Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Tout est en place

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Place dans l’alignement? Oui. Espace sur le cap salarial? Oui. Jeunes espoirs frappant à la porte? Oui. Le normalement silencieux Bob Gainey est prêt à faire du bruit ce week-end au repêchage de la LNH.


Avec le repêchage de la LNH de retour à Montréal pour la première fois depuis 1992, Gainey s’est assuré d’être un joueur de premier plan lors de l’un des week-ends les plus actifs de la saison de la LNH.

« Nous sommes en position pour trouver un partenaire pour danser », a expliqué Gainey. « Nous avons de la place au sein de notre alignement, nous avons l’argent pour dépenser et nous avons de jeunes espoirs.

« Nous sommes au courant de ce qui se passe dans le circuit et, comme toutes les autres équipes, nous jonglons avec plusieurs balles en même temps », a poursuivi Gainey. «  Il y aura sûrement quelques changements qui surviendront; chaque séance de repêchage présentant des opportunités pour une équipe, soit pour peaufiner son alignement ou encore faire des changements majeurs. »

En ce qui a trait à la liste d’épicerie du directeur-gérant des Canadiens, Gainey était plus qu’heureux de la dévoiler.

« C’est un secret de polichinelle que nous sommes à la recherche d'un gros joueur de centre d’impact », a admis Gainey. « Peu importe où se trouve ce joueur, c’est ce que nous cherchons. Nous avons les éléments et nous resterons à l’écoute des équipes qui possèdent de tels atouts. »

Tandis que le marché des agents libres s’ouvrira en grandes pompes mercredi prochain, Gainey ne voit pas la solution à sa priorité dans la vitrine des agents libres sans compensation.

« Pour être honnête, je ne vois pas ce centre dans la cuvée d’agents libres cet été », a affirmé Gainey.

Identifié comme un potentiel agent libre le premier juillet, le défenseur Mike Komisarek est en discussion avec Gainey à propos de le garder dans le seul uniforme qu’il ait porté dans la LNH.

« Le seul agent libre sans compensation qui a reçu une offre concrète de notre part est Mike Komisarek en raison de son âge et de sa position dans l’équipe », a confirmé Gainey. « Je ne dirais pas que je suis confiant ou que je ne suis pas confiant, mais Mike connaît notre position et c’est la chose importante. »

Sur une note moins positive, un vétéran défenseur a également été en contact avec Gainey récemment.

«Dans le cas de Francis Bouillon, je lui ai dit que je ne lui soumettrai pas d’offre avant le 1er juillet, mais cela ne veut pas dire que je ne pourrai pas le faire après. », a renchéri Gainey. « Le meilleur exemple est Patrice Brisebois. Je n’avais pas d’offre pour lui avant tard dans l’été et il a signé un autre contrat avec nous. »

Avec près d’une douzaine d’agents libres sans restriction dans son camp durant toute la dernière campagne et après avoir tenu son bout en refusant de renégocier des contrats durant la saison, Gainey a certainement lancé les dés. Questionné par les médias s’il s’agissait de la bonne stratégie, Gainey a froncé les sourcils et mis fin à la série de questions.

« Alors, vous me demandez de me remettre en question moi-même? N’est-ce pas votre travail? », a demandé Gainey à un journaliste. « Ce que nous avons fait cette année est risqué. Mais je suis de l’école de pensée qui dit que le risque apporte des opportunités. Nous sommes rendus au point où nous devons beaucoup nous améliorer. »

Avec les négociations avec les Saku Koivu, Alex Kovalev et Alex Tanguay toujours sur la glace, Gainey a affirmé qu’il y avait une raison d’être ce plan, que d’aucuns pourraient considérer machiavéliques.

« J’ai dit aux joueurs comme Koivu et Kovalev que nous allions parler avec eux de nouveau lundi », a réitéré Gainey. « Nous attendons pour une raison. Notre formation pourrait être fort différente ce lundi. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
Nous sommes prêts
En voir plus