Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Situation inhabituelle

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Habitué de parler tard au repêchage, Trevor Timmins entend profiter de la situation inhabituelle qui lui sera offerte en fin de semaine à Buffalo.

Trevor Timmins en sera à son 14e repêchage avec les Canadiens plus tard cette semaine.

Alors que la dernière saison du Tricolore ne s’est pas conclue de la façon souhaitée, le fait d’avoir terminé dans le dernier tiers du classement général de la Ligue a eu comme résultat que la formation montréalaise aura l’occasion de se présenter sur la scène du First Niagara Center pour le repêchage de la LNH beaucoup plus tôt qu’au cours des dernières années.

Si Trevor Timmins s’attendait il y a quelques mois à prendre la parole dans les dernières minutes de la première ronde, les insuccès des Canadiens à partir du mois de décembre ont eu une incidence directe sur sa stratégie pour le prochain encan amateur, tellement que lui et ses acolytes ont presque tout effacé ce qui était sur la planche à dessin.

« Nous avons drastiquement changé notre préparation en vue du repêchage en janvier. Jusqu’à ce moment-là, nous pensions accéder aux séries et obtenir un choix associé à cette position. Mais plus les choses progressaient en février et en mars, plus nous commencions à nous concentrer sur les choix provenant de la loterie, ce qui était complètement différent. Le nombre d’espoirs est réduit, mais vous devez passer encore plus de temps à les étudier », admet le vice-président du personnel des joueurs et directeur du recrutement amateur, qui en sera à un 14e repêchage avec le Tricolore. « Au début, les joueurs que nous observions seraient d’après nous choisis entre les rangs 20 à 30. C’était complètement différent mais tout était sous contrôle. Il y a eu beaucoup de travail à faire mais la direction est venue nous prêter main forte pour aider notre personnel de recruteurs. »

Pour seulement la quatrième fois depuis son arrivée à Montréal en 2002-2003, Timmins aura sous la main un choix parmi les dix premiers du repêchage. Conscient qu’il est beaucoup trop tôt pour savoir si l’heureux élu amorcera la prochaine campagne dans l’uniforme bleu-blanc-rouge en octobre, le spécialiste du recrutement de 48 ans sait que tous les projecteurs seront braqués vers lui et que cette sélection suscitera beaucoup d’attention.

Admettant qu’il a de la difficulté à se rappeler d’un encan où il était si difficile de prédire quel joueur sera sélectionné par telle équipe – particulièrement à partir du troisième choix – Timmins ne peut cacher son sourire lorsqu’il pense aux joueurs qui devraient être disponibles au neuvième rang.

« Lorsque vous sélectionnez dans le Top 10, il y a beaucoup plus de pression. Vous ne pouvez pas vous permettre de vous tromper avec ce choix et il y a beaucoup plus de joueurs mieux classés de disponibles. C’est excitant. C’est comme si vous alliez acheter une nouvelle voiture et que vous aviez la possibilité de prendre une Ferrari ou une Lamborghini plutôt qu’un camion », atteste en riant celui de qui la dernière sélection dans le Top 10 remonte à 2012, alors qu’il avait sélectionné Alex Galchenyuk au troisième rang. « Ce que je veux dire c’est que lorsque vous repêchez entre les choix 20 et 30, vous obtiendrez probablement un joueur de troisième trio. Il sera probablement un travailleur acharné. Vous frapperez peut-être un circuit en obtenant un joueur qui évoluera sur un des deux premiers trios ou parmi vos quatre premiers défenseurs. Maintenant, nous pensons mettre la main sur un joueur qui fera partie de notre Top 6 à l’avant ou parmi nos trois premiers défenseurs. »

Tandis que plusieurs observateurs qualifient la cuvée 2016 comme l’une des meilleures depuis longtemps, Timmins est d’avis qu’il faudra attendre encore quelques années avant d’affirmer de tels propos. Le fait qu’il y ait eu beaucoup d’excitation et d’engouement au cours des derniers mois – particulièrement au Canada – en raison de plusieurs noms mentionnés dans les médias auxquels les gens sont familiers ont fait du prochain repêchage un des plus attendus des dernières années.

Ayant sept choix sous la main cette année, dont trois parmi les 45 premiers, Timmins entend profiter de l’occasion pour regarnir encore plus la banque d’espoirs du Tricolore avec des joueurs qui pourront rendre de précieux services à l’organisation dans le futur. Avec 23 années d’expérience dans la LNH à Ottawa et Montréal, il sait que le développement de ces jeunes – autant comme joueurs que comme individus – n’est pas une science exacte. C’est pour cette raison qu’il regarde continuellement de l’avant et tente d’apprendre de ses bons et de ses moins bons coups des repêchages précédents.

« C’est lors de la deuxième journée que nous nous retroussons les manches et que nous nous mettons vraiment au travail pour ajouter à la profondeur de l’organisation. Cela aidera beaucoup pour l’avenir », conclut Timmins, qui possède des sélections dans chacune des rondes à l’exception de la septième. « Cette année en plus nous avons deux choix en deuxième ronde bien placés. En sélectionnant aux 39e et 45e rangs, espérons que nous pourrons mettre la main sur deux futurs joueurs réguliers dans la LNH. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

En voir plus