Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Tombée de rideau

par Staff Writer / Montréal Canadiens
PHILADELPHIE – Le conte de fées est terminé. Sur le coup de 21h35 heures lundi, le carrosse s’est transformé en citrouille et Cendrillon s’en est allée se coucher.


Les Canadiens ont réussi ce que bien peu d’observateurs – et même de partisans -  croyaient possible. Malgré tout, les joueurs du Tricolore avaient le sentiment qu’il leur restait encore quelque chose à accomplir pour que le conte connaisse une fin digne des histoires de prince charmant.

« Tu regardes n’importe quel film et tu te dis par exemple: qu’est-ce qui arriverait si Rocky ne gagnait pas à la fin? » a laissé tombé Hal Gill. «Ça importe peu de savoir combien de matchs tu as remportés – une histoire de Cendrillon, c’est ça que l’on voulait faire, mais l’histoire de Cendrillon, on s’en fout si Cendrillon n’a pas ce qu’elle désire à la fin. »

Ce sentiment est partagé par le partenaire de Gill à la ligne bleue, Josh Gorges.

«Qu’on se fasse sortir en première ronde ou maintenant, le sentiment est le même. Nous avons fait beaucoup de bonnes choses et je suis fier de ce groupe. Nous avons fait de nombreux pas dans la bonne direction pour bâtir cette équipe pour plus tard, mais ça fait quand même mal. Perdre n’est jamais facile » a laissé savoir un Gorges visiblement ému, tout comme l’entièreté des joueurs dans le vestiaire.

Après 101 matchs et un improbable parcours, les irréductibles Canadiens sont finalement vaincus, mais ils reviendront l’an prochain et les leçons apprises par l’édition 2009-2010 serviront probablement en 2010-2011.

« C’est une déception, ce l’est. Même si nous avons bien joué, nous n’avons pas atteint notre but. Nous y penserons durant l’été. Dans cette organisation, il y a beaucoup de jeunes joueurs et ils ont fait toute une progression et ils ont appris ce que ça prenait pour gagner, mais je crois que personne ici n’est satisfait du résultat » a laissé savoir Scott Gomez. « Nous voulions aller en finale et nous avons failli. »

Le meilleur pointeur des Canadiens en séries, Michael Cammalleri, abondait dans le même sens.

« Je dirais que ça a été une année spéciale pour plusieurs joueurs pour cimenter l’équipe et accomplir plus que ce que la plupart des gens nous croyaient incapables d’accomplir » a renchéri Cammalleri, celui qui est en bonne partie responsable des succès du Tricolore avec ses 13 buts en séries. «Ça représente un peu des assises pour ceux qui resteront ici pour longtemps. Certains liens spéciaux se sont formés ici, si on voit ça sous cet angle.»

Une autre pierre angulaire des séries 2010 pour le Tricolore a certainement été Jaroslav Halak, le gardien slovaque multipliant les arrêts spectaculaires dans les deux premières rondes, permettant à son équipe de l’emporter sur les champions de la saison régulière et sur les champions de la coupe Stanley.

«C’est dur. C’est dur de trouver les mots. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise? » a lancé Halak aux journalistes. « C’est plate. C’est ça le hockey, une équipe doit se rendre en finale et c’est tout ».

En attendant, les joueurs des Canadiens pourront retourner à la maison la tête haute avec le sentiment d’avoir tout même accompli beaucoup.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À voir également:
Sommaire
Commentaires de Jacques Martin
Commentaires de Hal Gill
Commentaires de Michael Cammalleri
Commentaires de Brian Gionta
Commentaires de Scott Gomez
Résumé
Jeu des chiffres - 24 mai 2010
En voir plus