Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Un match… un seul.

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Après un calendrier régulier de 82 matchs  et deux difficiles mois de séries éliminatoires, les Canucks et les Bruins joueront un ultime match, le 16e match numéro 7 de l’histoire de la finale de la coupe Stanley.


Trente équipes savent ce que c’est que d’en arriver à un point où un seul duel détermine l’issue de la saison. Pour Vancouver, la soirée de mercredi pourrait bien marquer la première coupe Stanley de la franchise, alors que l’édition 1993-1994 des Canucks était passée à un cheveu face aux Rangers. Pour les Bruins, après avoir été poussés à la limite face aux Canadiens et au Lightning, ils pourraient bien devenir la première équipe à remporter trois matchs numéro 7 au cours d’une même saison.

Même si les Bruins ont un certain momentum après la victoire de lundi à Boston, les Canucks ont l’Histoire de leur côté alors que 12 des 15 matchs se sont soldés par la victoire de l’équipe hôtesse. Vancouver voudra probablement marcher dans les traces des Devils de 2003, alors qu’ils ont remporté tous les matchs à domicile pour l’emporter en sept.

Plus près de Montréal, les Canadiens ont d’ailleurs eu leur lot de matchs cruciaux, soit en 1954, 1955, 1965 et 1971. Dans les deux premiers cas, la troupe dirigée par Dick Irvin en 1954 et par Toe Blake en 1955 s’est butée aux Red Wings de Detroit. Dans le premier de ces deux cas, la rencontre a même nécessité la prolongation. C’est d’ailleurs à ce jour la dernière fois où le temps réglementaire n’a pas fait de maître dans un septième match de finale. La formation de la capitale de l’automobile est d’ailleurs celle qui a dû jouer quitte ou double le plus souvent. Des 15 matchs numéro 7 en finale, les Wings ont été impliqués 46,7% du temps. Le Tricolore suite tout juste derrière avec 26,7%.

En 1965, les Blackhawks s’amènent au Forum de Montréal dans l’espoir de causer la commotion et de retourner à la maison en soulevant la coupe. Toutefois, la troupe de Toe Blake avait une autre idée en tête. Dès la première période, le sort en est jeté alors que les Canadiens ont une avance de quatre buts. Le gardien Gump Worsley fera le reste du travail et les Montréalais paradent sur Ste-Catherine dans les jours qui suivent. Les Blackhawks auront l’occasion de se venger quelques années plus tard, en 1971, encore une fois dans un match numéro 7. Toutefois, ce ne sera pas le cas, les Canadiens soulevant une fois encore la coupe Stanley après une victoire de 3 à 2.

En incluant la rencontre de mercredi au Rogers Arena, six des 16 matchs ultimes ont eu lieu au cours des 10 dernières années.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Cammy au sein du comité de compétition
Nulle part ailleurs
Se faire les dents
Andrei Kostitsyn s'entend avec les Canadiens pour une entente d'une saison 
En voir plus