutin du joueur le plus utile.

Aujourd'hui, la plupart de ses exploits ont été rapportés à multiples reprises. Dans le cadre d'une entrevue avec le LNH.com, Matthews a dévoilé cinq choses que vous ne savez peut-être pas à propos de lui.

1. Matthews a déjà été meilleur au baseball qu'au hockey.

« J'aimais vraiment beaucoup le baseball puisque mon père et mon grand-père y ont joué lorsqu'ils étaient jeunes. J'aimais surtout frapper, c'était ma principale force. J'aimais aussi évoluer à la position de receveur. C'est habituellement le père qui amène son fils à l'aréna, mais c'est différent lorsque l'on vient de l'Arizona. Mon père (Brian) a joué au baseball à l'université. J'aimais beaucoup le baseball, et j'aurais certainement aimé y jouer, mais le hockey est devenu ma principale passion. »

2. Matthews a assisté à son premier match de hockey à l'âge de deux ans, et a commencé à pratiquer ce sport quatre ans plus tard.

« Mon père et mon oncle (Billy Matthews) m'ont emmené à mon premier match des Coyotes de Phoenix lorsque j'avais deux ans. Je ne me souviens pas de grand-chose, mais à mesure que les années ont passé, je me souviens m'être dit que ce sport était très rapide. C'était très intéressant à regarder, et lorsque j'ai commencé à jouer, j'ai été encore plus intrigué. Je ne peux l'expliquer. La passion de ce sport m'est venue naturellement. »

3. Une fracture du fémur subie alors qu'il était membre de l'équipe des moins de 17 ans du Programme de développement de l'équipe nationale (NTPD) de USA Hockey lui a appris des leçons utiles qu'il a utilisées cette saison lorsqu'il s'est blessé en Suisse.

Matthews s'est fracturé le fémur à son deuxième match avec l'équipe des moins de 17 ans du NTPD à la suite d'une collision genou contre genou le 14 septembre 2013. Il est revenu au jeu le 6 décembre 2013, et a conclu la saison avec 12 buts et 33 points en 24 parties; il a ajouté 12 buts et 17 points en 20 parties avec l'équipe des moins de 18 ans du NTDP plus tard au cours de la saison. Matthews a subi une blessure au dos cette saison à Zurich et a raté six matchs, mais il savait ce qu'il devait faire après avoir récupéré de sa blessure précédente avec le NTDP.

« Ma blessure avec les moins de 17 ans était un peu plus sérieuse, puisque j'ai dû être opéré. De toute évidence, ce ne fut pas la meilleure période de ma vie. Je venais tout juste d'amorcer ma carrière avec le NTDP à Ann Arbor (au Michigan), et ça s'est produit. Je pense que cela m'a rendu plus fort mentalement et en tant que personne. Lorsque je me suis blessé cette année à Zurich, ce fut difficile, mais en raison de ce que j'avais traversé au NTDP, je savais comment affronter la situation, ce qui a été important. J'ai fait tout ce que je pouvais faire au cours de ma récupération. J'étais motivé afin de revenir et jouer à nouveau. La chose la plus importante est d'écouter les médecins et de faire tout ce que je pouvais faire à l'intérieur des règles qui m'ont été données, que ce soit de sauter sur la glace et de tirer en solitaire, ou de m'asseoir pour pratiquer mon maniement de rondelle, bref, faire tout ce que je pouvais pour demeurer sain d'esprit. »

4. Matthews a été complètement désorienté lorsque les partisans ont commencé à scander son nom après qu'il eut marqué le but gagnant pour Zurich contre leur rival de Davos le 9 octobre.

Matthews avait inscrit deux buts, dont le but gagnant à 3:32 de la troisième période pour procurer à Zurich un gain de 3-2.

« Ce fut probablement l'un des matchs les plus mémorables de la saison puisque c'était la première fois que Zurich et Davos s'affrontaient depuis la finale 2015 dans la Ligue nationale A. J'ai été en mesure de marquer deux buts, dont le but gagnant sur une magnifique passe de Robert Nilsson. Après la rencontre, les partisans ont commencé à scander mon nom en sautant. Je regardais la foule en me disant "c'est complètement fou". Cependant, ce que je ne savais pas, c'est que lorsque la foule agit de la sorte en suisse, ils s'attendent à ce que vous reveniez sur la glace pour saluer les partisans. Je n'en avais aucune idée, et tout le monde me criait d'y retourner. J'étais totalement confus, mais lorsque j'ai compris, ce fut un moment très spécial. »

5. Ema Matthews a aidé son fils à célébrer son 18e anniversaire le 17 septembre en préparant pour lui et ses coéquipiers de Zurich son mets préféré.

« J'adore la soupe au poulet et tortillas de ma mère. Elle l'a préparé pour toute l'équipe pour ma fête à Zurich, et par la suite, les épouses et la moitié des joueurs de l'équipe lui ont demandé la recette. C'était très agréable et cela a brisé en quelque sorte la glace le jour de mon anniversaire. »

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.