Skip to main content

31 en 31 : Les Predators de Nashville sous la loupe

Nashville prête à se relancer de nouveai à l'assaut de la Coupe Stanley

par Robby Stanley / Correspondant LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Predators de Nashville :

Les Predators de Nashville ont vécu toutes sortes d'expériences enrichissantes tout au long de leur parcours vers la Finale de la Coupe Stanley. Le prochain défi pour eux, c'est de trouver le moyen d'y retourner.

Après avoir vu les Penguins de Pittsburgh anéantir leur rêve au bout de six matchs, les Predators espèrent que leurs jeunes attaquants et leurs défenseurs mobiles pourront les aider à faire un autre bon bout de chemin en séries dans l'espoir de remporter la Coupe pour la première fois dans leur histoire.

« C'est un parcours long et sinueux », relève le joueur de centre Nick Bonino qui a aidé les Penguins à remporter la Coupe Stanley au cours de chacune des deux dernières saisons. « Quand tu arrives au bout en ayant la récompense ultime, tu apprécies davantage combien c'est difficile de réussir. Quand tu t'en approches sans gagner, tu le veux encore plus. Je ne verrais donc pas pourquoi on ne pourrait pas refaire le même parcours cette saison. »

Les Predators ont perdu les services de deux joueurs qui ont récolté un total de 83 points (41 buts) la saison dernière, soit l'attaquant James Neal, réclamé par les Golden Knights de Vegas lors du repêchage d'expansion de la LNH, et le capitaine Mike Fisher qui a pris sa retraite. Afin de combler le vide, Nashville a accordé à Bonino un contrat de quatre ans de 16,4 millions $ et à l'attaquant Scott Hartnell une entente d'un an de 1 million $, le 1er juillet.

Bonino devrait pivoter le deuxième trio. Hartnell a récolté 37 points (13 buts) en 78 rencontres chez les Blue Jackets de Columbus, la saison dernière, son pire total dans une saison de 82 matchs depuis 2003-04 (33 en 59 rencontres chez les Predators). Les Blue Jackets ont racheté les deux dernières saisons du contrat de Hartnell, le 29 juin.

« Il [Hartnell] agira comme un joueur de soutien », indique le directeur général David Poile. « On va lui demander d'aller se planter devant le filet adverse sur le jeu de puissance. Ça pourrait faire une grande différence pour nous, avec les défenseurs que nous avons. Peu importe le temps de glace qu'il a eu à Columbus la saison dernière (12:03 par match), il devrait en obtenir davantage avec nous. »

31 en 31 Predators: Meilleurs espoirs | Grands enjeux | Analyse pour les poolers

La mise sous contrat pour une longue période de deux des membres du trio principal a été un excellent coup de Poile. Viktor Arvidsson a reçu un contrat de sept ans de 29,75 millions $, le 22 juillet, alors que le joueur de centre Ryan Johansen a paraphé une entente de huit ans de 64 millions $, le 28 juillet. On croit que le premier trio, complété par Filip Forsberg, peut être un des meilleurs de la ligue au cours des prochaines années.

« C'était l'objectif de mettre sous contrat ces deux joueurs, dit Poile. Nous avons tout notre noyau sous contrat, plusieurs joueurs pour plusieurs saisons. J'espère que nous avons pris la bonne décision. Je le crois. »

Le plus grand atout des Predators est assurément leur top-4 défensif. P.K. Subban, Roman Josi, Ryan Ellis et Mattias Ekholm pourraient être encore plus efficaces en raison de la cohésion qu'ils ont créée la saison dernière. Nashville a de plus ajouté de la profondeur en faisant l'acquisition d'Alexei Emelin, le 1er juillet. Le principal changement en défense, c'est la perte de l'entraîneur adjoint Phil Housley, qui se retrouve à la barre des Sabres de Buffalo. Les Predators l'ont remplacé par Kevin McCarthy, qui sera coiffé du titre d'entraîneur associé.

Les Predators ont été la dernière équipe à se qualifier aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Ouest. Ils ont dû en conséquence amorcer chacune de leurs séries à l'étranger. Ils veulent éviter que la situation se reproduise . Ils mettront l'accent sur une meilleure performance en saison régulière afin de profiter pleinement de l'ambiance survoltée au Bridgestone Arena pendant les séries.

« Nous voulons obtenir l'avantage de la glace, souligne Ellis. Nous avons réussi à faire fi de ce désavantage dans trois séries. En y repensant bien, il y a tant de choses que nous aurions pu mieux faire en saison régulière. Nous avons tiré plusieurs leçons comme groupe. »

En voir plus