Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une question de confiance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD -- Qui n’a jamais inscrit plus de dix buts en une saison et en compte déjà sept – plus qu’Alex Ovehckin, Steven Stamkos, Taylor Hall et Vladimir Tarasenko – à sa fiche après un mois d’activité? Dale Weise.

L’ailier droit a rejoint Max Pacioretty à la tête du classement des marqueurs du club mardi soir lorsqu’il a enfilé l’unique but des siens face aux Sénateurs. La recette de son succès? Elle est bien simple.

« Nous avons beaucoup de plaisir à jouer ensemble, c’est ça la clé », de Weise, en nommant David Desharnais et Tomas Fleischmann, ses compagnons de trio depuis le premier jour du camp d’entraînement. « Nous trouvons même le moyen de rire de nos chances de marquer ratées! »

Du plaisir, quelques plaisanteries et surtout de la confiance : voilà ce qui explique les bons résultats de celui qu’on surnommait le Gretzky néerlandais lors de son court passage aux Pays-Bas durant le lock-out – un sobriquet qui pourrait traverser l’océan Atlantique si le numéro 22 continue à remplir le filet avec autant de régularité.

« La confiance est primordiale pour un joueur de hockey », de poursuivre le Manitobain, auteur d’un tour du chapeau, son premier en carrière, vendredi soir dernier à Calgary. « Lorsque tu as du plaisir, que tu es bien dans ton environnement, autant à l’aréna qu’à l’extérieur de l’aréna, c’est un jeu facile. Tu veux avoir du plaisir et juste jouer. »

Et cette confiance ne passe pas inaperçue aux yeux de Michel Therrien. Selon l’entraîneur-chef, Weise n’est plus le joueur de second rang qu’il était à ses balbutiements dans le circuit Bettman.

« Il est en train de faire sa place. On le plaçait dans un rôle beaucoup plus secondaire dans ses débuts dans la LNH. Je pense qu’il est en train de passer à une autre étape dans sa carrière », d’analyser Michel Therrien à propos de celui qu’il a utilisé à toutes les sauces depuis son arrivée à Montréal en février 2014. « Il est très mature et il comprend beaucoup mieux le jeu. La constance est très importante pour ce genre de joueur, et il nous prouve qu’il peut être constant. »

Si Weise, dont on vantait surtout les qualités défensives, le travail sans relâche et l’esprit d’équipe irréprochable, fait aujourd’hui parler de lui pour ses talents offensifs, c’est notamment en raison de quelques changements dans son programme d’entrainement hors-saison.

« J’ai mis beaucoup d’efforts cet été pour améliorer mes habiletés offensives: tirer au but, jouer autour du filet, travailler avec mes mains, créer des jeux. Ce fut une grosse partie de mon entraînement estival », de confier celui qui a inscrit 29 points la saison dernière, un sommet personnel. « Plus tôt dans ma carrière, je me concentrais surtout sur ma condition physique, je voulais être en meilleure forme possible et je me souciais moins de travailler mes habiletés. Je me suis concentré davantage sur cela dans les dernières années et ça commence à payer. »

La preuve, c’est que Michel Therrien lui donne du temps de glace en avantage numérique. Et si Weise continue à le remercier de la même façon qu’il l’a fait face à Ottawa, l’entraîneur ne risque pas de lui retirer ce privilège de sitôt.

« Présentement, on lui donne l’opportunité de jouer en avantage numérique parce qu’il joue avec beaucoup de confiance », d’admettre le pilote de la formation montréalaise. « J’ai toujours aimé le style de jeu qu’il pratique. Il prend de bonnes décisions et il se dirige au filet. »

Selon Brendan Gallagher, il ne fait aucun doute que Weise mérite d’être sur la glace en situation d’avantage d’un homme.

« C’est le genre de gars qui va contribuer, peu importe où il sera placé », de résumer l’attaquant qui compte cinq buts à sa fiche, dont quatre sur le jeu de puissance, depuis le début de la saison. « J’espère qu’on aura l’occasion de le voir souvent sur l’attaque massive, j’aime bien le voir aller. »

Au final, tout est une question d’apprentissage, de confiance et d’expérience pour Weise. Déjà à sa sixième saison dans la LNH, celui qui a changé d’équipe deux fois depuis qu’il a été repêché par les Rangers de New York en 2008 réalise qu’on ne cesse jamais d’apprendre dans la LNH… et que ceux qui stagnent ne survivent jamais bien longtemps.

« Lorsque tu arrêtes d’apprendre et d’essayer d’être meilleur, ton temps dans cette Ligue peut être très limité. L’expérience est très importante. Le plus expérimenté tu es, le meilleur tu deviens », de conclure Weise, qui, en plus de l’uniforme des Canadiens et des Rangers, a aussi arboré les couleurs des Canucks de Vancouver. « Lorsque j’étais plus jeune et que mes coéquipiers plus vieux me disais que j’allais apprendre avec l’expérience et que ‘’ça viendrait avec le temps’’, je me demandais toujours qu’est-ce que ça pouvait bien dire. Maintenant, je commence à comprendre. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com

LIRE AUSSI
Les Canadiens de Montréal et Off The Hook s'allient pour la "saison 2" de CH X OTH
À la dure
Rapport des IceCaps - 3 nov. 2015

Price, deuxième étoile du mois dans la LNH
 

En voir plus