Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Une force stabilisatrice

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Carey Price n’est pas le seul à s’être taillé une place parmi les grands des Canadiens cette saison.

Avec ses 26 buts et ses 60 points, Tomas Plekanec a obtenu sa meilleure saison offensive depuis 2009-2010, au cours de la plus récente campagne. Il s’agissait de sa septième saison de 20 buts ou plus en carrière. Il a réussi l’exploit dans 70% des campagnes qu’il a amorcées, s’approchant d’une huitième avec sa récolte de 14 buts lors de la saison raccourcie du lockout, en 2012-2013. Du coup Le joueur de centre de 32 ans s’est hissé dans un groupe sélect chez les Canadiens pour le nombre de saisons de 20 buts ou plus.

Seulement dix joueurs dans l’histoire des Canadiens ont fait scintiller la lumière sur une base régulière plus souvent que Plekanec, une liste qui compte Maurice Richard (14) , Jean Béliveau (13), Guy Lafleur (13), Bernard Geoffrion (12), Yvan Cournoyer (12), Jacques Lemaire (12), Henri Richard (9), Steve Shutt (9), Newsy Lalonde (8), et Mats Naslund (8).

Lorsqu’il est question de marquer avec stabilité, Plekanec insiste sur le fait qu’il n’y a pas de formule magique.

«Je tente seulement de faire mon boulot. Peu importe ce qui m’est demandé, je tente de le faire, en plus d’être une menace offensivement », explique Plekanec, qui s’est joint aux Canadiens en tant que membre des Bulldogs de Hamilton, en 2002-2003. «Jusqu’ici, ça fonctionne bien, année après année. Tôt dans ma carrière, je n’aurais jamais pensé faire partie des Canadiens aussi longtemps que ça , de faire partie de la même équipe pour toute ma carrière et de me retrouver sur cette liste. Mais mon but n’est pas d’avoir des saisons de 20 buts; mon but est de gagner la coupe Stanley. »

Avec une fiche aussi remplie de succès au court de la dernière décennie, Plekanec ne veut pas faire de changement majeur à son entraînement au cours de la saison morte. Toutefois, cet été, il fait un changement plutôt significatif.

« Je vais faire le même genre d’entraînement, mais je vais peut-être changer quelques petites choses. La grosse différence, c’est que je vais rester ici, à Montréal, cet été. Je m’entraîne avec Pierre Allard [préparateur physique des Canadiens], à notre centre d’entraînement à Brossard. C’est parfait », lance le natif de Kladno, en République tchèque, qui est à un seul point de son 500e en carrière dans la LNH. «À Brossard, j’ai tout ce dont j’ai besoin. En République tchèque, c’est différent et je dois m’ajuster. C’est donc ce qu’il y a de mieux pour moi. Je vais retourner à la maison au mois d’août pour m’entraîner avec l’équipe de ma ville natale, ce qui est vraiment l’idéal pour me préparer à la saison. »

Faisant partie des meilleurs joueurs autant offensifs que défensifs au cours des récentes saisons, Plekanec a mené les Canadiens au chapitre des mises en jeu pour une septième saison de suite en 2014-2015, étant également l’attaquant le plus utilisé pour une quatrième saison de suite. Lorsque questionné au sujet de sa saison la plus productive en carrière, Plekanec préfère plutôt revenir sur la tournure dramatique de la fin de campagne.

«Pour moi, l’important c’est la coupe. Je ne suis pas vraiment d’accord avec les concepts d’équipe «de séries » ou « de saison régulière ». Tu peux être une bonne équipe en séries, mais tu dois t’y rendre avant. Nous sommes bons pour y arriver. Nous n’avons pas raté les séries bien souvent depuis que je suis à Montréal », mentionne le vétéran centre qui compte 81 matchs en séries éliminatoires derrière la cravate. «J’ai très hâte d’atteindre la finale de la coupe pour finalement avoir la chance de compétitionner pour cet ultime honneur. C’est difficile et les morceaux doivent tomber en place au bon moment. Ce n’est pas arrivé cette année. »

Encore à quelques années du record de la Ligue de 22 saisons de 20 buts détenu par Gordie Howe, Plekanec amorce la dernière année de son contrat de six ans avec la ferme intention de se tailler une place parmi les 20 meilleurs marqueurs de l’histoire de l’équipe. Ayant passé les six dernières années en évitant le sujet, son futur à Montréal sera certainement le point de mire lorsque le camp d’entraînement s’amorcera en septembre. Bien qu’il ne soit pas prêt à divulguer son plan, Plekanec n’hésite pas à mettre l’emphase sur le plaisir qu’il a de jouer depuis toujours à Montréal.

«J’aime Montréal. J’ai toujours dit que c’était ma deuxième maison. Je suis établi ici, je suis content ici et j’adore bien des aspects de cette ville», admet Plekanec. «Ce n’est pas entre mes mains, alors je vais me concentrer sur mon jeu et faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider cette équipe à gagner. On verra après. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Concours "Jouez au DG 2015"
L’étape suivante
CH à cœur : Patrick Côté
Double-jeu
Laisser sa marque... différemment
P.K. Subban se joint à une partie de hockey de rue

En voir plus