Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Une étape à la fois

par Staff Writer / Montréal Canadiens

Pour Sven Andrighetto, la prochaine étape, c’est la LNH.

À l’approche de sa troisième saison chez les professionnels, celui qui a goûté aux vols nolisés, aux hôtels cinq étoiles et à la foule déchaînée du Centre Bell pendant un peu plus d’un mois entre décembre 2014 et janvier 2015 met les bouchées doubles à l’entraînement afin de convaincre la direction qu’il peut évoluer avec le grand club sur une base régulière, en étant toutefois conscient qu’il suit un processus de longue haleine.

« J’y vais une étape à la fois. Lorsque je suis arrivé ici, je voulais atteindre la LNH le plus tôt possible, mais je ne réalisais pas l’ampleur du processus pour y arriver, ce que je réalise maintenant. Ça se fait par étape, et il faut les prendre une à la fois. Je crois que je vais dans la bonne direction », d’admettre le choix de troisième ronde du Tricolore en 2013. « La prochaine étape est la LNH, c’est certain. Mon but est de faire ma place sur cette équipe. J’y vais au jour le jour, je m’entraîne aussi fort que je peux à chaque jour pour être prêt pour le camp d’entraînement. Ensuite, je dois gagner ma place. Tu n’obtiens jamais rien gratuitement, ça c’est sûr, et évidemment il y a plusieurs autres gars qui désirent la même chose que moi. »

L’ailier droit de 22 ans entend ainsi profiter de son expérience de deux ans dans la AHL et de quelques matchs dans la LNH pour gagner sa place dans l’alignement de Michel Therrien.

« J’ai confiance en mes habiletés. J’ai de l’expérience de la saison dernière dans la LNH, j’ai joué deux saisons à Hamilton, c’est sûr que ça m’aide. Je sais que j’ai ce qu’il faut pour jouer à ce niveau, et au bout du compte, c’est à moi de prouver que je suis capable », d’avancer le Suisse qui a inscrit deux buts – dont un à son tout premier match dans la LNH, contre les Stars de Dallas – et ajouté une mention d’aide en 12 rencontres dans la LNH. « En même temps, je ne veux pas trop y penser, je veux simplement sauter sur la glace et faire du mieux que je peux, ce que tous les autres vont faire également. Je dois être prêt. »

Et pour être prêt lorsque s’amorcera le camp des recrues en septembre, il s’entraîne à Brossard où il peut notamment compter sur la présence de quelques vétérans de l’équipe, comme Tomas Plekanec, Andrei Markov et Alexei Emelin, pour ne nommer que ceux-là.

« C’est très agréable. J’ai appris à les connaître lors de mon séjour ici en décembre. Ils m’ont beaucoup aidé. C’était plaisant de jouer avec eux, et maintenant ce l’est tout autant de s’entraîner ensemble. J’apprends beaucoup de ces gars-là », de reconnaître Andrighetto, que Plekanec a rapidement rendu à l’aise lorsque la recrue s’apprêtait à donner ses premiers coups de patin dans la LNH. « Lorsque j’ai été rappelé de la Ligue américaine, il est un des premiers qui est venu me voir et il m’a dit de simplement avoir du plaisir, de profiter du moment et de jouer mon style de jeu habituel. Il me donnait confiance en me parlant sur la glace et en-dehors de la glace. Il me donnait des conseils et des trucs qui m’ont beaucoup aidé. »

En Plekanec – choix de troisième ronde qui s’est amené en Amérique du Nord un an après avoir été repêché pour disputer trois saisons à Hamilton avant de s’établir pour de bon à Montréal – Andrighetto voit un bon modèle, un Européen qui est passé par un chemin semblable au sien il y a une dizaine d’années et qui connaît du succès depuis.

« C’est certainement une référence pour moi. Il est venu d’Europe et a joué à Hamilton pendant un certain temps, comme moi. Il est ici depuis un bon moment maintenant. Si je peux faire la même chose, j’en serai heureux », d’indiquer Andrighetto, qui dit aussi s’inspirer du joueur de centre des Red Wings de Détroit, Pavel Datsuyk. « Avant, je l’admirais en raison de ses habiletés offensives exceptionnelles, mais depuis quelques années, je réalise qu’il est un joueur complet, il enlève la rondelle à ses adversaires avec tellement de facilité. Si vous portez attention à son jeu plus attentivement, vous remarquerez qu’il gagne quasiment chaque bataille. Il est pratiquement meilleur défensivement qu’offensivement, c’est tout dire.

« C’est le genre de joueur que je veux devenir, un joueur complet qui excelle dans les deux sens de la patinoire », de conclure l’attaquant suisse qui a amassé 44 et 43 points à ses deux premières saisons dans la Ligue américaine.

Avec des mentors comme Tomas Plekanec et Max Pacioretty – qui ont fait leurs preuves dans ce département – dans les parages, Andrighetto sera certainement bien outillé pour y parvenir.

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.


LIRE AUSSI

Vers la LNH: Greg Pateryn

Vers la LNH: Alex Galchenyuk

L’attente en valait la peine
 

En voir plus