Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Toujours conducteurs

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Les Canadiens n’ont pas été en mesure de donner le coup de grâce aux Sénateurs vendredi soir, mais ils sont toujours bien assis dans le siège du conducteur.



Comme ça a été le cas mercredi soir à Ottawa, les hommes de Michel Therrien ont connu leur lot de difficultés pour tenter d’élucider le mystère de Craig Anderson.

« C’est frustrant. Nous avons connu un bon départ, mais c’est dur quand tu tires de l’arrière. Nous avons eu quelques occasions, mais il faut en profiter », a souligné Max Pacioretty qui a vu son équipe obtenir sept tirs au but avant même que les Sénateurs n’en obtiennent un seul. « Nous n’avons marqué que trois buts à nos trois derniers matchs. Ce n’est pas assez. L’offensive doit se lever et contribuer. »

Depuis son entrée dans la série lors du match 3, Anderson a stoppé 120 des 123 tirs dirigés vers lui. Vendredi soir seulement, c’est 45 tirs que le cerbère de 33 ans a repoussé, ne cédant qu’à une seule reprise, sur le but de Tom Gilbert en troisième période.

« Il faut trouver des façons de marquer. Nous avons fait un meilleur travail pour envoyer des rondelles et lui obstruer la vue ce soir, mais ce n’est pas parfait encore », a ajouté Pacioretty qui a fait partie des dix joueurs des Canadiens à obtenir au moins trois tirs au but lors de la rencontre. « Vers la fin du match, on a pu voir que notre présence au filet l’irritait un peu plus. Dans l’avenir nous devrons être là encore plus souvent. Il ne peut pas arrêter ce qu’il ne voit pas.»

D’ailleurs, c’est exactement cette méthode qui été mise en pratique sur l’unique but du Tricolore, alors que Dale Weise avait les patins bien plantés devant le gardien de 6-pieds-2, lui obstruant la vue.

La série se transporte maintenant à Ottawa pour un match numéro 6 et ce sera une occasion de plus pour les Canadiens de passer au second tour des séries. Pour espérer gagner, ils devront toutefois trouver une façon de faire scintiller la lumière rouge, ce qu’ils comptent bien réussir à faire à force d’acharnement.

« Il faut lui voiler la vue. C’est ce qu’ils font et c’est comme ça qu’ils connaissent du succès. Si on envoie 50 rondelles au filet lors du prochain match, on risque fortement d’en voir quelques-unes rentrer », lance Carey Price, qui a appris qu’il se retrouvait parmi les finalistes pour l’obtention du trophée Vézina quelques moments avant le début de la rencontre. « Quand tu affrontes un gardien en pleine possession de ses moyens, la recette n’est pas compliquée. Il faut créer du trafic devant lui et sauter sur les rebonds. Ce n’est un secret pour personne. »

Malgré les deux défaites de suite et l’absence flagrante de production offensive, les joueurs sont encore loin d’appuyer sur le bouton panique.

« Les solutions se trouvent à l’interne. Nous avons assez d’expérience acquise l’an dernier dans ce vestiaire pour savoir ce que nous avons à faire. Nous sommes toujours assis dans le siège du conducteur. Il faut s’en rendre compte et aller de l’avant », ajoute Price qui, bien qu’il ait vu les Canadiens perdre trois matchs de suite cinq fois en 2014-2015, ne les a pas vus en perdre quatre. « Nous avons encore de la place pour manœuvrer. C’est eux qui sont acculés au pied du mur. On ne peut pas vraiment parler de pression encore. »

Maintenant, direction Ottawa pour une rencontre dimanche en début de soirée, à 18h.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

LIRE AUSSI
Le jeu des chiffres - Match #5 - 24 avril 2015
Price en lice pour le trophée Vézina

Calepin des séries - 23 avril 2015

On vous revoit chez nous

En voir plus