Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Tu l’as méritée Chris

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL -- L’être humain peut toujours repousser ses limites. C’est du moins ce que Chris Chelios a prouvé pendant toutes ses années dans la LNH.


Après 26 ans de bons et loyaux services pour le hockey, le doyen de la LNH prend finalement sa retraite. À 48 ans, Chelios décide d’accrocher ses patins, demeurant toutefois dans l’organisation des Red Wings. Lors de son discours pour annoncer son départ après 1651 rencontres en carrière, un record de tous les temps pour un défenseur dans la LNH, Chelios a tenu à remercier l’organisation qui l’a vu naître, les Canadiens de Montréal.


«J’ai été vraiment chanceux d’avoir de bonnes relations avec mes coéquipiers et mes équipes au courant de ma carrière, à commencer par les Canadiens de Montréal. Mon premier entraîneur a été Jacques Lemaire. J’ai joué avec les grands: Guy Lafleur, Bob Gainey, Larry Robinson… des joueurs que j’ai respectés et que j’ai écoutés. Chris Nilan, un grand ami, qui m’a pris sous son aile comme un fils et qui m’a protégé lors des six premières années où j’ai joué avec lui », mentionne celui qui a été repêché en deuxième ronde, 40e au total, par les Canadiens, en 1981.

En plus de côtoyer des coéquipiers de renom, Chelios a également eu la chance de rencontrer les légendes du Tricolore.

«J’ai passé du temps avec des légendes : les frères Richard, Jean Béliveau, Yvan Cournoyer… à écouter leurs histoires du moment où ils jouaient. Ce que ça prenait pour gagner. Comment chacun de ces joueurs a mis l’équipe avant ses propres désirs individuels. Il n’y avait aucun égoïsme dans ce groupe de joueurs et j’ai appris des meilleurs », a confessé Chelios.

Le défenseur qui a disputé 402 rencontres dans l’uniforme bleu-blanc-rouge a également eu une pensée pour l’homme qui lui a donné sa chance le 8 mars 1984, alors qu’il a disputé sa toute première rencontre dans la LNH.

«J’aimerais remercier Serge Savard pour le support qu’il m’a apporté. Il m’a poussé dès le premier jour. Je n’oublierai jamais mes débuts. J’ai eu un seul point à mes 14 premiers matchs avec les Canadiens. Je n’ai même pas défait mes bagages puisque je croyais être renvoyé n’importe quand dans les mineures », s’est souvenu Chelios.

« Serge Savard et Jacques Lemaire ont persisté à me faire jouer et j’ai finalement débloqué. Ça a aussi certainement aidé d’avoir Patrick Roy derrière moi au cours des six années suivantes. Merci Patrick, un autre bon ami et coéquipier», a laissé savoir l’ancien numéro 24.

Chelios est le dernier défenseur des Canadiens à avoir mis la main sur le trophée Norris, en plus d’avoir aidé l’équipe à remporter la coupe Stanley en 1985-1986. Au total, il mettra la main trois fois sur le trophée Norris, en plus de soulever la coupe à trois reprises au cours de sa carrière.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Bio de Chris Chelios
Vers 2010-2011 – Andrei Markov
Le Tricolore conclut une entente d'affiliation avec les Nailers de Wheeling 
Vers 2010-2011 – Tom Pyatt 
Vers 2010-2011 - Scott Gomez 
Vers 2010-2011 - Brian Gionta 
Vers 2010-2011 – Michael Cammalleri 
En voir plus