Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Tout pour lui

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – L’entraîneur-chef des Silvertips d’Everett n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour se rendre compte à quel point Nikita Scherbak est un joueur spécial.

Le vétéran entraîneur Kevin Constantine ne tarit pas d’éloges au sujet du phénomène de 19 ans, qui est sur le point de terminer une autre saison dans la WHL avec des résultats plus qu’exceptionnels. Scherbak a marqué 27 buts et mène son équipe avec 79 points en seulement 63 matchs, en plus de mener les Silvertips avec un différentiel de plus-28. Les habiletés remarquables de patineur, de même que sa créativité, ont attiré l’œil de Constantine dès le début, mais l’entraîneur croit qu’il y a bien d’autres aspects qui garantissent le futur succès de l’attaquant étoile chez les professionnels.

Crédit photo: Chris Mast

«Je décrirais Nikita comme étant une très bonne personne. Ça représente plus que de seulement être un joueur facile à entraîner. On ressent sa jeunesse et son enthousiasme », constate Constantine qui a vu sa formation faire l’acquisition de Scherbak dans une transaction monstre avec les Blades de Saskatoon en septembre dernier. «C’est amusant de le côtoyer. Il a une aura d’énergie autour de lui. Il va peut-être faire des petites erreurs de jeunesse, mais il est bien en avance sur ce que je pouvais être à son âge. Il est très humain. Quand tu as ce don, tu sais que ton entraîneur est là pour t’aider à devenir un meilleur joueur. C’est pour cette raison que je dis que Nikita n’est pas seulement un joueur facile à entraîner, mais il est également un être humain de qualité. »

Ce sont de gros compliments pour un adolescent qui n’en est qu’à sa deuxième année en Amérique du Nord après avoir amorcé sa carrière junior avec le Kapitan de Stupino dans la Ligue de hockey junior russe en 2012. C’est probablement ce qui a impressionné l’état-major des Canadiens aussi, eux qui ont fait de Scherbak leur choix de première ronde lors de l’encan amateur de 2014, à Philadelphie, en juin dernier.

«Quand je vois qui il est, je vois le potentiel de progrès. Avec de l’expérience et du temps, il y a de la place pour le développement d’une personne comme ça. Il écoute. Son jeu l’importe beaucoup et il deviendra meilleur avec le temps », explique Constantine, qui a de l’expérience en tant qu’entraîneur dans la LNH, notamment avec les Sharks de San Jose, les Penguins de Pittsburgh et les Devils du New Jersey. «Ce que vous verrez de lui dans deux, trois ou quatre ans sera bien meilleur que ce qu’il est en mesure d’accomplir maintenant. C’est ce qui est excitant par rapport à ce que Nikita peut accomplir en tant que joueur. »

Crédit photo: Chris Mast

En se basant sur les accomplissements de Scherbak depuis qu’il a quitté sa Russie natale, il est difficile d’avoir une vision différente du talentueux jeune homme. Il a pris contrôle de son jeu, démontrant un niveau de maturité qui est à des années-lumières du niveau démontré par bien des joueurs plus âgés que lui.

«C’est un des meilleurs joueurs offensifs de cette ligue. Par contre, ce qui est arrivé avec lui, c’est qu’il a amélioré et développé tellement de facettes de son jeu qu’il contribue de multiples façons, pas seulement du côté offensif. Il comprend l’ensemble du jeu, comprend comment jouer en zone défensive et aussi comment se comporter dans la structure de l’équipe », mentionne Constantine qui considère que la tenue de Scherbak est un élément important du positionnement au premier rang des Silvertips dans la division américaine de la WHL. «Sa contribution principale a été offensive et avec lui, notre équipe est plus dynamique. C’est tout un cadeau pour nous. Sa deuxième contribution, c’est qu’il veut apprendre le jeu, le comprend, joue en équipe et se soucie du résultat de l’équipe. Il a fait de beaux progrès dans ces sphères du jeu. »

Scherbak est le premier à admettre que le tutorat de Constantine lui a permis de changer pour le mieux, particulièrement dans l’art de maîtriser ce que les entraîneurs professionnels apprécient, le juste mélange d’offensive et de défensive.

«L’an dernier à Saskatoon, je pensais seulement à l’offensive. Mon focus était là-dessus. On ne se concentrait pas vraiment sur la défensive. Cette année, les choses sont différentes. J’essaie d’amener mon jeu à un autre niveau, parce que si tu n’es pas capable de jouer défensivement dans la LNH et que tu contrôles mal la rondelle, tu n’auras pas de succès », souligne Scherbak qui connaîtra son baptême des séries dans la WHL cette saison, après que les Blades aient raté les séries l’année précédente. «Je crois que c’est dans cet aspect où je me suis le plus amélioré. Mon positionnement est meilleur. Après tout, tu ne peux pas passer tout ton temps à l’avant. C’est beaucoup mieux quand tu sens que tu es un joueur complet. »

C’est la preuve qu’a tenté de faire Scherbak lorsqu’il est venu démontrer ce qu’il savait faire à Montréal en juillet au camp de développement, puis en août au camp des recrues.

«Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis excité de revenir à Montréal », offre Scherbak qui a fait bonne impression au cours de l’été ce qui lui a valu un poste au camp d’entraînement officiel des Canadiens, de même qu’une participation à quelques matchs préparatoires avant d’être retourné dans la WHL. «Ce sera une occasion de montrer mon évolution. Je vais être moi-même. Ce sera bien pour les gens de Montréal de voir ma progression. Je serai plus patient cette fois-ci. Je connais plus de choses et je serai plus confortable.»

Constantine ne serait pas surpris si Scherbak réussit à se tailler un poste avec les Canadiens aussi rapidement que l’an prochain. Il croit fermement que l’espoir du Tricolore est à ce point bon.

«Tu dois avoir un certain talent pour espérer jouer à ce niveau. Je crois qu’il est prêt pour la LNH quand je regarde sa façon de tirer, de faire des passes et sa vision de jeu. Puis, tu dois t’assurer qu’il est physiquement prêt pour s’occuper des gros bonshommes de la LNH. Il travaille fort là-dessus et il a fait des progrès de ce côté », conclut Constantine. «J’ai vu bien des joueurs avoir de la difficulté à comprendre que le sport, c’est bien plus que les points et les buts. Nikita aime faire ça, mais il comprend tous les aspects du jeu. Un entraîneur peut lui faire confiance et l’utiliser dans des situations variées. Sa personnalité lui permet de faire ça. C’est un bon jeune. C’est ce qui lui permettra de continuer à progresser. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy

VOIR AUSSI
Faits saillants: Scherbak
Les Canadiens concluent une entente de trois ans avec le choix de première ronde Nikita Scherbak 

En voir plus