Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Unités (plus que) spéciales

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Un but sur le jeu de puissance en fin de match et une pénalité majeure écoulée à la presque perfection : c’est ce qui a permis au Tricolore de l’emporter mardi soir.


Dans un match serré où les chances de marquer étaient peu nombreuses, les unités spéciales du Tricolore ont joué un grand rôle dans la victoire de 2 à 1 face aux Blue Jackets de Columbus mardi soir, notamment en enfilant le filet vainqueur avec 2:09 à faire à la rencontre, par l’entremise du bâton de Max Pacioretty, qui inscrivait son 13e de la saison.

« Ça semble être une tendance pour nous cette saison. Lorsque nous obtenons ces occasions à la fin d’une partie, nous trouvons un moyen d’en profiter », de confier P.K. Subban, qui a obtenu une mention d’aide sur le but du capitaine. « Pacioretty s’est levé et a inscrit un gros but. Nous avons fait du bon boulot pour bouger la rondelle et créer cette ouverture. »

Dale Weise, qui est maintenant un régulier dans la rotation de Michel Therrien sur l’attaque à cinq, a obtenu un quatrième point en pareille situation lorsqu’il a mis la table pour Pacioretty.

« Je voulais la remettre à Davey. Je regardais et regardais, mais le défenseur faisait du bon travail en bloquant les lignes de passe. J’ai alors simplement essayé d’attirer l’autre joueur vers moi pour donner un peu plus d’espace à Patch. Il n’en a pas besoin tant que ça; son tir part assez vite. »

Si on évoquait le jeu de puissance pour les mauvaises raisons la saison dernière, c’est tout le contraire qui se produit cette saison.

« Je crois que nous étions trop concentrés sur un côté de notre structure l’an dernier et cette année, nous nous donnons beaucoup d’options. Nous essayons plusieurs formations, c’est ce qui fait la force de notre jeu de puissance », d’analyser Weise, qui a dirigé quatre tirs vers le filet de Sergei Bobrovsky, autant que Pacioretty. « Notre attaque à cinq est très efficace dernièrement en fin de match. Si nous continuons de cette façon, les équipes auront peur de prendre des punitions contre nous. »

Mais avant que Pacioretty ne scelle l’issue de la rencontre avec l’avantage d’un homme en fin de troisième, le capitaine et ses coéquipiers du désavantage numérique ont peut-être sauvé les meubles en fin de première période et en début de deuxième lorsqu’ils ont neutralisé le jeu de puissance des visiteurs pendant cinq minutes.

Les Canadiens n’ont écopé que d’une seule pénalité durant tout le match, mais ç’aurait pu en être une très coûteuse quand Alexei Emelin a été chassé de la rencontre pour obstruction en fin de première période.

« C’était 1 à 1 et nous avons réussi à neutraliser leur jeu de puissance pendant deux minutes en fin de première période et trois minutes en début de deuxième», a confié Mike Condon, qui a récolté une neuvième victoire cette saison. « C’est un moment clé du match. Ça nous a donné de la confiance pour la suite. »

Les troupiers de Michel Therrien, qui occupent le deuxième rang de la Ligue pour l’efficacité à court d’un homme, n’ont d’ailleurs donné que deux tirs à leurs adversaires lors de ce long jeu de puissance.

« Les unités spéciales représentent tout pour nous en ce moment. Notre jeu de puissance produit. Ça nous donne du rythme et il nous fait gagner des matchs », de conclure Dale Weise, qui a obtenu un 15e point sur le but gagnant. « C’est la même chose pour notre infériorité numérique. Les Blue Jackets ont marqué pour créer l’égalité en fin de première période et ils n’ont pas été capables d’en ajouter un autre lors des cinq minutes. Ça a brisé leur rythme. Ça nous en a donné. C’était vraiment important. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com


VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 1er décembre 2015
Faits saillants: Blue Jackets @ Canadiens
Rapport des IceCaps - 1er déc.
Le Club de hockey Canadien poursuit son engagement communautaire à l’approche du temps des Fêtes

Rester debout

En voir plus