Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Surmonter des obstacles

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – La vie n’a pas toujours été facile pour Zach Redmond, mais chaque fois il a su continuer son chemin sans s’arrêter.

À l’âge de 15 ans, Redmond a subi un AVC alors qu’il participait à un tournoi d’espoirs à Toronto, accident qui lui a laissé le côté droit paralysé temporairement. Il apprendra à parler et à marcher de nouveau avant de disputer deux saisons avec le Stampede de Sioux City dans l’USHL puis quatre saisons à l’Université Ferris State, à environ 90 miles de son domicile de Traverse City, au Michigan.

Zach Redmond était heureux de signer un contrat de deux saisons avec les Canadiens le 1er juillet dernier, ayant passé les deux dernières années à Denver.

« Je ne crois pas que ça a eu un aussi gros impact que ce que les gens pensent. C’est un peu un accident bizarre, puisque j’allais parfaitement bien à ce moment. Ça a été bizarre au début puisque j’ai dû réapprendre certaines choses en plus de faire des visites fréquentes à l’hôpital pendant quelques semaines. Deux semaines plus tard, je retrouvais mes repères. J’ai dû prendre des pilules pour éclaircir mon sang pendant le reste de l’été, par mesure de précaution », souligne Redmond au sujet de cette expérience.

Puis, le 21 février 2013, après seulement huit matchs en tant que recrue avec les Jets de Winnipeg, Redmond s’est sectionné l’artère fémorale de la jambe gauche à Raleigh, en Caroline du Nord, lorsqu’un coéquipier a accidentellement patiné sur sa cuisse après être tombé sur la glace dans un exercice à l’entraînement matinal.

Miraculeusement, après subi une chirurgie d’urgence et avoir fait énormément de réhabilitation à la maison, le défenseur est retourné avec les Jets six semaines plus tard et a même eu l’occasion de disputer quelques matchs avec les IceCaps de St.John’s, alors l’équipe affiliée à Winnipeg, pour terminer la saison.

En mots simples, Redmond a défié tous les pronostics avec sa convalescence et il n’a jamais cru que sa carrière de hockeyeur professionnelle était finie avant même de commencer pour vrai.

Il jouera une année de plus dans l’organisation des Jets – principalement dans l’AHL – avant un séjour de deux saisons avec l’Avalanche de Colorado, pour éventuellement s’entendre sur les bases d’un contrat de deux ans avec les Canadiens le 1er juillet.

Si les cicatrices mentale et physique demeurent de cet incident, le défenseur de 28 ans insiste sur le fait que tout ça n’altère pas son jugement lorsqu’il patrouille la ligne bleue.

« Aujourd’hui, c’est un peu comme si rien ne s’était passé. Mentalement, je n’y pense pas. Physiquement, ça ne m’importune pas du tout. J’ai vraiment tourné la page sur cette mésaventure », confie Redmond qui a disputé 106 matchs dans la LNH en trois saisons depuis l’incident, incluant 96 rencontres avec le Colorado. « J’ai toujours cru que les choses arrivent pour une raison. Pourquoi c’est arrivé, je n’en suis pas encore certain. J’ai essayé de comprendre si ça voulait dire que je devais changer quelque chose ou prendre un nouveau chemin. Quand je suis retourné à la maison par contre, je n’étais pas capable d’imaginer ma vie sans hockey. La décision a été facile. Je devais absolument tout faire pour revenir au jeu. »

Il y a de cela quatre semaines, la carrière de Redmond a pris un tout nouveau tournant. Lorsque les Canadiens ont placé un appel pour s’enquérir de sa disponibilité en tant qu’agent libre, il avait plus que hâte de rendre le tout officiel.

Après s'être remis de sa blessure, Redmond a reçu le Trophée Dan Snyder Memorial des Jets, remis à un joueur ayant fait preuve de persévérance et de dévouement sans recevoir de reconnaissance ou de récompense.

« Montréal me semble être un endroit où je serai à ma place. J’étais bien trop excité pour décliner cette offre. Les Canadiens ont un appui incroyable de la ville. Ça fait un moment que je suis dans la Ligue et je n’ai pas encore eu la chance de participer aux séries. Pour moi, Montréal, c’est ça. Avec les nouveaux ajouts à l’équipe, ça me rend vraiment heureux de pouvoir penser aux séries », admet Redmond qui compte neuf buts et 33 points à sa fiche en 114 matchs en carrière, en plus d’un différentiel combiné de plus-5. « C’est un endroit où je peux obtenir du succès. »

Avec sept autres défenseurs faisant déjà partie de l’alignement – et un jeune choix de première ronde comme Mikhail Sergachev qui cogne à la porte – Redmond sait très bien qu’il devra être à son plein potentiel à l’ouverture du camp d’entraînement, la troisième semaine de septembre. C’est une situation avec laquelle l’ancien choix de septième ronde des Thrashers d’Atlanta en 2008 est confortable et il assure qu’il est prêt pour le défi qui se présente à lui.

« En me basant sur les contrats que j’ai signé par le passé, rien ne change vraiment pour moi dans mon esprit. Il faut être à son meilleur et impressionner le personnel en place dès le départ. J’ai l’habitude de ce genre de chose. Je sais ce que je peux apporter à Montréal. Il faut seulement que je gagne la confiance des entraîneurs », concède Redmond qui a hâte d’avoir la chance de se battre pour une place dans sa nouvelle maison. « C’est une belle occasion pour moi d’élever mon jeu d’un cran et de rester dans l’alignement. Je veux seulement contribuer le mieux possible. »

En plus du gardien Al Montoya, avec qui il a joué à Winnipeg, Redmond verra quelques autres visages familiers dans le vestiaire lorsqu’il arrivera à Montréal. Durant ses années de hockey universitaire, il a affronté Jeff Petry de l’Université Michigan State, ainsi que Max Pacioretty et Greg Pateryn de l’Université du Michigan dans la Central Collegiate Hockey Association (CCHA), une conférence qui a été finalement dissoute en 2013.

Le résident de West Bloomfield au Michigan retrouvera Petry cette semaine alors qu’il débutera son entraînement avec un large groupe de joueurs de la LNH chez Barwis Methods, un complexe d’entraînement local. Plusieurs athlètes professionnels s’entraînent à cet endroit. Cet ajout d’entraînement s’ajoutera au travail que Redmond a déjà fait à la maison, sur une base quotidienne.

« J’ai construit un gymnase chez moi cet été et ça fonctionne super bien. Je suis capable de mettre plus de temps dans mon entraînement et revisiter certains exercices en particulier », révèle Redmond qui met l’accent sur certains aspects de son corps en particulier. « Pour moi, la force des jambes est vraiment importante. Je me concentre sur mon bas de corps pour essayer d’avoir la foulée la plus fluide et la plus puissante possible. Hors de la glace, je tire pas mal de rondelles et je travaille mon maniement. Sur le glace, je travaille mes carres et mon cardio. »

Redmond espère se tailler une place à Montréal et se donner la chance d'être un membre permanent des Canadiens.

Fan fini de hockey et des Red Wings de Détroit quand il était jeune, Redmond sait apprécier ce que représente le fait de porter le chandail d’une équipe des Original Six, surtout Montréal. Ça, en plus de tout ce qu’il a dû surmonter au cours des dernières années, est une motivation assez grande pour connaître du succès dans son nouveau domicile.

« C’est très spécial d’obtenir une autre chance d’avancer dans ma carrière. À Montréal, lorsque tu enfiles le chandail, je crois que tu as le sentiment de revenir dans le temps. J’espère vraiment que c’est là que je pourrai m’établir comme le défenseur que j’ai toujours voulu être », conclut Redmond. « J’ai certainement compris comment tout peut s’arrêter d’un jour à l’autre. Avoir la chance de laisser ma marque est ce qui m’excite le plus. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
De l’autre côté du micro avec… Sergio Momesso 
Travail de groupe 
Le train n’arrête jamais 
Prise deux 

En voir plus