Skip to main content

31 en 31 : Trois enjeux à surveiller chez les Sabres

Jason Botterill a amorcé un important changement de culture au cours de la saison morte

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Sabres de Buffalo.

L'an 1 du règne du directeur général Jason Botterill et de l'entraîneur-chef Phil Housley a été à l'image des six saisons précédentes des Sabres. Ils ont signé très peu de victoires et ont été exclus du portrait des séries pour une septième saison de suite en terminant au tout dernier rang du classement général.

Un changement de culture s'imposait.

« Quand on termine au dernier rang, il faut tout évaluer, avait-il dit quelques jours après la fin de la campagne. Cela signifie même de toucher à notre noyau. Nous serons actifs sur le marché des joueurs autonomes, mais nous ne pouvons pas bâtir une équipe que par là. Ça doit provenir de l'interne. » 

Botterill n'aura finalement pas été aussi actif sur le marché des joueurs autonomes, mais plutôt sur celui des transactions. Il a aussi eu le privilège de repêcher au tout premier rang du dernier repêchage, mettant la main sur la nouvelle tête d'affiche de l'équipe : le défenseur suédois Rasmus Dahlin.

Le patron a aussi acquis Tage Thompson, Patrik Berglund et Vladimir Sobotka des Blues en retour de Ryan O'Reilly en plus de mettre la main sur Conor Sheary et Matt Hunwick des Penguins contre un choix au repêchage. Puis, il a fait l'acquistion de l'attaquant Jeff Skinner des Hurricanes, cette semaine, en retour de l'espoir Cliff Pu et d'une poignée de choix au repêchage.

31 EN 31 SABRES : Les meilleurs espoirs | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

De ces six joueurs, cinq proviennent d'équipes habituées à participer aux séries qui contribueront à changer la culture visiblement problématique de la formation.

Botterill a complété son été de travail en accordant un contrat de trois ans au gardien de 32 ans Carter Hutton, qui formera un nouveau duo avec le jeune espoir de 24 ans Linus Ullmark devant le filet.

« Nous devions changer la dynamique, a indiqué Botterill après avoir échangé O'Reilly aux Blues. Au final, il y a plusieurs bons gars dans ce vestiaire, mais quand tu finis 31e, tu dois faire des changements. »

Voici trois questions intimement liées aux succès des Sabres cette saison :

L'acquisition de Hutton suffira-t-elle à redresser la barque devant le filet?

Le règne du duo Robin Lehner et Chad Johnson est maintenant terminé à Buffalo. En accordant un contrat de trois ans à Hutton le 1er juillet, les Sabres en ont presque automatiquement fait leur gardien no 1. 

Le hic, c'est qu'en cinq saisons complètes dans la LNH, le portier de 32 ans n'a jamais disputé plus que 40 matchs - en 2013-14 avec les Predators. Le jeune Ullmark sera donc sans doute mis à profit.

Video: STL@NSH: Hutton prive Smith d'un but

Lehner et Johnson ont connu des campagnes difficiles à Buffalo : les Sabres ont accordé le troisième plus haut total de buts (280) et ont donné en moyenne 31,2 tirs par match la saison dernière.

Les deux hommes n'ont peut-être pas été les plus dominants, avouons-le, mais cela indique aussi un problème à la ligne bleue. Jusqu'ici, aucun changement n'a été fait à cet égard si on exclut la sélection de Dahlin au dernier repêchage. Le jeune arrière aidera certainement, mais Hutton risque de ne pas chômer.

Dahlin aura-t-il un impact immédiat?

La réponse est oui, mais il faut s'attendre à une certaine période d'adaptation parce que le jeune homme de 18 ans changera complètement de vie, de calibre et de style de jeu. Il n'a jamais semblé dérangé lorsqu'il a joué sur une patinoire de dimension nord-américaine lors des tournois internationaux, mais la LNH est un autre défi.

Il saura le relever sans aucun doute. Est-ce que ça prendra 10, 20 ou 50 matchs? Seul l'avenir nous le dira. Botterill doit espérer que Dahlin ait rapidement un impact important pour ainsi offrir à Housley un trio de défenseurs fort intéressant en Rasmus Ristolainen, Marco Scandella et Dahlin.

Le dernier défenseur à avoir été repêché au tout premier rang est Aaron Ekblad des Panthers de la Floride en 2014. À sa première saison, le Canadien avait récolté 12 buts et 27 aides en 81 rencontres. Une production similaire serait un objectif réaliste pour Dahlin et les Sabres en seraient pleinement satisfaits. La sensation suédoise a tout de même le potentiel de faire encore mieux...

Skinner est-il la solution à la gauche de Eichel?

Qu'il soit la solution ou non, c'est lui qui sera sur le premier trio. Et si jamais le nouveau duo ne fonctionne pas, Sheary sera toujours une bonne solution de rechange, signe que les Sabres ont vraiment amélioré le flanc gauche.

On ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre de Skinner, qui a inscrit 24 buts l'an dernier après en avoir amassé 37 en 2016-17, mais il a démontré par le passé qu'il avait le potentiel offensif nécessaire pour s'établir sur un premier trio. L'occasion est belle avec Eichel, lui qui a dominé pour les buts - à égalité avec Sam Reinhart avec 25 - les passes et les points l'an dernier.

La présence de Sheary offre aussi une bonne latitude à Housley, qui a l'habitude de faire avec les moyens du bord.

Sheary a disputé la majeure partie de ses deux dernières saisons en compagnie de Sidney Crosby à Pittsburgh et a amassé 18 buts et 12 aides en 79 matchs la saison dernière. Il avait particulièrement été dominant en 2016-17 avec une récolte de 23 buts et 30 aides en 61 rencontres.

Video: PIT@CBJ: Sheary marque sur un effort incroyable

« Nous voulions nous améliorer à égalité numérique et ajouter un peu de menaces sur les ailes », a dit Botterill après avoir acquis Sheary, qui a inscrit 16 de ses 18 buts à égalité numérique l'an dernier.

« À forces égales, il crée beaucoup de chances. Nous sommes très enthousiastes de l'avoir dans l'organisation. »

Il est clair que Crosby se cache derrière la majorité de ces points. La question est maintenant de savoir si Sheary sera aussi complémentaire à Eichel qu'il l'était au numéro 87.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.