Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Sans mot

par Staff Writer / Montréal Canadiens

EDMONTON – Personne ne pouvait vraiment expliquer ce qui c’était passé suite à la défaite du Tricolore jeudi à Edmonton.



Après s’être forgé une avance de trois buts au terme du premier vingt au Rexall Place, tout semblait baigner dans l’huile pour les Canadiens. Cette avance est même passée à un cheveu d’en être une de quatre buts si ce n’était d’un tir de P.K. Subban qui a terminé sa trajectoire sur la barre transversale. En plus de cafouiller dans différentes situations, les Oilers semblaient sans vie et ne donnaient aucun signe d’être en mesure de revenir.


Mais à partir de la deuxième période, c’est comme si les joueurs du Tricolore avaient levé le pied de l’accélérateur. Et à partir de ce moment, les hommes de Todd McLellan ont sauté sur l’occasion pour revenir dans la rencontre et même plus. Cette avance de trois buts s’est graduellement estompée et le coup de grâce est survenu avec une minute à écouler en temps réglementaire. Cette défaite de 4 à 3 était très difficile à expliquer du côté des visiteurs au terme de la rencontre.

« Je ne me souviens pas d’avoir déjà vécu ça. C’est très difficile à accepter. Durant toute la deuxième période, nous avons complètement dévié de notre plan de match », a mentionné l’entraîneur-chef Michel Therrien, au terme de la deuxième défaite consécutive des siens. « On s’est mis à jouer avec de la dentelle et à perdre la rondelle. Il y a plusieurs qualificatifs que je pourrais utiliser pour expliquer notre performance à partir de la deuxième période. »

Si personne ne pouvait expliquer la marque finale, les réponses étaient un peu plus nombreuses concernant le manque d’exécution qui a disparu à partir de la deuxième période. Après avoir tiré à 11 reprises en direction de Cam Talbot en vingt minutes, le gardien d’Edmonton n’a été sollicité qu’à 10 reprises au cours des 40 dernières minutes de jeu. Tout et chacun du côté des Montréalais savaient qu’il est presque impossible de l’emporter avec une prestation de la sorte.

« En deuxième période, nous étions trop confiants et nous avons arrêté de diriger la rondelle en direction de leur filet. Notre plan de match consiste justement à faire ça, à travailler fort sur l’échec-avant et à remporter nos batailles. C’était inexistant après la première période », atteste Max Pacioretty. « Ils ont profité de leur excellentes chances et ils ont d’excellents joueurs. Au bout du compte, nous ne jouions pas comme nous en sommes capables pendant deux périodes. C’est ça selon moi qui a fait la différence dans la rencontre. »

Au terme des deux premières rencontres de ce voyage dans l’Ouest canadien, nul besoin de dire que les résultats n’ont pas été ceux qu’espérait le bleu-blanc-rouge lorsqu’il a quitté Montréal dimanche. Il lui reste encore une occasion de se racheter et cette occasion arrivera très rapidement puisque le Tricolore sera à l’œuvre dès vendredi, face aux Flames à Calgary. Affronter une équipe qui connait des ennuis dernièrement et qui n’affiche qu’une victoire en cinq sorties devant ses partisans cette saison pourrait être le remède idéal pour renouer avec la victoire. Si les deux premiers revers ont été difficiles à avaler pour différentes raisons, chasser le méchant et reprendre le collet rapidement plutôt que d’attendre pourrait être une excellente motivation lorsqu’ils sauteront sur la glace du Saddledome.

« C’est naturellement très décevant. Ce sont deux matchs que nous voulons oublier. Mais en même temps, il faut apprendre de ces défaites », conclut le capitaine du Tricolore. « Je suis heureux de jouer vendredi soir. Nous avons maintenant la chance de mettre ces revers derrière nous. Nous verrons ce que nous aurons dans le ventre demain. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Faits saillants: Canadiens @ Oilers
Échos de vestiaire
Le jeu des chiffres - 29 octobre 2015 
Du Wisconsin à Boston

En voir plus