Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une autre vision du futur

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL  -- Personne ne peut accuser les Canadiens de faire preuve de jeunisme, avec Ben Maxwell devenant le plus récent espoir à faire ses débuts avec l’équipe ce samedi.


« J’étais anxieux et un peu nerveux au début et je suis heureux que la glace soit maintenant brisée. Les deux points au classement auraient été bien mieux cependant », a indiqué Maxwell. « Je me suis fait prendre au départ à courir partout sur la patinoire, mais ça s’est replacé. »

À son premier match dans la LNH, Maxwell, qui en est qu’à sa première saison chez les professionnels, a rapidement eu un vote de confiance de l’entraîneur-chef des Canadiens qui l’a placé au centre de Matt D’Agostini et Andrei Kostitsyn en l’absence du capitaine Saku Koivu.
 
« Ben est un joueur offensif, il a une bonne vision du jeu et je crois qu’il a bien joué pour un premier match », a expliqué Guy Carbonneau. « Il était nerveux au départ, mais il était de plus en plus confortable au fur et à mesure que le match a progressé, créant de bonnes choses. »

Preuve à l’appui, Maxwell a obtenu une échappée en deuxième période qui a vu le jeune joueur de centre passer à un cheveu de battre le gardien recrue des Capitals Simeon Varlamov, lui qui en était aussi à son premier match dans la LNH.
 
« J’étais content d’être en mesure de montrer un peu ce que je peux apporter à l’équipe. Les deux chances que j’ai obtenues ce soir ont été préparées par Dags », a poursuivi Maxwell, à propos de son ancien coéquipier chez les Bulldogs Matt D’Agostini. « Nous avons joué ensemble que trois matchs à Hamilton, mais nous avons été en mesure de bien nous repérer sur la glace. »

N’étant pas le seul joueur dans le vestiaire à avoir de difficulté à se faire pousser la barbe n’est pas passé inaperçu non plus aux yeux de Maxwell.
 
« C’est certain que de ne pas être le seul jeune joueur dans le vestiaire est un immense avantage », a admis Maxwell. « Ils ont tous passé par le même chemin que moi et j’ai la chance que des gars comme Matt me montre les rudiments et voir des visages familiers ne nuit jamais. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
De la bouche de l'ennemi
Le jeu des chiffres
La bande à Ovechkin a le dessus
La grille du samedi 


En voir plus