Skip to main content

30 en 30 : Grands enjeux chez les Panthers

La brigade défensive devrait être meilleure mais l'état de santé de Roberto Luongo représente une inquiétude

par Alain Poupart / Correspondant NHL.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les grands enjeux et les principales questions entourant les Panthers de la Floride.

 

Les Panthers de la Floride ont surpassé les attentes l'hiver dernier quand ils complété la saison avec une récolte de 103 points au classement, un record d'équipe, pour ainsi terminer au premier rang dans la section Atlantique. Ils comptent toutefois faire mieux en 2016-17.

 

Cela veut dire qu'ils visent de remporter une série éliminatoire, exploit qu'ils n'ont pas réalisé depuis qu'ils se sont rendus jusqu'en Finale de la Coupe Stanley en 1996 ; il s'agit de la plus longue disette du genre dans la LNH à l'heure actuelle. Mais d'abord, les Panthers devront décrocher une place en séries pour la deuxième année de suite, ce qu'ils n'ont pas réalisé depuis 1997.

Les Panthers s'attendent à atteindre cet objectif, grâce en bonne partie à leur noyau de jeunes joueurs talentueux.

 

Voici quatre raisons d'être optimiste en vue de la prochaine saison:

30 en 30 Panthers: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers

1. Solide au centre

Avec Aleksander Barkov, Vincent Trocheck et Nick Bjugstad, les Panthers ont de la profondeur au centre. Le joueur de centre du quatrième trio Derek MacKenzie est un des meilleurs joueurs de l'équipe en désavantage numérique.

 

Barkov, le deuxième choix du repêchage 2013 de la LNH, a été le meneur des Panthers au chapitre des buts la saison dernière, avec 28, même s'il a raté 16 matchs en raison de blessures ; l'athlète de 20 ans est déjà un des meilleurs joueurs de la LNH dans les deux sens de la patinoire.

 

Trocheck est devenu un des joueurs-clés des Panthers la saison dernière et il se trouvait à égalité au premier rang de l'équipe pour les buts, avec 25, au moment où il a subi une blessure au pied qui a mis fin à sa saison régulière. Reste que Trocheck a si bien fait en deuxième moitié de campagne que Jaromir Jagr l'a qualifié de joueur le plus utile à la Floride.

 

Bjugstad a connu une saison relativement décevante (15 buts, 34 points), mais ce choix de premier tour en 2010 a été le meilleur buteur des Panthers en 2014-15, avec 24 filets.

 

2. Plus de vitesse à la ligne bleue

Les Panthers ont eu droit à du hockey solide de la part de leurs défenseurs la saison dernière, mais un de leurs objectifs durant la saison morte était de s'améliorer au chapitre de la vitesse à la ligne bleue.

 

Les dirigeants de la formation de la Floride se disent confiants qu'ils ont atteint ce but en faisant l'acquisition des droits puis en concluant une nouvelle entente avec le vétéran Keith Yandle, en obtenant Mark Pysykau moyen d'une transaction ainsi qu'en embauchant le joueur autonome Jason Demers.

 

Yandle devrait être jumelé à Aaron Ekblad au sein du premier duo d'arrières et donner un coup de main en avantage numérique.

 

« Nous l'avions dans notre mire parce que nous aimons la façon dont il joue au hockey, a dit le directeur général Tom Rowe de Yandle. Nous estimons qu'avec les attaquants que nous avons, il devient un très bon complément à notre offensive. Ce n'est pas un secret, il récolte 50 points par saison. Nous pensions qu'en ajoutant un joueur qui a le talent de Keith allait faire de nous une équipe plus apte à bien faire dans les séries, ainsi qu'une aspirante sérieuse pour les grands honneurs. »

 

3. D'autres espoirs à l'horizon

Les Panthers se sont ajoutés à la liste des aspirants légitimes à la conquête de la Coupe Stanley en bonne partie parce qu'ils ont développé un bon nombre de jeunes joueurs impressionnants, un groupe qui comprend notamment Barkov, Ekblad, Trocheck, Bjugstad et Jonathan Huberdeau ; et d'autres joueurs s'ajouteront sans doute à la liste cette saison.

 

Après avoir disputé ses trois premiers matchs dans la LNH en saison régulière, le défenseur Michael Matheson, un choix de premier tour lors du repêchage 2012 de la LNH, a décroché un poste dans la formation à l'occasion du deuxième match de la série éliminatoire contre les Islanders de New York. Matheson, 22 ans, a si bien joué qu'il a été jumelé à Ekblad au sein du premier duo de défenseurs avant la fin de la série. Il a par ailleurs été nommé meilleur défenseur du Championnat du monde 2016, alors qu'il a aidé le Canada à rafler la médaille d'or.

 

L'ancien coéquipier de Matheson à Boston College, Ian McCoshen, bataillera pour une place dans la formation au sein de la brigade défensive à l'occasion du camp d'entraînement, tandis que Lawson Crouse, un choix de premier tour en 2015, pourrait donner aux Panthers un élément de robustesse à l'avant s'il réussit à décrocher un poste.

 

4. Davantage de profondeur à l'attaque

En plus d'ajouter de la vitesse à l'arrière, une autre priorité mise de l'avant par les Panthers a été d'ajouter de la profondeur à l'avant.

 

Les sept meilleurs attaquants de la Floride - Barkov, Huberdeau, Jagr, Trocheck, Bjugstad, Reilly Smith et Jussi Jokinen - représentent un groupe impressionnant, mais la contribution des autres n'a pas été suffisante.

 

Afin de combler cette lacune, les Panthers ont conclu des ententes avec les attaquants Colton Sceviour et Jonathan Marchessault, deux joueurs autonomes, et mis la main sur Jared McCann au moyen d'une transaction avec les Canucks de Vancouver.

 

Des espoirs comme Crouse et Kyle Rau - ce dernier a pris part à neuf rencontres la saison dernière - pourraient aussi mettre l'épaule à la roue offensivement.

 

Voici trois grandes questions auxquelles les Panthers font face:

 

1. Pendant encore combien de temps Jaromir Jagr peut-il produire?

Jagr a ajouté un autre impressionnant chapitre à sa formidable carrière, la saison dernière, quand il a terminé au premier rang des pointeurs des Panthers en saison régulière, avec 66 points.

 

Jagr s'est toutefois contenté de deux mentions d'aide en six matchs éliminatoires durant la série contre les Islanders et il aura 45 ans en février.

 

Aussi incroyable et en forme puisse-t-il être, l'âge va finir par le rattraper, ce qui pourrait représenter un problème étant donné qu'il occupe une place importante dans l'équipe, lui qui est l'ailier droit au sein du premier trio, aux côtés de Barkov et Huberdeau, et joue en avantage numérique.

 

2. La brigade défensive sera-t-elle meilleure?

Il est difficile de remettre en question la logique derrière les changements apportés par les Panthers à la ligne bleue, surtout en ce qui a trait à l'acquisition de Yandle, qui à toutes fins utiles va jouer le même rôle qui revenait auparavant à Brian Campbell.

 

Sauf que Dmitry Kulikov et Erik Gudbranson ont possiblement été les deux meilleurs défenseurs des Panthers dans les séries, et ils ont tous deux quitté l'équipe. La présence physique qu'apportait Gudbranson pourrait manquer à l'équipe, à moins que McCoshen, un colosse de six pieds trois pouces et 217 livres, réussisse à décrocher un poste au sein du groupe des six premiers défenseurs.

 

Les Panthers devront également combler un vide au niveau du leadership, qui était assuré par le capitaine Willie Mitchell. Celui-ci n'a pas joué après le mois de janvier en raison de problèmes liés à une commotion cérébrale, même s'il est resté dans l'entourage de l'équipe jusqu'au printemps. Il est présentement joueur autonome sans compensation.

 

3. Faut-il s'inquiéter au sujet de Roberto Luongo?

Les Panthers une créé une certaine surprise quand ils ont conclu une entente de cinq ans avec James Reimer, jusqu'à ce que le club révèle que Luongo pourrait rater le début de la saison régulière après avoir subi une intervention chirurgicale à la hanche durant la saison morte.

 

Luongo a de nouveau été efficace la saison dernière - son pourcentage d'arrêts de ,922 était supérieur à sa moyenne en carrière de ,920 -, mais Rowe a déclaré que Reimer a été embauché pas seulement pour agir comme réserviste, mais aussi pour qu'il devienne possiblement le successeur de Luongo.

 

Rowe a indiqué que les Panthers ont l'intention de donner moins de départs à Luongo, ce qui fait du sens étant donné qu'il aura 38 ans en avril et que ses 62 matchs, l'hiver dernier, représentent son total le plus élevé depuis la saison 2009-10.

 

Même si les Panthers s'attendent à ce qu'au pire, Luongo revienne au jeu très tôt en début de saison régulière, il faut quand même se demander pendant combien de temps encore le gardien québécois pourra offrir un bon niveau de jeu.

En voir plus