Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Vote de confiance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD -- Marc Bergevin a pleinement confiance en Michel Therrien, son groupe d’entraîneurs et ses joueurs.

C’est ce qu’a affirmé à de multiples reprises le directeur-général des Canadiens, qui a rencontré les médias lors d’un point de presse d’une trentaine de minutes suivant l’entraînement des Canadiens jeudi matin.

Appelé à commenter la période difficile que traverse actuellement le Tricolore, qui se retrouve après 47 matchs hors du portait des séries éliminatoires, Bergevin a affirmé que Michel Therrien et ses adjoints étaient bien en place dans la métropole.

« Je crois en Michel Therrien et son groupe d’entraîneurs, tout comme les joueurs. Ils ne s’en vont nulle part. Nous allons nous en sortir ensemble, le plan n’a pas changé », a confié Bergevin, en insistant sur le fait qu’il n’allait pas revenir sur ses paroles, peu importe ce qui arriverait d’ici la fin de la saison. « Peu importe ce qui arrive. C’est ma responsabilité. »

« Michel assume ses responsabilités, il a un très bon pouls de l’équipe. C’est un excellent entraîneur, il communique bien avec ses joueurs, il sait qu’il doit les rendre meilleurs et il y travaille à tous les jours. Et c’est ce que j’aime à propos de Michel Therrien », a ajouté celui qui a recruté Therrien quelques semaines après sa propre embauche à titre de directeur-général des Canadiens à l’été 2012.

Face à la possibilité que son équipe soit exclue des séries éliminatoires pour la première fois depuis qu’il est en poste, Bergevin a convenu que la situation n’était pas évidente, mais que la solution provenait avant tout de l’interne.

« C’est une période difficile pour l’organisation et pour les joueurs. J’ai parlé à l’équipe ce matin et nous avons eu une bonne discussion, c’était positif. Je comprends la frustration de nos partisans. À l’interne, nous travaillons toujours pour améliorer l’équipe et nous sortir de cette situation ensemble », a précisé Bergevin, qui a également tenu à prendre la responsabilité pour les récents insuccès de l’équipe. « C’est moi et seulement moi qui est responsable de tout ce qui arrive dans l’organisation. Les critiques, que je comprends tout à fait, ne devraient être dirigées vers l’entraîneur, mais plutôt vers moi. Je suis celui qui donne les joueurs à Michel. »

L’absence prolongée du gardien Carey Price n’aide certainement pas non plus la cause du Tricolore et de son directeur-général.

« C’est plus long qu’on pensait. Les joueurs réagissent différemment aux blessures, c’est plus long que d’autres dans certains cas. Je n’ai pas de date exacte, mais je ne crois pas qu’il sera de retour avec nous avant au moins trois autres semaines, peut-être un mois », a indiqué le directeur-général à propos de son gardien étoile, sur le carreau depuis novembre en raison d’une blessure au bas du corps. « Nous n’avons pas d’échéancier. Nous espérons qu’il soit de retour rapidement, mais nous devons aller de l’avant sans lui. »

« Carey est notre gardien numéro un et un de nos meilleurs joueurs, sinon le meilleur. Remplacer Carey, c’est impossible », a poursuivi Bergevin, qui a fait l’acquisition de Ben Scrivens à la fin du mois de décembre pour appuyer Mike Condon devant le filet. « Ben et Mike ont fait un bon boulot, je ne leur enlève rien, mais ils ne sont pas Carey Price. C’est la réalité, c’est un fait. »

Interrogé à savoir s’il comptait compléter une autre transaction pour aider le Tricolore à se sortir de son passage à vide, le directeur-général a indiqué qu’il préférait être prudent, plutôt que de tenter le grand coup.

« C’est difficile de compléter des transactions de nos jours, pour plusieurs raisons. Les gros joueurs sont rarement disponibles et nous devons respecter le plafond salarial », a mentionné celui qui a complété quatre transactions jusqu’à présent cette saison, dont une qui a envoyé Jarred Tinordi en Arizona il y a un peu moins d’une semaine. « Tu dois être responsable. Personnellement, je ne suis pas prêt à sacrifier le futur des Canadiens pour une solution à court terme et le regretter plus tard. »

« Je veux gagner. Je veux que l’équipe connaisse du succès », a conclu Bergevin. « J’ai trouvé les six dernières semaines difficiles parce que je veux que l’équipe gagne. Je comprends que les partisans soient fâchés parce qu’ils ont leur équipe à cœur. C’est en restant unis que nous allons nous en sortir, en restant positifs et en nous concentrant sur les bonnes choses. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Conférence de presse
Échos de vestiaire
Les Scrivens
Le jour de la marmotte 

En voir plus