Skip to main content

31 en 31 : Les grands enjeux chez les Jets

Le jeu défensif et les unités spéciales sont au coeur des préoccupations à Winnipeg

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Jets de Winnipeg : 

Une participation aux séries depuis la relocalisation de 2011 d'Atlanta à Winnipeg a alimenté la passion des amateurs passionnés de ce marché canadien. Les problèmes des Jets depuis leur participation aux séries en 2015 ont placé l'équipe sous la loupe devant le filet, en défensive et au chapitre de la discipline au cours de la saison morte.

Voici trois questions auxquelles les Jets devront répondre :

1. Les Jets peuvent-ils s'améliorer défensivement?

Après avoir accordé 204 buts en 2014-15, un record de concession, les Jets ont régressé à ce chapitre et c'est l'une des raisons pour lesquelles ils ne sont pas en mesure de se qualifier pour les séries.

Les Jets ont alloué 255 buts la saison dernière, le quatrième plus haut total dans la ligue. Ils en ont donné 236 en 2015-16 et ont aussi été exclus des séries.

Les pénalités et les unités de désavantage numérique, en particulier, ont nui aux Jets. Ils ont affiché un taux de réussite de 77,4 pour cent, 26e dans la ligue, la saison dernière. En 2015-16, ce fut la même histoire avec un taux de 78,4 pour cent, le 25e dans la ligue.

Combinez ce taux au nombre élevé de pénalités (275 l'an dernier, le troisième plus haut total dans la ligue) et vous vous retrouvez dans une situation vulnérable.

L'entraîneur Paul Maurice, qui amorce sa quatrième saison à la barre de l'équipe, doit trouver un moyen d'obtenir un meilleur rendement défensif, même si cela réduit l'apport offensif de l'équipe.

2. L'acquisition du joueur autonome Steve Mason va-t-elle stabiliser le filet des Jets?

La combinaison de Connor Hellebuyck, Michael Hutchinson et Ondrej Pavelec a été inconstante la saison dernière et elle a enregistré le troisième taux d'efficacité combiné le plus bas dans la LNH (,900).

Ce n'est pas que la faute des gardiens.

Mais trop souvent les gardiens des Jets ont été laissés à eux-mêmes. Mason, 29 ans, apporte neuf saisons d'expérience dans la LNH, incluant sa saison recrue en 2008-09 avec les Blue Jackets de Columbus, quand il a remporté le trophée Calder.

Mason aura également à jouer le rôle important de mentor à Hellebuyck, 24 ans, qui est toujours considéré comme étant le gardien de l'avenir malgré les déboires qu'il a connus pendant ses deux premières saisons dans la LNH.

31 en 31 Jets: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers

3. Patrik Laine peut-il s'améliorer après une excellente saison recrue?

L'ailier droit, 19 ans, a inscrit 36 buts la saison dernière grâce à un tir vif et précis.

Il a fini au deuxième rang pour les points par une recrue la saison dernière (64, dont 36 buts, en 73 matchs) derrière le gagnant du trophée Calder, Auston Matthews des Maple Leafs de Toronto (69 points en 92 matchs), même si Laine a eu une meilleure moyenne de points par match (0,88 comparée à celle de 0,84 de Matthews).

Plus de maturité physique et une autre saison d'expérience dans la ligue suggèrent que Laine est mieux équipé pour avoir un plus grand impact.

Le mauvais avantage numérique de l'équipe, le pire de la LNH en 2015-16 (14,8), a fait le saut jusqu'au 18e rang l'an dernier surtout grâce au tir dévastateur de Laine. Ce dernier a marqué neuf fois avec l'avantage d'un homme, ce qui a largement contribué à augmenter le nombre de buts en avantage numérique de l'équipe de 38 à 48.

En voir plus