Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Taillé sur mesure pour Montréal

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Le défenseur Roman Hamrlik a récolté sept points à ses six derniers matchs.

MONTRÉAL -- Près de quatre mois jour pour jour après avoir apposé son nom sur la ligne pointillée, Roman Hamrlik est loin de regretter d’avoir élu domicile à Montréal.

Embauché à titre de joueur autonome le 2 juillet dernier après deux saisons à Calgary, le vétéran défenseur d’origine tchèque n’a pas tardé à se faire des amis avec sa nouvelle équipe.

« Je commence vraiment à l’aimer », a lancé tout sourire Christopher Higgins. « C’est toute une addition à notre ligne bleue. Il est si calme.  Même que lorsqu’il est sur la glace, on a tendance à tricher un peu vers l’attaque. »

Reconnu pour son jeu solide en défensive, Hamrlik a pris son envol à l’attaque au cours des deux dernières semaines, récoltant sept points à ses six derniers matchs après en avoir récolté qu’un lors de six premiers affrontements de la saison. Le numéro 44 des Canadiens a rapidement mis la main à la pâte contre les Flyers en préparant le but de Saku Koivu à 8 :33 en au premier vingt.

Hamrlik a eu une autre chance d’ajouter à sa fiche offensive alors qu’il s’est vu décerner un tir de punition en deuxième période, au grand plaisir de ses coéquipiers.

« Les gars s’en sont donné à cœur joie avant que je m’élance pour mon lancer de punition… bande de sans cœur », a expliqué Hamrlik, qui a immédiatement retrouvé le sourire après avoir hoché la tête. « C’était mon premier tir de punition depuis que j’étais tout jeune. Je ne savais pas trop quoi faire. J’ai tenté de lever la rondelle au-dessus de la jambière de Biron, mais je ne l’ai pas levé suffisamment. »

Tôt dans la rencontre, entendant les huées à chaque fois que Daniel Brière sautait sur la glace ou touchait la rondelle, Hamrlik a mis la foule du Centre Bell en délire sans le savoir. Tandis que Brière effectuait une percée dans la zone des Canadiens, Hamrlik lui a officiellement souhaité la bienvenue dans sa province natale en l’écrasant comme la rampe.

« Non, je ne savais pas que c’était Brière. J’ai simplement vu l’ouverture pour appliquer une mise en échec et j’y suis allé comme j’ai l’habitude de le faire. Mais lorsque j’ai entendu la réaction de la foule, je savais que c’était lui », a ajouté Hamrlik.

Avec les manchettes faisant amplement la mention de la venue des Flyers au Centre Bell et de celui qui a préféré opter pour la ville de l’amour fraternel, un joueur qui a choisi Montréal pour poursuivre sa carrière ne pouvait s’empêcher de sourire après avoir reçu un chaleureux accueil de ses partisans après avoir été nommé la deuxième étoile de la rencontre.

« On entend souvent à quel point c’est incroyable de jouer à Montréal et devant ses partisans», a indiqué Hamrlik. « Ce soir, c’était l’atmosphère la plus électrique que j’ai vue depuis mes débuts ici. Tu pouvais le ressentir sur le banc avant chaque présence. Il est peut-être encore tôt dans la saison, mais cela dépasse déjà tout ce que j’avais imaginé ».


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com
En voir plus