Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Nonna, t'es la meilleure !

Il n'y a aucun doute que la grand-maman de Victor Mete fera toujours partie de ses plus grands partisans

par Matt Cudzinowski. Traduit par François Lafleur. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Vous souvenez-vous de cette vidéo que Victor Mete a publiée il y a deux ans avec sa « nonna » ou grand-mère, Vincenzina ? Nous savourons encore chaque instant de celle-ci.

C'est évident de voir à quel point elle adore son petit-fils et qu'elle est extrêmement fière de ses accomplissements. Elle le sera toujours.

« Nonna » est une part très importante du support déployé pour le défenseur de 21 ans dans sa ville natale de Woodbridge, en Ontario.

En témoignent, tous ses appels téléphoniques quotidiens alors que Victor se remettait d'une blessure à une cheville l'ayant mis à l'écart pour trois semaines.

« Elle m'appelait tout le temps pour savoir comment ça allait. Elle me donnait toujours des mots d'encouragement comme ''Ne reviens pas au jeu si tu es encore blessé'' ou ''Prends ton temps'', mais elle voulait évidemment que je revienne au jeu rapidement et mettait en pratique des trucs de guérison propres aux grand-mères italiennes », affirme Mete qui s'est absenté pour 10 matchs avant de réintégrer la formation le 23 décembre dernier à Winnipeg. « Elle est heureuse que je sois de retour et elle a regardé la rencontre face aux Jets. »

La « nonna » de Mete n'allait pas manquer cette partie pour rien au monde. En fait, elle n'en rate aucune.

Depuis que Victor a mérité un poste dans l'alignement en octobre 2017, regarder les Canadiens fait partie de la routine de « Nonna ».

« Depuis que j'ai commencé à jouer pour Montréal, elle les regarde toutes, même celles sur la côte ouest », dit Mete avant de partager une histoire amusante à propos de l'assiduité de sa grand-mère maternelle à être une fidèle téléspectatrice tout en maintenant un programme d'entraînement rigoureux. « Lorsque nous étions en Arizona, à Las Vegas et à Dallas, elle me contait qu'elle restait éveillée pour les matchs et qu'elle se levait toujours à 4h30 le lendemain pour se rendre au gym. Elle se vantait au sujet de nous avoir regardé jouer jusqu'à 1h du matin et d'accumuler des milliers de pas sur sa Fitbit avant 6h. »

« Nonna » n'a toutefois pas regardé à la télévision la partie du 5 novembre dernier contre les Bruins de Boston.

En fait, elle se trouvait dans les estrades du Centre Bell pour assister à la première rencontre de deux buts en carrière de Mete lors d'une victoire du Tricolore, 5 à 4.

« Elle a adoré. C'était aussi plaisant pour elle de voir un match Canadiens-Bruins parce qu'il est difficile de retrouver une meilleure ambiance que ça », mentionne Mete puisqu'il y a alors inscrit ses deuxième et troisième buts de la saison. « Elle était très contente après mon premier but. Elle n'a pas réalisé immédiatement que j'avais marqué, mais dès qu'elle l'a découvert, elle est devenue très enthousiaste. Après le match, nous nous sommes vus et elle m'a donné un gros câlin. »

Tweet from @CanadiensMTL: Le deuxi��me aura pris moins de temps.The second one didn't take quite as long as the first.#GoHabsGo pic.twitter.com/Ymc71jsI1o

Pour Mete, les visites de « Nonna » représentent une chance pour lui de profiter de ses gâteries et plats spéciaux.

Son fettina (une escalope de veau et poulet), ses biscuits aux pépites de chocolat faits maison ainsi que ses biscottis au chocolat figurent parmi ses favoris.

« Il y a toujours aussi des légumes », ajoute Mete en riant. « Elle croît qu'il faut manger beaucoup de rapinis. Ce genre d'aliment t'aide à être plus fort. Il n'y a rien qui bat sa cuisine. »

En bout de ligne, Mete ne peut pas la remercier suffisamment pour sa présence continuelle auprès de lui et sa famille.

En effet, tout au long de sa vie, « Nonna » a été là pour lui.

« J'ai toujours été proche d'elle. Nous allions souvent chez elle pour souper ou après l'école. J'ai même habité avec elle pendant un an en compagnie de ma mère, mon père et ma sœur alors que ma maison était en rénovation, j'ai donc pu passer énormément de temps avec elle pour la connaître davantage », confie Mete. « Je me souviens qu'à chaque fois que j'étais malade, je me rendais à sa maison et elle faisait quelque chose pour que je me sente mieux, peu importe à quel point j'étais malade. Encore aujourd'hui, nous allons chez « Nonna » et elle a toujours des gâteries et des trucs pour nous comme quand nous étions jeunes. »

Tweet from @CanadiensMTL: Victor Mete, machine �� buts.Victor Mete, scoring machine.#GoHabsGo pic.twitter.com/i7YAJoIuCk

Une dame populaire

Apparemment, Vincenzina est assez connue dans le vestiaire des Canadiens.

« Tous les gars savent qui elle est », confirme Mete. « Une fois par semaine, KK me dit de la saluer. D'autres gars vont me dire la même chose. »

Au moment de son passage dans la métropole en novembre, elle a même été jusqu'à rencontrer quelques-uns des coéquipiers de Mete dans un restaurant local, La Medusa.

« Elle aime voir les gars », ajoute Mete. « Ça la rend heureuse. »

Si l'on exclut son petit-fils, bien sûr, le jeune Cale Fleury figure au sommet de la liste des joueurs qu'elle préfère.

« J'ai reçu un texto de ma tante lorsque nous étions à Columbus en novembre dernier. Elle voulait que je transmette un message de « Nonna » à Cale pour lui souhaiter un joyeux anniversaire », mentionne Mete. « Je me suis assuré de lui envoyer. »

Tu parles d'être adorable… Alors, que lui as-tu donné pour Noël, Victor?

« Nous lui avons donné une photo de tous ses petits-enfants », conclut Mete. « Elle s'est alors mise à pleurer. »

En voir plus