Skip to main content

30 en 30 : Grands enjeux chez les Kings

Los Angeles a toujours eu un des meilleurs noyaux de joueurs dans la Ligue, mais l'attaque et la brigade défensive manquent de profondeur

par Curtis Zupke / Correspondant NHL.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les grands enjeux et les principales questions entourant les Kings de Los Angeles.

Une élimination au premier tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, voilà un scénario que les Kings de Los Angeles n'envisageaient pas du tout, un an après avoir été incapables de se qualifier pour les séries.

Los Angeles s'est buté à un mur appelé les Sharks de San Jose, qui cherchaient à prendre leur revanche après avoir perdu aux mains des Kings au premier tour éliminatoire dans l'Association de l'Ouest au printemps 2014. Les Sharks avaient laissé filé cette série-là après avoir pris les devants trois matchs à zéro.

 

Pour la deuxième année de suite, les Kings ont conclu la campagne en se demandant pourquoi ils n'ont pas répondu aux attentes. Leur formation comprend un bon nombre de joueurs très bien rémunérés, qui laissent peu de marge de manœuvre à l'organisation par rapport au plafond salarial ; c'est pourquoi l'équipe n'a pas réalisé de grands coups d'éclat à l'ouverture du marché des joueurs autonomes et a perdu les services de l'ailier gauche de premier plan Milan Lucic.

 

Leur noyau de joueurs reste toutefois un des meilleurs dans la LNH et ses membres sont toujours à leur apogée.

Voici quatre raisons d'être optimiste en vue de la prochaine saison:

 

1. Anze Kopitar, Drew Doughty, Jonathan Quick

Peu d'équipes peuvent contrôler le jeu dans chacune des trois zones grâce à la présence de joueurs de premier plan comme le font les Kings. Kopitar a remporté le trophée Selke pour la première fois la saison dernière et Doughty a décroché son premier trophée Norris.

 

Kopitar a été le meilleur pointeur des Kings pour la neuvième saison de suite et, étant devenu au fil des ans leur joueur le plus complet, il a été nommé capitaine le 16 juin.

 

« Nous savions tous, avant qu'ils remportent leurs trophées, quel type de joueurs ils sont, a noté l'attaquant Tyler Toffoli. Ce sont nos meilleurs joueurs et nos meneurs. »

 

Quick a pris le deuxième rang dans la LNH la saison dernière pour les victoires avec 40, un record d'équipe des Kings. Il a terminé à égalité au cinquième rang pour les jeux blancs avec cinq, et le septième rang pour la moyenne de buts alloués par match, soit 2,22. Il a enregistré ces statistiques en se voyant de nouveau confier beaucoup de travail, lui qui a obtenu 68 départs, un sommet dans la Ligue l'hiver dernier.

 30 en 30 Kings: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers

2. L'erre d'aller de Tyler Toffoli

Toffoli a été le meneur pour les buts chez les Kings avec 31, ce qui représentait aussi un sommet personnel dans la LNH. Il a également affiché plus de constance. La saison dernière, sa plus longue série de matchs sans but a été de 10, et il en a connu une autre de six rencontres. C'est là une nette amélioration par rapport à 2014-15, quand il a connu des léthargies de 10, neuf et sept matchs.

 

Même s'il n'a amassé qu'une mention d'aide durant la série du premier tour éliminatoire contre San Jose, il représente l'avenir de l'équipe sur la glace et en dehors. En plus d'avoir le sens du but, Toffoli, 24 ans, a commencé à jouer un rôle plus important dans le vestiaire ainsi qu'à l'occasion des événements communautaires organisés par les Kings.

 

3. Darryl Sutter est resté en poste

Sutter a accepté une prolongation de contrat de deux ans au mois de mai, à raison d'un salaire annuel de plus de 3 millions $, selon ESPN.

 

C'est là une relativement bonne affaire compte tenu de ce qu'il a réalisé à Los Angeles, où il a notamment remporté la Coupe Stanley à deux reprises et affiché un dossier de 186-112-45 en saison régulière depuis son arrivée durant la saison 2011-12.

 

Sutter apporte la stabilité dont les Kings ont besoin. C'est un tacticien intelligent et la situation actuelle représente peut-être son plus grand défi depuis qu'il s'est joint à l'équipe.

 

« Il y a encore beaucoup de coaching en moi », a affirmé Sutter en mai.

 

4. Jake Muzzin a franchi une étape importante

Muzzin s'est joint aux Kings le 4 janvier 2010 en tant que joueur autonome n'ayant jamais été repêché et il a ensuite progressé à force de travail et de persévérance ; c'est ainsi qu'il est devenu un élément important dans les deux conquêtes de la Coupe Stanley du club.

 

Muzzin a peut-être connu sa meilleure saison dans la rôle d'arrière robuste capable de faire circuler la rondelle, l'hiver dernier, et le fait qu'il ait été jumelé à Doughty par le passé explique en partie pourquoi il s'alignera avec Équipe Canada à la Coupe du monde de hockey 2016.

Voici trois grandes questions auxquelles les Kings font face:

 

1. Les Kings ont-ils assez de profondeur à l'attaque?

Après avoir perdu les services de Lucic, devenu joueur autonome, et de l'attaquant Vincent Lecavalier, qui a pris sa retraite, les Kings ont embauché les joueurs autonomes Michael Latta et Teddy Purcell. Ces deux joueurs constituent les acquisitions les plus importantes de l'équipe à l'attaque durant la saison morte.

 

Il reviendra par ailleurs aux Michael Mersch, Andy Andreoff, Nic Dowd et Nick Shore, des espoirs qui n'ont pas encore fait leurs preuves, ainsi qu'aux joueurs de soutien Jordan Nolan, Kyle Clifford et Dwight King, de combler les postes qui restent.

 

2. Sont-ils bien nantis à la ligne bleue?

Les Kings ont conclu des ententes avec les joueurs autonomes Tom Gilbert et Zach Trotman pour compléter leur effectif au sein de la brigade défensive, mais les Kings se retrouveraient en situation difficile s'il devait y avoir blessure.

 

Les Kings ont encore Doughty, Muzzin et Alec Martinez mais au-delà de ça, le niveau d'habileté des arrières décline. Matt Greene, Brayden McNabb et Rob Scuderi font partie de la formation, tandis que les espoirs Derek Forbort et Kevin Gravel pourraient rivaliser pour des postes dans la LNH. Scuderi a 37 ans, tandis que Greene n'a pas joué depuis le 13 octobre 2015 et n'a pas été réclamé au ballottage en juin. Luke Schenn, que les Kings avaient obtenu en compagnie de Lecavalier dans la transaction avec les Flyers de Philadelphie la saison dernière, a signé un contrat avec les Coyotes de l'Arizona en tant que joueur autonome.

 

3. Dustin Brown peut-il rebondir?

Au cours des 10 derniers mois, Brown a été rétrogradé au troisième trio, et parfois au quatrième trio. Il a aussi perdu son titre de capitaine, qu'il avait depuis 2008.

 

Brown a reconnu qu'il n'a pas aimé perdre le 'C', mais il a convenu que son niveau de jeu a décliné sur la patinoire.

 

« Mon travail, c'est d'être un meilleur joueur de hockey pour mes coéquipiers, et par conséquent aider cette équipe à gagner, a-t-il dit. La pilule est dure à avaler mais ce sont les affaires et je comprends. Mais ce que je dois faire, c'est de m'assurer d'être prêt à y aller en septembre. »

En voir plus