Skip to main content
Oficiální stránky Canadiens de Montréal

Un nouveau départ

par Staff Writer / Montréal Canadiens

PHILADELPHIE – Les Canadiens sont en quête d’une étincelle pour redémarrer la machine. Ils pourraient bien la trouver à Philadelphie.

La pause du Match des étoiles aura permis aux joueurs des Canadiens de profiter de quelques jours pour recharger les batteries, se vider la tête et se préparer pour le sprint final qui se terminera le 9 avril… ou espérons-le, plus tard.

« C’est ce qui a été bien avec cette pause. J’ai pu penser vraiment à autre chose qu’au hockey », a lancé tout sourire Max Pacioretty qui a passé du temps en Floride en compagnie de sa famille et d’amis. «Par contre, en Floride, avec le succès que les Panthers connaissent en ce moment, il y avait un certain buzz entourant le hockey. Chaque fois que j’en entendais parler, je faisais comme si je ne savais pas de quoi il s’agissait. »

Même s’il a évité de parler de hockey et qu’il a préféré le sable chaud à la surface glacée au cours des derniers jours, le capitaine des Canadiens était bien content de renouer avec ses coéquipiers afin d’amorcer le dernier droit de la saison avec la ferme intention de combler le déficit de trois points qui les sépare d’une participation aux séries éliminatoires. Ils ont 32 matchs pour y arriver et ça commence mardi soir contre les Flyers de Philadelphie.

«C’est un gros défi. Ce n’est pas nécessairement facile pour nous. On parle d’un début de saison où tout allait bien et les gens disaient du bien de notre équipe. Maintenant on a fait un virage à 180 degrés, autant au classement que dans la façon qu’ont les gens d’évaluer notre équipe », mentionne le capitaine Max Pacioretty au sujet des récents insuccès de la formation qui présente une fiche de 2-7-1 à ses dix dernières rencontres. «On doit tout bloquer ça. Nous savons ce que nous avons dans ce vestiaire; un bon groupe de gars qui sait comment gagner et qui veut gagner. On doit commencer à le faire soir après soir maintenant. »

À l’entraînement le pilote des Canadiens avait réuni un duo qui a connu d’excellentes saisons au cours des dernières années. David Desharnais était de nouveau flanqué de Max Pacioretty, duo auquel s’était greffé cette fois-ci Dale Weise.

«La chimie qu’on a entre nous ne disparaît pas comme ça. On n’a pas joué beaucoup de matchs ensemble cette année. On va travailler ensemble pour marquer plus de buts et essayer de retrouver le chemin de la victoire», a expliqué Desharnais qui a pour sa part passé les derniers jours à Mont-Tremblant. «Il faut le voir comme un nouveau départ, pour tenter de remettre les choses en place et affronter le défi qu’il nous reste à surmonter d’ici la fin de l’année. »

Quand on pense à ce duo, on pense à deux hommes qui ont terminé dans le top 3 des meilleurs attaquants des Canadiens lors de trois des quatre dernières saisons. Un duo qui a été placé ensemble 74% du temps depuis la saison 2012-2013.

«Ça a déjà marché. J’ai confiance en notre duo. Ça a marché pendant plusieurs années. Il n’y a aucun doute dans ma tête qu’on est capable de ravoir cette chimie», a lancé Desharnais qui a d’ailleurs connu sa meilleure saison en carrière en 2011-2012 aux côtés de Pacioretty et d’Erik Cole.

«C’est certain que mon temps de glace est bien différent quand je joue sur le troisième ou le premier trio. Ça passe de 14-15 minutes à 18-19 minutes alors tu peux être un peu plus essoufflé », a lancé Desharnais à la blague qui a disputé plus de 19 minutes de jeu à deux reprises cette saison, les deux fois en compagnie du numéro 67. «C’est certain que je vais manger un peu plus léger au cours des prochains jours. »

Si Desharnais va manger plus léger, il y a en a un qui prendra les bouchées doubles dans le vestiaire du Tricolore, en espérant démontrer ce qu’il est en mesure de faire. Lucas Lessio y est allé d’un premier entraînement avec sa nouvelle formation, lui qui a été acquis des Coyotes peu avant Noël en retour de Christian Thomas.

«Ton objectif est toujours de travailler de ton plus fort et espérer que tout aille pour le mieux. J’ai travaillé fort et c’est ça qui arrive en ce moment » a lancé tout sourire l’ailier gauche ontarien. «J’étais un peu nerveux à l’entraînement ce matin. C’est certain que ça prend cinq ou dix minutes pour s’habituer un peu aux gars, mais après ça, tu joues au même sport auquel tu joues depuis que tu es enfant. C’est certain qu’il y a un peu nervosité, mais ça disparaît rapidement. »

Michel Therrien n’a pas confirmé si Lessio serait en uniforme pour affronter les Flyers, mais il pourrait bien y avoir un autre épisode de nervosité dans le futur rapproché du jeune homme de 23 ans. Il pourrait bien s’agir pour lui d’un nouveau départ.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Entraînement en rafale
Scott, Atkinson et Eichel sont les étoiles de la semaine
À surveiller cette semaine 
Fin de semaine de rêve
Laissez-moi vous divertir 

En voir plus