Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Trevor au bâton

par Staff Writer / Montréal Canadiens
PHILADELPHIE – Les listes sont prêtes, les stratégies sont peaufinées et des centaines de jeunes attendent de connaître leur sort. Bienvenue au repêchage de la LNH.


Pour une 12e année de suite, le contingent des Canadiens sera choisi par Trevor Timmins, qui compte parmi ses prises quelques perles rares telles que P.K. Subban, Brendan Gallagher, Carey Price, Max Pacioretty au cours des années. Les Canadiens s’amenant au podium au 26e rang cette année, l’expérience de l’homme de hockey ne sera certainement pas de trop.

«Chaque sélection a de la valeur pour nous et on étudie chaque choix. Nous espérons avoir ce que nous appelons «un petit coup de main» des équipes en avant de nous et que nous ayons des joueurs plus hauts sur notre liste qui seront disponibles au 26e rang lorsque nous choisirons », a mentionné Timmins qui compte 22 ans d’expérience dans la LNH. «Il y a beaucoup de parité dans les choix 15 à 40. En choisissant au 26e rang, on peut prendre un joueur qui était sur la liste d’une autre équipe au 35e rang. C’est un peu comme ça chaque année. »

Utilisant toujours le talent comme critère principal au niveau de la sélection des espoirs, Timmins avoue que depuis l’arrivée de Marc Bergevin en poste, il y a un autre critère qui est encerclé en rouge dans son calepin.

«Depuis que Marc est là, nous avons mis l’emphase sur le caractère et l’éthique de travail. Ça a toujours été le cas, mais on cherche à mettre encore plus l’emphase sur cet élément dans l’avenir. On veut des joueurs contre qui il est difficile de jouer», a ajouté Timmins, qui a passé les 365 jours derniers, en compagnie de son équipe de 15 dépisteurs, à écumer les arénas du Canada, des États-Unis et de l’Europe, à la recherche des meilleurs talents. «Tu veux voir un joueur se comporter sur la glace avant de le rencontrer. Il y a une corrélation entre ce qui se passe sur la glace et à l’extérieur. On fait des vérifications et des entrevues progressives avec les joueurs, mais ce que tu vois sur la glace, c’est ce qui donne la meilleure indication. Ça l’a toujours été et ça le sera toujours. »

Trevor Timmins parle du repêchage
Même si de nombreux analystes parlent de la cuvée 2014 comme étant une cuvée «ordinaire», Timmins n’est pas prêt à jeter l’éponge et sait très bien, par expérience, que les sept choix des Canadiens, peu importe où ils se situent, peuvent mener à des surprises. C’est d’ailleurs lui qui a mis la main sur Jaroslav Halak et Mark Streit, des choix de neuvième ronde.

«On pourra dire si c’était une bonne année dans 10 ans. À ce moment on pourra regarder en arrière et dire si c’était une bonne ou une mauvaise année. Il y a toujours des surprises », souligne celui qui a notamment fait tout un choix, en deuxième ronde, en 2007. «Nous avons choisi P.K. Subban en deuxième ronde. Quand on regarde, il aurait dû être choisi dans le top 10. Il y aura sûrement des surprises comme ça cette année aussi. »

Et s’il y en a un qui est prêt à se faire surprendre, c’est certainement Marc Bergevin. Avouant de son propre chef qu’il n’a pas autant suivi les activités des jeunes espoirs en 2013-2014 que lors de l’année précédente, le directeur général des Canadiens place une confiance totale en Timmins.

«Tout commence avec Trevor. Quand je suis arrivé à Montréal, la première chose que j’ai regardée, c’est Trevor Timmins. Je suis arrivé en mai et le repêchage était en juin. Ça n’a pas pris de temps avant que je lui donne une extension de contrat », a mentionné Bergevin qui a vu Timmins jeter son dévolu sur Alex Galchenyuk quelques jours plus tard. «C’est une partie importante de l’organisation à Montréal. Pour moi c’est un des meilleurs dans la Ligue. On sait à quel point c’est complexe un repêchage. Je suis très fier de lui. Avec son équipe, il fait de l’excellent travail.»

Si Bergevin fait une entière confiance à Timmins et à son équipe, c’est quand même à lui que reviendra la décision finale lors des deux rondes qui se tiendront vendredi et samedi. Et pour y arriver, il reste encore du boulot à accomplir, surtout si lorsqu’on ajoute la portion transactions à ces deux journées.

«On doit encore débattre un peu de la façon d’arranger le bas de notre liste, mais les noms ne changeront pas. Nous sommes prêts », a renchéri Timmins, rappelant que beaucoup de choses peuvent arriver sur le plancher du repêchage. «Il n’y a généralement pas vraiment de mouvement avant qu’on arrive sur le plancher et que le repêchage débute. À ce moment-là, vous allez voir du mouvement à la pelle. »

Quoique selon Timmins, Bergevin serait déjà sur un «gros coup».

«Marc ne peut pas être là. Il échange tous nos choix contre Crosby », a lancé à la blague Timmins en arrivant à son point de presse. «Sérieusement, on fait de notre mieux. Parfois tu vas te faire retirer sur des prises, parfois tu vas frapper un coup de circuit. Tu veux avoir une bonne moyenne au bâton. »

Dans ce cas Trevor, «Play ball!».

La première ronde de repêchage débute le vendredi 27 juin, à 19h, au Wells Fargo Center de Philadelphie.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.
En voir plus