Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Un homme de parole

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Markov s'entend avec les Canadiens


Andrei Markov était tout sourire lors de la conférence de presse pour annoncer sa nouvelle entente de quatre ans.

MONTRÉAL - Andrei Markov n'est pas le plus bavard, mais lorsqu'il parle, il tient parole. Tel qu'il l'avait exprimé après la saison régulière, Markov souhaitait demeurer à Montréal et c'est ce qu'il fera jusqu'en 2011.

« Bonjour, comment ça va? », a lancé Markov dans la langue de Molière avant de poursuivre en anglais. « J'adore Montréal. Je voulais rester ici et je suis heureux que cela est possible grâce à cette entente de quatre ans. »

Pas étranger aux intenses négociations, le super agent Don Meehan a trouvé une paire parfaite en Gainey et Markov pour faire quelques pas de danse.

« Pour être franc, ce fut très rafraîchissant de voir la détermination d'Andrei de vouloir demeurer avec les Canadiens », a indiqué Meehan. « Dès le départ, les Canadiens étaient dans la mire d'Andrei. Il a été très clair sur ce point : Montréal est l'endroit où il veut jouer et nulle part ailleurs. »
 
Une douce musique aux oreilles du directeur général du Tricolore.

« Lorsque nous avons effectué notre bilan de fin de saison, nous avions indiqué que d'en venir une entente avec Andrei était au sommet de notre liste de priorités », a expliqué Gainey « Nous sommes donc heureux d'annoncer à nos partisans que nous avons accompli cette tâche. Il est un joueur très important au sein de notre équipe et de notre groupe de défenseurs. »

Gainey ne tarit pas d'éloges lorsqu'il est question du défenseur qui s'est joint à l'organisation en 1998 après avoir été sélectionné au 162e rang lors du repêchage.

« Il fait partie de l'élite », a ajouté Gainey. « Son jeu et ses statistiques le démontrent clairement. De plus, cela devient une évidence lorsqu'un joueur représente sa formation nationale aux Jeux olympiques ou au Championnat du monde comme le fait Andrei et y brille en affrontant les meilleurs joueurs de chaque pays.

« La blessure au genou gauche qu'il a subie à Moscou a quelque peu ralenti le procédé, mais que d'une dizaine de jours », a renchéri Gainey. « Ce n'est qu'une élongation. Il devrait être complètement rétabli à 100% d'ici environ huit semaines, bien assez tôt pour être prêt pour le camp d'entraînement en septembre. »

Andrei Markov tentera de procurer d'autres moments de réjouissance comme celui-ci au cours des quatre prochaines années.

En 77 matchs avec les Canadiens en 2006-2007, le numéro 79 des Canadiens a récolté six buts et 43 mentions d'aide, le plus haut total pour un défenseur du Tricolore depuis 1988-1989 alors que Chris Chelios avait amassé 58 passes.

« Andrei est notre général à la ligne bleue », a indiqué Guy Carbonneau. « Il était un atout important non seulement chez les défenseurs, mais pour toute l'équipe. C'était très important pour moi de le revoir pour les quatre prochaines années. »

L'entraîneur-chef des Canadiens aimerait également pouvoir compter sur un autre défenseur qui a dirigé l'attaque massive des Canadiens lors de la dernière campagne.

« Notre prochaine priorité est maintenant Sheldon Souray », a poursuivi Gainey. « Nous allons entamer les négociations au cours des prochains jours. »

Celui qui vient d'unir sa destinée avec les Canadiens jusqu'en 2011 abondait dans le même sens.

« Shelly est un morceau important de cette équipe et un grand joueur », a indiqué Markov. « Il est également un leader dans le vestiaire. Nous devrons attendre de voir ce qui se passera, en espérant qu'il soit de retour. »

La question qui tue maintenant est de savoir si Markov tentera de contacter Souray afin de le convaincre de demeurer à Montréal.
 
« Non, je ne crois pas que je vais faire ça », a avoué Markov, tout sourire. « Cette importante décision lui revient et il fera ce qui est le mieux pour lui. »

En jugeant le sourire de Markov aux côtés de son directeur-gérant et de son entraîneur-chef, c'est exactement ce que le défenseur russe a fait en apposant sa griffe sur les lignes pointillées.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

En voir plus