Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une pièce du casse-tête

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Alors que plusieurs directeurs généraux de la LNH tentent d’améliorer leur équipe, Marc Bergevin, lui, a l’occasion de le faire sans même lever le petit doigt.

En effet, le grand patron du Tricolore pourra compter sur les retours prochains de Pierre-Alexandre Parenteau (commotion cérébrale), Alex Galchenyuk (virus) et de Sergei Gonchar (haut du corps). Alexei Emelin est pour sa part toujours fortement incommodé par une blessure au haut du corps.

Dans le cas de Gonchar, même s’il ne participera pas à la rencontre de mardi soir à St-Louis, il s’approche rapidement du moment où il enfilera son uniforme pour disputer un match.

«Comme c’est là, on y va au jour le jour. Aujourd’hui [lundi] était une grande étape. J’ai recommencé à patiner avec l’équipe, sans réel contact, mais ce n’est que le jour 1. Nous n’avons pas encore de date de retour, nous voulons simplement voir comment mon corps réagit», a laissé tomber Sergei Gonchar au terme de son premier entraînement avec l’équipe depuis qu’il a donné lourdement dans la bande le 14 février, alors qu’il a été frappé par David Clarkson des Maple Leafs, au Centre Bell.

Si l’incident s’est passé vraiment rapidement pour Gonchar, il se souvient toutefois de la réaction de son jeune partenaire en défensive, Nathan Beaulieu, qui a engagé le combat avec Clarkson immédiatement. Il s’agissait seulement de la deuxième fois en carrière où il laissait tomber les gants.

«Sa réaction était géniale. Il y est allé tout de suite. Je n’ai que de bonnes choses à dire à son sujet. Il joue de grosses minutes et il s’améliore à chaque match », lance le vétéran de 40 ans à propos de son partenaire qui est de 18 ans son cadet. «Il a servi toute une passe à Max samedi. On voit qu’il est de plus en plus confortable, il patine mieux, il tire plus souvent, il trouve ses coéquipiers sur la glace. En général, il faut voir sa réaction lors de ce jeu en particulier, mais aussi sa réaction lors de tous les matchs qui ont suivi. »

Après avoir disputé un peu plus de 300 minutes de temps de jeu aux côtés de Beaulieu, Gonchar sait mieux que quiconque où en est rendu le développement du choix de première ronde des Canadiens en 2011.

«Je ne dirais pas qu’il est pleinement développé. C’est encore un jeune homme avec peu d’expérience. Il fait de grands progrès, mais en même temps, je crois qu’il y a encore pas mal de place à l’amélioration », souligne Gonchar qui a également été repêché en première ronde, mais en 1992. «Personne ne peut être satisfait pleinement parce qu’il a le potentiel de devenir un joueur encore meilleur. »

L’absence de Sergei Gonchar dans la formation a permis à son protégé, Nathan Beaulieu, de rendre du galon et ce, à la vitesse grand V.

«C’est un jeune défenseur qui en est encore à ses premiers pas dans la LNH. Si on se souvient bien, il a commencé la saison avec nous et il jouait avec plus ou moins de confiance. Puis, il est retourné dans la Ligue américaine », mentionne Michel Therrien qui a vu Beaulieu réintégrer son alignement le 9 décembre, cette fois-ci pour de bon. «Il n’a pas encore disputé une saison complète dans la Ligue nationale, mais il gagne beaucoup en confiance. Il a moins tendance à se débarrasser de la rondelle sans raison. Maintenant, il se doit d’être constant, c’est là-dessus qu’il doit se concentrer. »

Chose certaine, le pilote du Tricolore n’hésite pas à utiliser Beaulieu dans toutes les situations, comme en fait foi son temps de jeu, qui a largement dépassé la barre des 20 minutes au cours des trois plus récentes rencontres de l’équipe, jouant notamment 25 :10 lors du match contre les Panthers de la Floride jeudi dernier, un sommet en carrière.

Même s’il ne sait pas encore s’il sera de nouveau jumelé à Gonchar lorsque ce dernier sera de retour au jeu, Beaulieu insiste sur le fait que de revoir l’aîné de l’équipe revenir est un bon présage, surtout à l’approche des séries de fin de saison.

«Nous sommes chanceux que ce n’ait pas été quelque chose de plus grave et qu’il soit en mesure de participer à la fin de la saison et aux séries. C’est un gros morceau de cette équipe et nous sommes impatients de le revoir», souligne Beaulieu.

Lui aussi, il est impatient de revenir au jeu.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Gonchar de retour à l'entraînement
Les JO ont aidé Carey Price à prendre de la maturité
Max Pacioretty nommé troisième étoile de la semaine dans la LNH
Ils ont faim
Le jour et la nuit

En voir plus