Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Une équipe dans l'équipe

Les cinq entraîneurs adjoints du Tricolore ont rencontré les médias lundi

par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

BROSSARD - Alors que Michel Therrien est souvent celui devant les caméras, ses adjoints ont pris le relais lundi.

Lors des entraînements et des matchs, la décision finale concernant pas mal n'importe quoi appartient toujours à Michel Therrien. Mais pour en arriver là, plusieurs discussions et échanges d'idées sont survenus entre ses adjoints et lui. 

Si certains sont plus connus que d'autres du grand public, leurs rôles sont tout aussi importants au sein de l'organisation puisque si les joueurs du Tricolore gagnent en équipe, c'est identique au sein du personnel d'entraîneurs.

JEAN-JACQUES DAIGNEAULT

Arrivé à Montréal quelques semaines après l'embauche de Michel Therrien, en juin 2012, Jean-Jacques Daigneault amorcera sa cinquième saison comme adjoint en charge des défenseurs chez le Tricolore. Supervisant également les stratégies en infériorité numérique, l'ancien défenseur qui fêtera ses 51 ans dans quelques jours comprend bien la réalité que vivent les joueurs qu'il a sous sa supervision, lui qui a disputé 899 matchs dans la LNH. 

Video: Daigneault sur le fait de jouer dans la LNH à 18 ans

Daigneault jouera un grand rôle dans le développement du jeune de 18 ans Mikhaïl Sergachev, qui a su lundi qu'il amorcera la prochaine saison à Montréal. S'étant lui-même taillé un poste avec les Canucks de Vancouver au même âge en 1984-1985, Daigneault a été très impressionné par la tenue du dernier choix de première ronde du Tricolore depuis le début du camp d'etraînement.

« C'est une décision difficile. Je crois que c'est encore plus difficile de nos jours pour un défenseur de 18 ans d'avoir du succès dans la LNH. Il y a davantage de parité maintenant qu'il y a 30 ans », admet celui qui a remporté la coupe Stanley à Montréal en 1993. « Il m'a surpris à chacun de ses matchs. C'est le fun de voir un jeune avec tous les outils, qui se déplace bien sur la glace et qui manie bien son bâton. Il y a beaucoup de choses que j'ai enseignées à de jeunes défenseurs par le passé qu'il fait déjà. Il a tous les attributs pour connaître du succès, pas simplement pour survivre dans la LNH, mais pour continuer de s'améliorer sur une base quotidienne. Il sera un élément important de notre équipe. »

STÉPHANE WAITE

Passant presque autant de temps avec les gardiens qu'il s'occupe qu'avec le reste de ses collègues, Stéphane Waite a joué un grand rôle dans l'éclosion de Carey Price depuis son arrivée à Montréal, en 2013. Portant une attention minutieuse à chacun des détails dans la technique de ses cerbères, le séjour de Waite avec l'équipe canadienne à la Coupe du monde lui a permis de voir d'encore plus près que Price était prêt à reprendre le boulot avec le Tricolore cette saison - même si ce dernier a raté l'entraînement de lundi en raison d'un virus. 

Video: Waite sur la décision de placer Condon au ballotage

Admettant qu'il voudrait voir son gardien vedette disputer un maximum d'environ 60 matchs au cours la prochaine saison et son nouvel adjoint, Al Montoya, prendre la relève plus souvent pour alléger la tâche à Price, Waite sait depuis longtemps que son poulain reprendrait là où il avait laissé avant sa blessure. 

« Je le sais depuis le mois de juillet alors que nous étions allés sur la glace ensemble durant trois jours. À la Coupe du monde, nous n'avons jamais parlé de son genou. Nous avons tourné la page et porté notre attention sur son timing et sa condition physique. Il s'améliorait à chaque jour », souligne Waite, qui a remporté deux coupes Stanley à Chicago, en 2010 et 2013, avec deux gardiens différents, Antti Niemi et Corey Crawford. « La Coupe du monde était la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Il m'a beaucoup impressionné. Il mérite tout le crédit. Il a travaillé tellement fort pour retrouver la forme. »

CLÉMENT JODOIN

Doyen du personnel d'entraîneurs avec plus de 30 années d'expérience dans le métier, Clément Jodoin possède une feuille de route bien remplie, lui qui a été entraîneur au niveau universitaire, dans la LHJMQ, sur la scène internationale avec l'équipe canadienne, dans la Ligue américaine sans oublier la LNH. Étant les yeux dans les airs de Michel Therrien durant les matchs, lui qui observe toutes les rencontres du haut de la passerelle de presse, l'entraîneur de 64 ans adore son travail et ne cesse d'apprendre encore aujourd'hui. 

Video: Jodoin sur les différents rôles des adjoints

D'ailleurs, les dernières années passées aux côtés de Therrien lui ont permis de découvrir une attention minutieuse aux petits détails, qui peuvent souvent faire la différence entre la victoire et la défaite.

« Je suis avec lui tous les jours. Sa passion est incroyable. Il ne veut qu'une chose : gagner. Il s'attend au meilleur de tout le monde à chaque match. On s'attend de lui qu'il gagne à chaque fois qu'il va derrière le banc, à 81 reprises durant la saison. Il pousse tout le monde », atteste Jodoin, qui avait assumé les fonctions d'entraîneur adjoint à Montréal de 1997 à 2001 et en 2002-2003 avant d'effectuer un retour en 2012. « Depuis cinq ans, j'ai beaucoup appris de lui sur les petits détails. Comme il dit : ma petite souris travaille 24 heures par jour. De la manière qu'il partage les tâches, tout le monde est impliqué. Lorsque vous travaillez pour les Canadiens de Montréal et pour Michel Therrien, vous allez être responsable de quelque chose et vous tentez de le faire le mieux possible. »

DAN LACROIX

En charge des rapports sur les équipes adverses et des différentes rencontres d'avant-match en compagnie de Clément Jodoin, Dan Lacroix a vu ses responsabilités changer depuis l'embauche de Kirk Muller cet été. Toujours aussi impliqué sur la patinoire durant les entraînements, Lacroix n'a aucunement vu d'un mauvais œil l'arrivée de Muller au sein du personnel d'entraîneurs. Alors qu'il aura toujours son mot à dire lorsque viendra le temps de trouver des solutions, l'entraîneur de 47 ans est tout aussi fébrile à amorcer la prochaine saison que les joueurs qu'il supervisera au cours de la saison.

Video: Lacroix sur les responsabilités partagées

« L'ajout de Kirk a été toute une addition à notre personnel d'entraîneurs cet été. Mon rôle a toujours été d'appuyer Michel et d'aider l'équipe à gagner, peu importe la façon. Mes tâches quotidiennes ont changé », indique Lacroix, qui en sera à une neuvième saison comme adjoint dans la LNH cette année, une troisième à Montréal. « La charge de travail est toujours la même. Il y a assez de boulot à accomplir, durant les entraînements, les exercices et dans la préparation de match, ce qui était une des grosses tâches de Clément l'an passé. C'est quelque chose de nouveau, mais je l'ai déjà fait par le passé à New York. »

KIRK MULLER

Le dernier mais non le moindre, Kirk Muller n'a plus besoin de présentation à Montréal. Amorçant une première saison à titre d'entraîneur associé à Michel Therrien, Muller admet que ses dernières années à titre d'entraîneur-chef avec les Hurricanes et d'adjoint chez les Blues lui ont été très bénéfiques depuis qu'il a quitté Montréal en 2011. Alors qu'il aura comme tâche de revigorer l'avantage numérique du Tricolore qui a connu des ennuis au cours des dernières années, l'ancien capitaine des Canadiens a bien hâte de reprendre là où il a laissé en ville, avec plusieurs des joueurs qu'il a connus à leurs débuts, mais qui sont aujourd'hui des éléments importants de l'organisation.

Video: Muller sur son retour à Montréal

« Vous ne pouvez pas battre l'expérience et passer quelques années en Caroline a été bénéfique pour moi, en voyant les responsabilités quotidiennes d'un entraîneur-chef et les scénarios auxquels il fait face. Lorsque vous êtes dans cette position, vous devez vraiment porter attention aux détails », laisse entendre Muller, qui a occupé les deux dernières campagnes aux côtés du quatrième entraîneur-chef le plus victorieux de l'histoire de la LNH, Ken Hitchcock. « C'est incroyable de voir le niveau de maturité de gars comme Pleky [Tomas Plekanec], Patch [Max Pacioretty], Pricer [Carey Price] et Davey [David Desharnais]. Ils ne sont plus des enfants. Ils sont des vétérans établis et les leaders de l'organisation. Ils font tout un boulot. Ça a été quelque chose de voir où ils sont rendus maintenant. »

En voir plus