Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Clark Smith sur Sam Smith : « Il est une lumière dans nos vies. »

Sam Smith a signé un contrat d'un jour avec les Canadiens lundi, avant de se joindre à ses héros sur la patinoire du Complexe sportif Bell

par Matt Cudzinowski. Traduit par Thibault Deneufbourg @CanadiensMTL / canadiens.com

BROSSARD - La journée du 7 juin 2018 sera gravée à jamais dans l'esprit du jeune Sam Smith.

C'est ce jour-là qu'un lymphome de Hodgkin de stade III a été officiellement diagnostiqué au IWK Health Centre d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, chez cet enfant de 11 ans originaire de Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

« Au début, c'était très dur, » dit Sam. « La journée où nous avons appris la nouvelle était probablement l'un des pires jours de ma vie et de celle de ma famille. »

Les vies de Clark et Leanne, parents de Sam, ont été bouleversées depuis ce moment, naturellement.

« Tout est allé très vite. Il y avait beaucoup de choses que nous ne comprenions même pas, » a dit Leanne. « J'ai tout dû noter dans des carnets parce que nous ne connaissions pas vraiment la maladie. Tu entends lymphome de Hodgkin, et tu penses que c'est une chose, mais il y a plein de variations qui sont possibles ».

Huit jours plus tard, Smith a subi sa première série de chimiothérapie, qui a duré quatre longs mois, suivi d'un mois de radiothérapie.

« Ce fut une grande déception pour nous de découvrir que la chimiothérapie seule ne fonctionnait pas assez bien et qu'il devait subir la radiothérapie », a mentionné Leanne. « C'était très décourageant pour Sam. »

Mais Sam n'allait pas laisser le cancer gagner la bataille. Ses soignants non plus.

L'une d'entre elles, en particulier, a fait de son mieux pour qu'il se sente à l'aise pendant cette dure période de quatre semaines en y intégrant les Canadiens de Montréal, dont Sam est passionné.

« Quand nous sommes entrés, elle s'appelait Jennifer, elle est aussi fan des Canadiens. Elle a demandé à Sam quelle était son équipe de hockey préférée et il était tout excité », se rappelle Leanne. « Quand ils te mettent un masque de radiation, c'est très désagréable, tu ne peux pas bouger, tu es attaché, tu crois que tu peux plus respirer. Mais lorsqu'elle a ramené le masque avant un traitement, et qu'il était couvert de logos des Canadiens, le visage de Sam s'est illuminé. Ça a beaucoup aidé. »

Le 4 mars 2019 est une autre journée que la famille Smith n'oubliera pas de sitôt.

C'est alors qu'ils ont appris que la dernière série de tests médicaux de Sam n'avait révélé aucune cicatrice importante sur ses ganglions lymphatiques et qu'il n'y avait aucune cellule cancéreuse active dans son corps.

« C'était une très bonne nouvelle. Nous devons faire des tests tous les trois mois pendant la première année suivant le traitement. C'est très stressant, mais son pronostic est bon », partage Leanne. « Avec la radiothérapie, ses chances de vivre sans cancer ont augmenté de 95 %. »

Réaliser son rêve

Après avoir courageusement lutté contre sa maladie et surmonté le défi, le vœu de Sam d'être membre des Canadiens pour une journée a été exaucé lundi au complexe sportif Bell à Brossard avec l'aide de la Fondation Rêves d'Enfants et la Fondation des Canadiens pour l'enfance.

La journée a débuté par une rencontre dans le bureau du directeur général Marc Bergevin. Accompagné de ses parents et de sa sœur, Sally, Sam a signé un contrat d'un jour avec le club.

« C'était tellement cool quand il est sorti de son bureau, » dit Sam. « J'ai dit : "C'est Marc Bergevin !" Et quand j'ai signé mon contrat, c'était encore plus cool. »

M. Smith était ravi de voir Sam signer son contrat, épaulé par Bergevin tout au long du processus de signature.

« Le voir signer le contrat était probablement la pièce la plus importante de ce puzzle. C'était probablement un moment précieux pour Samuel. C'était très émouvant que cela se produise dès le début », explique Clark. « L'année a été difficile et ce sont de tels moments qui sont importants pour nous. Je serai partisan des Canadiens pour le reste de ma vie maintenant. Quand je rentrerai chez moi, je ferais peut-être peindre ma voiture en bleu et rouge. »

Ensuite, Sam a eu l'occasion d'aller sur la glace avec certains de ses héros avant que la pratique ne commence.

Après une brève conversation avec Shea Weber, Brendan Gallagher, Max Domi et Carey Price, entre autres, c'était au tour de Sam de mettre ses compétences en valeur en affrontant le gardien tout-étoile, un contre un.

« J'ai marqué quelques buts contre lui. J'en ai compté un bon aussi. C'était vraiment cool de marquer sur Carey Price, » a dit Sam, qui est défenseur pour les Kings de Fredericton Peewee. « Au début, je voulais tirer de chaque côté plusieurs fois, puis en bas à gauche. J'ai marqué sur ce coup, mais après ça, il savait ce que j'allais faire. Alors, je suis monté, j'ai ramené la rondelle vers moi, j'étais au bord du filet et je l'ai mise dedans. Gallagher voulait que je fasse la feinte de Pavel Datsyuk. »

Apparemment, Sam s'est bien préparé avant son duel avec le numéro 31 des Canadiens.

« Depuis une semaine, lui et moi avons probablement parlé de ce qu'il allait faire s'il avait l'occasion de se mesurer à Carey. Il est très méthodique. Il avait tout planifié, » explique Clark. « Chaque mouvement était prémédité et planifié. Max l'a bien préparé. Et Gally, ils lui ont fait quelques bonnes passes. Il est dans les annales maintenant. C'est le plus petit joueur de l'histoire de la franchise. »

C'est peut-être vrai, mais il est facile de voir que Sam - dont le surnom est « Sam le guerrier » - a aussi un grand cœur.

« À tous les égards, l'étiquette de 'guerrier' correspond bien à Samuel. Il est très optimiste. Il est tellement fort », a dit Clark. « C'est une lumière dans nos vies. »

Mardi soir, Sam et sa famille regarderont les Canadiens affronter les Red Wings de Detroit au Centre Bell pour conclure une expérience magique.

Ce sera le premier match de la LNH de Sam, et il y en aura sans aucun doute beaucoup, beaucoup plus à venir !

En voir plus