Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Une dose d’énergie

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Michel Therrien voulait davantage d’énergie de son équipe samedi. Son quatrième trio n’a pas eu à se le faire répéter deux fois.



À la fin d’une éprouvante semaine où ils ont disputé quatre rencontres en six soirs, les Canadiens voulaient démontrer qu’ils avaient encore de l’essence dans le réservoir samedi. Face à une formation comme les Sabres qui est reconnue pour aimer brasser les choses sur la glace, les joueurs robustes du Tricolore étaient prêts à se salir les mains pour aider leur équipe. Ce qu’ils n’s’attendaient peut-être pas c’est qu’ils contribueraient plus avec leurs points qu’avec leurs poings.
Faits saillants de la rencontre

« Mon trio a très bien joué ce soir et mes coéquipiers ont tout fait pour me faciliter les choses », explique Ryan White, qui a récolté une mention d’aide à son retour au jeu, lui qui avait été retranché de la formation jeudi face aux Bruins. « Nous voulions seulement profiter au maximum de notre opportunité et je voulais m’assurer d’être prêt à chaque occasion où j’étais utilisé. »

Conscient que sa situation n’est pas des plus faciles puisqu’il doit céder sa place dans l’alignement de temps à autres et sait parfois seulement qu’à la dernière minute s’il sera en uniforme, l’attaquant manitobain a de nouveau vécu ce scénario ce soir alors qu’il n’a su qu’après la séance d’échauffement qu’il affronterait les Sabres. White n’a pas fait regretter à son entraîneur sa décision et il a été l’élément déclencheur du premier but de la rencontre des siens, qui est tombé à pic après une première période terne.

« J’ai seulement tenté de me concentrer sur jouer du bon hockey.     Je crois que le plus gros défi a été de garder confiance et de ne pas douter de moi », poursuit White, qui a été utilisé durant 12:53 samedi, un sommet pour lui cette saison. « Mes coéquipiers ont été très bons envers moi et pour me rappeler que je jouais bien. Je ne peux me contenir à chaque fois que j’ai l’occasion d’être là. »

Alors que rien ne semblait vouloir débloquer pour le Tricolore après 20 minutes de jeu, ne décochant que quatre lancers vers le gardien Jhonas Enroth, White et ses compagnons de trio Brandon Prust et Travis Moen ont décidé de prendre les choses en main en prenant d’assaut le filet adverse dès le retour du vestiaire. Leur combativité a porté fruit puisque Prust a profité de cette pression en zone adverse pour ouvrir la marque après seulement 19 secondes d’écoulées et ces derniers sont revenus à la charge au milieu du deuxième vingt lorsqu’ils ont habilement préparé le but de Tomas Plekanec.

Voilà l’impact que Therrien voulait voir de ces joueurs en particuliers et leur impact a été l’élément déclencheur de cette cinquième victoire d’affilée pour les Canadiens, un sommet cette saison.

« Nous n’avions pas connu une bonne première période. Nous parlions de ça avant le début de la deuxième. Nous voulions retourner à notre plan de match et pousser la rondelle en fond de zone. C’est exactement ce que nous avons fait en deuxième et ça a été une bonne période pour nous », confie Brandon Prust, qui a mis fin à une disette de 13 matchs sans marquer lorsqu’il a fait bouger les cordages samedi. « Nos meilleurs joueurs ont pris beaucoup de responsabilités sur leurs épaules dernièrement et ils ont fait tout un travail. Nous voulons contribuer peu importe la façon. Nous étions heureux de le faire ce soir et nous ne voulons pas nous arrêter là. Nous devons continuer d’aider. »

Alors qu’il n’est pas surprenant de voir que Plekanec a terminé la soirée avec une récolte d’un but et une mention d’aide, ce n’était que la sixième fois de la carrière de Prust qu’il terminait une rencontre avec deux points à sa fiche personnelle. Ne lui manquant qu’une bagarre pour compléter le fameux tour du chapeau à la Gordie Howe, le robuste attaquant de 29 ans admet qu’il a pensé en cours de partie trouver un moyen de le faire. Ne l’ayant jamais réussi depuis son entrée dans la LNH, il aurait été déçu de voir son coéquipier tchèque accomplir l’exploit avant lui.

« J’aurais été déçu s’il l’avait fait avant moi », lance Prust, en riant. « J’avais l’habitude de le faire souvent dans les rangs juniors, j’étais reconnu pour ça. J’y pensais définitivement mais les sabres ont fait 3 à 2 et je ne voulais pas prendre de chance de risquer quelque chose. »

Et c’est grâce à cette mentalité d’équipe avant tout que rien ne semble arrêter le Tricolore par les temps qui courent.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI:
Le jeu des chiffres - 7 décembre 2013
Faits saillants: Canadiens vs. Sabres
Sommaire
Face à face : Sabres @ Canadiens
Jour de match: Sabres @ Canadiens
Chez les Bulldogs – 6 déc.

En voir plus