Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Souvenirs de la coupe Stanley - Claude Julien

Claude Julien se remémore sa conquête de la coupe Stanley avec les Bruins en 2011

par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Le parcours vers la conquête de la coupe Stanley des Bruins il y a six ans aurait pu prendre fin rapidement. Mais Claude Julien a su redresser le navire juste à temps.

À sa quatrième saison à la barre des Bruins, en 2010-2011, l'entraîneur-chef alors âgé de 51 ans avait mené sa formation vers une récolte de 103 points, bonne pour le troisième rang au classement général de l'Association de l'Est. Alors que la pression était forte sur les Bostonnais pour qu'ils effectuent une belle épopée au printemps, les Canadiens, qui avaient terminé au sixième rang dans l'Est, ont failli causer une surprise dès le premier tour.

Le Tricolore avait remporté les deux premiers matchs de la série, au TD Garden de surcroît. Alors que les hostilités étaient sur le point de se déplacer vers le Centre Bell, Julien a jugé bon de calmer sa troupe avant son départ pour Montréal.

«Après notre deuxième défaite, je suis rentré dans le vestiaire et j'ai dit aux joueurs qu'aussi sombre la situation pouvait paraître, on avait encore une chance de revenir et que c'était déjà arrivé par le passé que des équipes reviennent. Il fallait prendre un match à la fois. Ce qui a aidé, c'est que Mark Recchi avait déjà vécu une situation semblable avec la Caroline. Il a été capable d'appuyer ma théorie», mentionne Julien, faisant référence aux Hurricanes de 2005-2006, qui avaient échappé les deux premiers duels de leur série au premier tour face au Bleu-Blanc-Rouge. 

Les Bruins ont par la suite joué le même tour aux Canadiens, l'emportant à deux reprises à l'étranger. Bénéficiant de deux jours de congé entre ces parties, les oursons sont allés se ressourcer à Lake Placid, question de s'éloigner des distractions. Ce repos leur a d'ailleurs permis de remporter quatre des cinq rencontres suivantes pour éliminer les Montréalais du tournoi printanier.

Puisque trois des quatre derniers affrontements se sont conclus en prolongation, la série aurait pu se décider d'un côté comme de l'autre. C'est pour cette raison que plusieurs surprises sont survenues au fil des années au premier tour.

«De par mon expérience, je dirais que la première ronde est toujours la plus difficile à gagner. Toutes les équipes sont plus ou moins en santé, elles sont toutes excitées d'être en séries. C'est une étape qui est difficile à gagner. Une fois que tu la passes, on dirait que tu commences à voir la lumière au bout du tunnel et tu t'emballes encore plus. Tu passes de 16 à huit équipes, tu fais partie de ce plus petit groupe et tu espères avoir le momentum de ton côté», souligne celui qui était du clan des gagnants en 2003-2004, lorsque le Tricolore avait comblé un retard de 1-3 pour éliminer les Bruins en sept parties.

Le scénario a été complètement différent au deuxième tour alors que sa troupe a balayé les Flyers de Philadelphie en quatre rencontres. D'ailleurs, plus les séries progressaient, plus certains des jeunes au sein de la formation gagnaient en confiance et occupaient des rôles de premier plan, rôles qui sont confiés habituellement à des joueurs plus expérimentés. D'ailleurs , l'âge moyen de ses quatre premiers marqueurs lors des séries 2011 était de 24 ans.

«Nos jeunes avaient du caractère. Brad Marchand était une recrue cette année-là. Il avait commencé la saison sur le quatrième trio et avait réussi à faire son chemin sur un des premiers trios en compagnie de [Patrice] Bergeron et Recchi. On avait aussi Tyler Seguin, un autre très bon jeune joueur qui était entouré de vétérans. C'était des recrues avec beaucoup de talent, mais qui faisaient partie d'un bon noyau», soutient Julien.

Les Bruins ont de nouveau fait face à de l'adversité au troisième tour lorsqu'ils ont croisé le fer avec le Lightning de Tampa Bay. Chacun des duels était très serré, se terminant avec un écart de deux buts ou moins six fois sur sept. D'ailleurs, le septième match s'est décidé par la marque de 1 à 0 en faveur des Bruins, qui remportaient du coup une deuxième rencontre ultime devant leurs partisans.

Si les spectateurs du TD Garden sont probablement passés par toute la gamme des émotions durant ces matchs sans lendemain, le pilote d'expérience ne s'est jamais laissé influencer par l'intensité de la situation. Il a déjà vu neiger au cours de sa carrière.

«J'ai toujours été calme, même si les séries se terminaient en sept matchs. Si les joueurs ressentent la panique de leur entraîneur, ça va se propager dans l'équipe. S'ils voient que leur entraîneur a encore le contrôle, qu'il est posé et qu'il sait où il s'en va, ça calme les choses rapidement. Dans mon rôle, c'est important de ne pas paniquer etde rester concentré sur la façon que je peux régler des situations problématiques. Ça vient avec l'expérience et le vécu», atteste celui qui a dirigé 109 parties éliminatoires depuis ses débuts dans la LNH.

Le défi le plus imposant des Bruins durant ce parcours s'est présenté en finale, alors que seuls les champions du trophée du Président de la saison régulière, les Canucks de Vancouver, les séparaient de la coupe Stanley.

Amorçant la série sur la côté du Pacifique, les visiteurs ont subi deux défaites crève-cœur d'entrée de jeu, voyant les Canucks inscrire le but vainqueur lors des matchs no 1 et no 2 à 19:41 de la troisième période et à 0:11 de la première période de prolongation respectivement.

Malgré tout, Julien savait que son équipe rebondirait, comme le témoignent leurs victoires lors des deux matchs suivants. Après avoir de nouveau baissé pavillon lors du match no 5, les Bruins ont remporté coup sur coup les deux derniers affrontements, dont le match no 7, en territoire ennemi au Rogers Arena, par la marque de 4 à 0. 

En soulevant le précieux trophée, Julien réalisait un rêve d'enfance, en mettant du même coup fin à la disette de 39 ans sans coupe Stanley à Boston. Toutefois, ce n'est pas nécessairement la victoire qui l'a le plus marqué. C'est plutôt l'esprit de famille qui s'était installé et le fait d'avoir fait partie de ce groupe.

«Quand tu repenses au trajet qu'on a faire pour la gagner, tu vois l'impact que ç'a eu sur le groupe en entier. Cette coupe a fait en sorte que notre groupe soit uni à jamais. La première chose que j'ai faite quand on a gagné, 'c'est de regarder autour de moi et voir comment les gens de l'organisation et les familles étaient heureuses. C'est là que tu te dis mission accomplie», conclut Julien.

En voir plus