Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une année de transition pour Waked

Le jeune attaquant n'a pas le même rôle offensif avec le Rocket que dans le junior

par Joanie Godin @CanadiensMTL / canadiens.com

LAVAL - Antoine Waked se doutait bien que la marche était haute entre la LHJMQ - où il a dominé à sa dernière année avec les Huskies de Rouyn-Noranda - et la Ligue américaine. Son rôle a changé, mais sa motivation et son désir de s'améliorer sont toujours les mêmes.

Le jeune Québécois a signé un contrat de trois ans avec l'organisation des Canadiens à l'été 2017 et il vit donc sa première année professionnelle, avec le Rocket de Laval.

«Ça va bien. Je pense que j'apprends beaucoup à chaque entraînement, chaque partie, avec tout le personnel d'entraîneurs et les installations qu'il y a à notre disposition, c'est facile d'apprendre, et c'est ce que j'essaie de faire chaque jour», a mentionné l'attaquant de 21 ans.

Mais il y a quand même eu une période d'adaptation.

«C'est sûr que l'adaptation n'a peut-être pas été aussi facile que je le pensais. L'exécution, le patin, la vitesse, c'est une bonne coche en haut du junior», a-t-il admis.

Il n'y a pas juste ces aspects qui sont différents, il y a son rôle et son apport offensif. À sa dernière année dans la LHJMQ, Waked a inscrit 80 points (39B-41A) en 67 matchs, pour terminer au 12e rang des pointeurs de la ligue. Cette saison avec le Rocket, son nom apparaît beaucoup moins souvent sur la feuille de pointage, puisqu'il avait inscrit quatre points (2B-2A) en 40 matchs. Trouve-t-il ça difficile de ne pas afficher les mêmes statistiques?

«Non, pas du tout. À ma première année junior, j'ai fini l'année avec cinq points, ma deuxième à 31. Je suis habitué à avoir différents rôles, sur le premier ou quatrième trio, alors c'est vraiment juste de contribuer aux succès de l'équipe chaque jour», a-t-il répondu.

Maintenant qu'il est dans la cour des grands, Waked s'affaire à s'améliorer sur tous les aspects, dès qu'il le peut. En gymnase, il travaille chaque jour à renforcir le haut et le bas de son corps. Sur la glace, il veille à peaufiner tous les petits détails dont lui fait part le personnel d'entraîneurs.

«J'ai beaucoup de feed-back. Après chaque partie, je fais du vidéo avec Nick [Carrière, entraîneur adjoint] et il m'aide beaucoup à améliorer mon jeu. C'est de l'écouter et d'appliquer ça dans les matchs. Ces petits détails, c'est d'avoir le bâton sur la glace en échec-avant, d'être vraiment une peste comme on dit, de toujours travailler fort, d'être le premier sur la rondelle, des choses comme ça. Il veut que je le fasse à un très haut niveau et c'est ce que j'essaie de faire», a poursuivi Waked.

Il a également la chance d'être entouré de joueurs plus âgés, plus expérimentés, qui peuvent le guider dans les hauts et les bas d'une première saison chez les pros. 

«Ce sont pas mal tous les joueurs [qui m'ont pris sous leur aile]. J'ai la chance de parler un peu plus avec Kyle Baun, qui est à côté de moi dans le vestiaire. Ce sont toutes de très bonnes personnes, on est chanceux d'avoir une bonne équipe comme ça, il y a un bel esprit d'équipe. Tout le monde facilite mes débuts professionnels», a affirmé le natif de Saint-Bruno.

Les Canadiens ont effectué plusieurs rappels depuis le début de la saison et l'absence des joueurs importants chez le Rocket comme les attaquants Daniel Carr, Nicolas Deslauriers et le capitaine Byron Froese ouvrent la porte aux jeunes et leur donne aussi espoir d'être un jour le joueur rappelé en renfort par le grand club.

«Juste de voir les succès des gars qui montent et pour qui ça va super bien - je pense à Nicolas Deslauriers qui a gagné le joueur du mois en décembre, c'est un accomplissement, c'est le fun pour lui. Et nous, on regarde ça et on se dit qu'on est capables de faire comme lui. On est tous contents quand nos coéquipiers ont une chance de jouer avec les Canadiens - c'est notre but à tous de monter», a-t-il souligné.

De son côté, Waked espère profiter de cette occasion pour faire ses preuves et remplir le vide que ces joueurs laissent à Laval.

«C'est sûr que je veux prouver que je suis important pour l'équipe et je veux avoir le plus de temps de glace possible pour aider le Rocket. Il faut travailler fort», a mentionné le numéro 19 des Lavallois.

À court terme, l'ancien des Huskies espère augmenter son temps de glace et continuer à s'améliorer et à long terme, il cherche à bien s'établir au sein de l'équipe.

«J'aimerais être sur un top 6, top 9 constant», a conclu le jeune homme.

En voir plus