Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Vejdemo : Sensibiliser le public à la santé cardiovasculaire

Lukas Vejdemo n'avait que 13 ans lorsque sa mère est décédée d'une crise cardiaque en 2009

par Matt Cudzinowski. Traduit par Vincent Régis. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Près de neuf ans après avoir perdu sa mère, Ann-Charlotte, victime d'une crise cardiaque, l'espoir suédois des Canadiens Lukas Vejdemo veut sensibiliser les gens au sujet de la santé cardiovasculaire.

La Swedish Heart-Lung Foundation a récemment invité l'attaquant de 22 ans à partager son histoire sur son site Internet et sur les médias sociaux dans le cadre de la campagne qui précède la fête des Mères, qui a lieu ce dimanche en Suède.

Lundi dernier, Vejdemo a révélé sur Instagram (@lukasvejdemo) qu'il avait également fait un don à l'organisation à la mémoire d'Ann-Charlotte.

Elle n'avait que 50 ans lorsqu'elle est décédée en août 2009. Lukas, lui, avait 13 ans.

«La chose la plus importante pour moi est de partager le message et d'encourager les autres à soutenir la cause, a déclaré Vejdemo. Ensemble, on peut tous contribuer et faire la différence.»

Vejdemo a raconté que sa mère a fait un arrêt cardiaque à la maison. «Tout est allé si vite» après ça.

«Je suis rentré après un entraînement et on s'est tous assis pour un bon souper en famille. Pendant le dîner, ma mère a commencé à se sentir mal. Après, ça n'a fait qu'empirer, se souvient Vejdemo. 

«Avant l'arrivée de l'ambulance, son cœur s'est arrêté.»

Le natif de Stockholm, qui a signé il y a trois semaines un contrat de deux ans, a plusieurs bons souvenirs du temps qu'ils ont passé ensemble.

«Elle était la meilleure mère, elle a tout fait pour moi et m'a toujours aidé, a déclaré Vejdemo.

«Je me souviens quand j'étais plus jeune, quand je finissais l'école, ma mère m'amenait faire de longues promenades avec notre chien, Sui. Je me souviens encore de ces promenades aujourd'hui... Elle m'a aussi beaucoup aidé avec de petites et grandes choses. Elle m'a conduit à beaucoup d'entraînements parce que mon père travaillait souvent tard. Elle m'a toujours soutenu.»

Et pour cela, Vejdemo sera éternellement reconnaissant.

«Je vais parfois la voir au cimetière et je lui parle. Peut-être qu'elle entend ce que je dis, peut-être pas. Pour moi, cependant, ce moment est important», a-t-il conclu.

En voir plus