Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Un autre pas dans la bonne direction

L'ancien gardien des Canadiens est très heureux de l'implantation d'une patinoire BLEU BLANC BOUGE à Sherbrooke.

par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

SHERBROOKE - Jocelyn Thibault voit d'un très bon œil l'arrivée de la plus récente patinoire BLEU BLANC BOUGE, à Sherbrooke, surtout qu'il côtoie des jeunes sur une base quotidienne en Estrie.

Bien que l'ancien gardien des Canadiens soit né à Montréal et qu'il ait grandi à Laval, c'est à Sherbrooke qu'il est aujourd'hui établi. C'est dans cette ville qu'il a connu ses meilleurs moments dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, avec les défunts Faucons au début des années 1990.

Thibault est réjoui de la construction de bâtir cette huitième patinoire communautaire de la Fondation des Canadiens pour l'enfance. L'homme d'affaires établi et directeur général du Phoenix de Sherbrooke dans la LHJMQ était présent lors de l'ouverture officielle mardi. Selon lui, le site sélectionné pour la mise sur pied de ce projet était judicieux et il ne sera que bénéfique pour les habitants de ce quartier.

« Ces patinoires, ce sont tellement des beaux projets, surtout qu'elles sont implantées à travers le Québec, dans différentes communautés qui ont besoin d'infrastructures de ce type-là. À Sherbrooke, l'emplacement de cette patinoire est extrêmement bien choisi. Là où elle est, dans l'ouest de la ville, c'est un coin un peu plus difficile que d'autres secteurs. Je trouvais ça bien que les Canadiens choisissent Sherbrooke pour un projet comme celui-là », a admis Thibault, qui faisait partie d'un contingent de plusieurs membres de l'organisation et d'Anciens Canadiens sur place, au parc Alfred-Élie-Dufresne.

À la tête d'un groupe qui a permis de mettre sur pied le Complexe sportif Thibault GM - également à Sherbrooke -, l'ancien cerbère, qui a fêté son 42e anniversaire de naissance il y a quelques jours, a toujours été d'avis que l'activité physique devrait faire partie intégrante du quotidien des jeunes. 

Beaucoup d'efforts ont été déployés depuis quelques années sur le plan du sport en général dans la région. Le fait que cet espace permettra aux Sherbrookois et Sherbrookoises de tous les milieux de demeurer actifs 12 mois par année, ainsi que de pouvoir pratiquer différents sports au gré des saisons, est quelque chose de très important pour le père de trois enfants.

« Les jeunes ne bougent jamais assez. Ce que je veux dire, c'est qu'on n'en fait jamais assez pour les faire bouger. Il y a beaucoup d'efforts qui ont été faits ici, souligne celui qui a également été impliqué dans le programme de sport-études de sa région, où il a été l'entraîneur de l'équipe féminine de deux de ses filles. 

« Plusieurs patinoires ont été aménagées au cours des dernières années dans plusieurs secteurs ici, mais surtout à l'intérieur. L'ajout de cette patinoire-là est un autre grand pas dans la bonne direction. Je crois tellement en ça; les jeunes, le sport et les bonnes habitudes de vie. Pas seulement au hockey, mais juste sortir, bouger, faire de l'exercice et initier les jeunes au sport. »

Alors que dame nature a été difficile à suivre depuis le début de l'hiver dans la province, les occasions pour les jeunes d'enfiler leurs patins et de profiter des patinoires n'ont pas été nombreuses. C'est pourquoi les patinoires de la Fondation des Canadiens pour l'enfance seront encore plus importantes dans le futur, particulièrement avec le réchauffement climatique, qui occupe une place de plus en plus prédominante dans nos réalités.

Avec des installations comme celle de Sherbrooke - et dans les mois à venir dans le quartier Ahuntsic à Montréal, ainsi qu'à Trois-Rivières - les jeunes de plusieurs communautés n'auront plus à se soucier de cette contrainte, et pourront continuer de découvrir les avantages d'un mode de vie sain et physiquement actif.

« On ne se le cachera pas, mais avec les hivers que nous avons depuis un certain temps au Québec, ça n'aide pas. Dans mon temps, les villes ouvraient les patinoires au mois de novembre. Il pleuvait très rarement. Mais maintenant, c'est très difficile d'avoir une glace naturelle à temps plein. Les patinoires réfrigérées comme celles des Canadiens aideront énormément et elles pourront inciter encore plus les jeunes à aller patiner durant l'hiver », a conclu Thibault.

En voir plus