Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

TOR@MTL: À propos de mardi soir

Marc Dumont présente son bulletin de notes pour le match préparatoire de mardi contre les Leafs

par Marc Dumont, collaboration spéciale traduite par Thibault Deneufbourg @CanadiensMTL / canadiens.com

138 jours.

3 312 heures.

198 720 minutes.

C'est le temps que les partisans ont dû attendre avant que la LNH ne recommence, à quelques secondes près.

Mais tout comme lorsque les Canadiens ont repêché Lyle Odelein au 7e tour du repêchage de 1986, l'attente en valait vraiment la peine. 

La fébrilité était palpable lorsque les Canadiens ont sauté sur la glace pour affronter les Maple Leafs de Toronto lors de leur seul et unique match préparatoire avant le tour de qualification.

Et bien que Diane Bibaud n'ait pas été présente pour les accueillir, les Canadiens se sont installés au Scotiabank Arena en tant qu'"équipe locale", cherchant à se débarrasser rapidement de la rouille accumulée au cours des derniers mois.

Mais comme Neil Young le dit si bien, rust never sleeps. 

Il n'a fallu que 33 secondes aux Maple Leafs pour prendre les devants, quand les Canadiens se sont fait prendre profondément dans la zone offensive, entraînant un manque de communication entre les attaquants et les défenseurs, le genre de situation auquel on pouvait s'attendre après un arrêt prolongé. 

Les Maple Leafs ont doublé leur avance au début de la deuxième période, profitant d'une passe errante pour marquer un but en infériorité numérique, soulignant une fois de plus l'importance de la communication sur la glace.

Et puis les choses se sont un peu améliorées.

Et par un peu mieux, je veux dire beaucoup mieux, parce que nous avons eu droit à ce que j'aime appeler le "spécial Nick Suzuki".

Non, ce n'est pas un délicieux sandwich nommé en son honneur dans un restaurant local. Bien que cela arrivera probablement dans un avenir proche. À mon avis, un sandwich à la viande fumée, cornichons et sauce piquante serait parfait, mais je suis ouvert à des options plus créatives, comme des aubergines épicées et peut-être même une moutarde raffinée. 

Mais je m'écarte du sujet.

Voici le spécial Nick Suzuki.

Video: TOR@MTL: Tatar complète le jeu de Suzuki

D'abord, il récupère la rondelle dans la zone offensive, créant rapidement du temps et de l'espace pour ses coéquipiers alors qu'il renvoie doucement la rondelle vers la ligne bleue.

A ce stade, il se remet en mode créativité, trouvant sa place habituelle contre le mur. C'est là que les choses deviennent intéressantes.

Nous savons tous que les gardiens de but arrêtent la majorité des tirs qu'ils peuvent voir, et même une bonne partie des tirs qu'ils ne voient pas, mais il y a un moyen particulier de rendre l'arrêt beaucoup plus difficile : les ajustements avant le tir.

Et Suzuki exécute parfaitement ce mouvement mineur, mais crucial.

Observez sa gestuelle avant la passe. Il vend le tir à la perfection, mais il est tout à fait conscient qu'il n'y a pas de possibilité de passer. 

En rapprochant la rondelle, il donne le signal à Andersen qu'il va tirer, ce qui fige le gardien des Leafs alors qu'il se prépare à recevoir le lancer.

 

Il ouvre alors ses mains, ce qui ouvre la ligne de passe, et utilise son esprit de faiseur de jeux élite pour enfiler l'aiguille à un Tomas Tatar complètement démarqué.

Un gardien de but en mouvement est un gardien de but vulnérable. Et un gardien de but vulnérable est exactement ce que Suzuki attendait. 

On ne peut ignorer l'apport de Brendan Gallagher, qui était occupé à faire ce qu'il fait d'habitude, créant le chaos devant le but.

 

Voici un autre coup d'œil sur cette pièce de jeu dans toute sa splendeur. Notez la rapidité d'exécution, essentielle lorsque l'on travaille avec des lignes de passe étroites. 

Tweet from @CanadiensMTL: La passe de @nsuzuki_37 est encore plus belle au ralenti. 🧙"That" pass by Nick Suzuki looks even better in slo-mo.#GoHabsGo pic.twitter.com/FSwrCaXx7N

Les Maple Leafs ont augmenté leur avance à nouveau peu de temps après, mais les Canadiens ont réussi à la réduire à un seul but grâce à l'excellente coordination œil-main de Paul Byron.

C'est une chose de jongler la rondelle à l'entraînement ou lors de l'échauffement d'avant-match, mais c'est une toute autre histoire lorsqu'il s'agit d'une vraie rencontre de la LNH.

Jeff Petry a peut-être la génétique du baseball, mais c'est Byron qui a montré ses talents de frappeur mardi soir, sans oublier un petit clin d'œil à l'Impact de Montréal avec une démonstration rapide de son habileté à faire passer la rondelle de son patin à son bâton.

Une mention spéciale pour Jesperi Kotkaniemi, qui a connu un très bon match en créant quelques revirements dans la zone offensive, et pour Ben Chiarot, dont le tir puissant est constamment sous-estimé dans la ligue.

Video: TOR@MTL: Byron réduit l'écart sur le retour

C'était trop peu, trop tard, car Morgan Rielly a redonné une avance de deux buts aux Maple Leafs au milieu de la troisième période.

En chiffres

-A 5 contre 5, les Canadiens avaient 56 % des tirs et 51 % des chances de marque, mais les tirs les plus dangereux sont éloquents. Alors que Montréal a généré beaucoup d'opportunités de tir, les Leafs avaient une avance de 11 à 4 sur les tirs dangereux (73 %). Les tirs au but sont très importants, mais les Canadiens devront faire un bien meilleur travail pour atténuer les tirs dangereux de leurs adversaires tout en créant plus d'occasions de qualité. 

-Comme d'habitude, Gallagher a mené la charge offensive pour les Canadiens, générant trois de leurs quatre tirs les plus dangereux.

-Lorsqu'Artturi Lehkonen, Jesperi Kotkaniemi et Paul Byron étaient sur la glace, les Canadiens détenaient un avantage de 61,5 % en termes de tirs, la meilleure note parmi toutes les lignes d'attaque.

-La bonne nouvelle est que les Canadiens n'ont pas accordé de but aux Maple Leafs lors de leurs trois jeux de puissance. La mauvaise nouvelle, c'est que les Canadiens ont encaissé deux buts en infériorité numérique. 

-Jeff Petry a mené tous les Canadiens en termes de contrôle des tirs (72 %)

MAGASINER : T-shirt de l'après-saison Montréal c. Pittsburgh

Comme prévu, les Canadiens ont connu un résultat mitigé. Bien que l'exécution ait laissé à désirer, le jeu de certains des plus jeunes joueurs, en particulier Kotkaniemi et Suzuki, était assez encourageant.

La communication peut et va s'améliorer, mais il ne fait aucun doute qu'ils devront s'imposer dans les zones dangereuses s'ils veulent mettre le feu à la zone offensive samedi, alors qu'ils affronteront les Penguins de Pittsburgh dans le premier match de leur série.

Attachez-vous, ça va chauffer! 

(Toutes les statistiques sont à 5 contre 5 sauf indication contraire, via NaturalStatTrick.com) 

En voir plus