Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une vision claire

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Artturi Lehkonen vise un poste à temps plein dans la LNH en octobre prochain.

Dimanche, l’ailier gauche de 20 ans a effectué un pas de plus vers cet objectif en signant un contrat à deux volets d’une durée de trois ans (de 2016-2017 à 2018-2019) avec les Canadiens, deux semaines seulement après avoir aidé son équipe, le Frölunda HC, à battre le Skellefteå AIK en cinq rencontres pour remporter le titre de la SHL pour une première fois depuis 2005.

« C’est un rêve devenu réalité de signer un contrat de la LNH, spécialement avec les Canadiens. C’est très spécial. Ça fait longtemps que je travaille là-dessus. Maintenant, je vais obtenir ma chance de réaliser mon plus grand rêve, celui de jouer dans la LNH. Cette période de ma vie s’annonce excitante », a affirmé Lehkonen, qui profite présentement d’un repos bien mérité avant de reprendre le boulot la semaine prochaine en Suède, où il passera tout l’été à s’entraîner. « C’est sûr que je veux obtenir un poste avec l’équipe. C’est mon but pour l’année prochaine. C’est ce que je veux. Il s’agit d’une grande opportunité pour moi. »

Sélectionné lors de la deuxième ronde, au 55e rang, du repêchage amateur de la LNH en 2013, le Finlandais originaire de Piikkiö a passé les deux dernières saisons avec la formation basée à Göteborg, améliorant son jeu en préparation d’un saut dans la LNH. Cette décision a clairement valu son pesant d’or.

Après avoir obtenu huit buts et 16 points en 47 rencontres en 2014-2015, Lehkonen a réussi à doubler sa production en saison régulière au cours de la dernière campagne, inscrivant 16 buts et 33 points en 49 rencontres, avant de faire sa place dans le livre des records au cours des séries.

Ayant obtenu 19 points en 16 rencontres éliminatoires, Lehkonen a abaissé le record d’équipe détenu par Daniel Alfredsson pour le plus de points (18) en une participation aux séries éliminatoires, une marque datant de la dernière conquête du trophée Le Mat par Frölunda il y a 11 ans. Le coéquipier de Lehkonen, l’Américain Ryan Lasch, a lui aussi obtenu 19 points.

« Notre équipe était vraiment super. Nous avions une très belle chimie. C’est une des meilleures équipes avec lesquelles j’ai pu jouer. Nous avions une passion pour la victoire. Ça faisait longtemps qu’une équipe de Göteborg n’avait pas remporté un titre, et nous étions en mission toute l’année, sachant que c’était notre saison. La détermination, selon moi, a été l’élément le plus important. C’est la plus belle expérience que j’ai vécue dans ma vie. Le sentiment lorsque tu as gagné est incroyable », a raconté Lehkonen, qui a aussi aidé les Indians à décrocher le titre de la Champions Hockey League en février, battant le Oulun Kärpät de la Finlande par la marque de 2 à 1 dans le match final.

« Personnellement, ma saison s’est beaucoup mieux déroulée cette année que l’année précédente. Je savais que j’avais un bon poste qui m’attendait sur l’équipe, et je voulais m’assurer d’être prêt à relever le défi », a ajouté Lehkonen, ce dernier ayant terminé en troisième et en sixième place sur l’équipe au niveau des buts et des points, respectivement, avant les séries éliminatoire cette année. « C’était une importante année au niveau de mon développement. Les séries ont bien couronné le tout. Tout me souriait. J’essayais de ne pas trop penser au record. Je voulais simplement continuer à produire, garder le train sur les rails et aider l’équipe. Je croyais que si je faisais de mon mieux, les buts et les points viendraient. »

C’était définitivement le cas, et Lehkonen croit que son succès est en grande partie dû aux leçons qu’il a apprises des vétérans de Frölunda, qui lui ont montré les rudiments du métier, particulièrement au niveau mental.

« J’avais de bons modèles avec Frölunda. [Le capitaine et vétéran] Joel Lundqvist était probablement le meilleur. Je suis son exemple depuis deux ans, apprenant ce que ça veut dire d’être un athlète professionnel et d’être toujours en mesure de jouer à ton meilleur », a affirmé Lehkonen, qui respecte énormément la routine d’avant-match et l’attitude générale de Lundqvist. « Il est toujours prêt à jouer. Il se prépare pour chaque rencontre comme si c’était le septième match en séries éliminatoires. C’est une chose que j’admire énormément. Je veux m’en inspirer pour l’avenir. »

Il aura la chance de mettre cette pensée en pratique – ça, et bien d’autres qualités et attributs de premier niveau – pour l’état-major des Canadiens lorsque le camp d’entraînement s’amorcera à Montréal en septembre. Lehkonen insiste qu’il n’est pas le même joueur que l’entraîneur-chef Michel Therrien et son personnel d’entraîneurs ont vu au camp de développement en juillet dernier, et il est motivé à montrer son évolution dès la première séance d’entraînement.

« Je suis bien plus fort que ce que l’on a vu lors de mon dernier passage à Montréal. Je me bats beaucoup plus le long des bandes. C’est la plus grande différence que vous remarquerez », a affirmé Lehkonen, qui a bien écouté les conseils des recruteurs européens du Tricolore, Hannu Laine et Christer Rockstrom, alors qu’il jouait de l’autre côté de l’océan Atlantique. « Je veux démontrer que j’ai un niveau de compétition élevé. Je veux démontrer mes forces, démontrer mon côté offensif et réellement me battre pour une place au sein de l’équipe. C’est ce qui est le plus important. »

Nul besoin de le mentionner, l’idée d’élire domicile à Montréal et de jouer au Centre Bell dans cinq mois fait sourire Lehkonen. Ayant déjà joué dans l’amphithéâtre lors du Championnat mondial junior 2015, alors qu’il était capitaine de l’équipe finlandaise, il est déjà bien familier avec la magie qu’on y retrouve à l’intérieur, autant pour les partisans que les joueurs.

« C’était un sentiment génial de jouer contre le Canada [lors de la ronde préliminaire] au Centre Bell et de marquer un but. C’était plutôt génial. La foule n’a pas applaudi lorsque j’ai marqué, par contre », a lancé Lehkonen à la blague, faisant référence à son but de deuxième période face à un autre espoir des Canadiens, le gardien Zachary Fucale, dans une défaite de 4 à 1 de la Finlande le 29 décembre 2014. « C’est un aréna incroyable. J’espère pouvoir bientôt y jouer. J’adore cet endroit. J’en rêve depuis l’instant où j’ai été repêché. Ce serait énorme, ça c’est certain. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Élise Robillard.

VOIR AUSSI
Les Canadiens s'entendent sur les modalités d'un contrat de trois saisons avec Artturi Lehkonen 
Avec tout son coeur 
CH à cœur – Chuck Comeau 
Un but en tête 

En voir plus