Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Saisir sa chance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Mike Condon a forcé la main de Marc Bergevin.

Le gardien de 25 ans fait partie des 23 joueurs qui amorceront la saison 2015-2016 avec le grand club, a annoncé le directeur-général lundi matin après l’entraînement du Tricolore. Le cerbère ne lui a pas donné le choix, de son propre aveu.

« Est-ce qu’on se serait attendu à ça il y a trois semaines? Non. Mais par son rendement, il a fait sa place dans l’alignement », a souligné Bergevin, à propos du gardien qui n’a accordé aucun but et réalisé 39 arrêts en 90 minutes de travail lors des matchs préparatoires. « Les joueurs prennent des décisions pour nous. Je suis toujours très réceptif aux jeunes qui poussent. Mike Condon nous a forcé la main, et pour moi, c’est très positif. »

Le principal intéressé était encore en train d’absorber pleinement la nouvelle lorsqu’il a rencontré les journalistes en sortant de la glace.

« C’est une journée très occupée et on vient de finir un entraînement très chargé – je l’ai appris ce matin et je n’ai pas parlé à mes parents encore! », s’est exclamé celui fera vraisemblablement ses débuts dans la LNH au courant des prochaines semaines.

Embauché à titre de joueur autonome par les Canadiens en mai 2013, Condon venait tout juste de terminer son parcours universitaire et se croyait encore bien loin de la LNH à ce moment-là. Mais deux saisons fructueuses – à Wheeling dans la ECHL en 2013-2014 et à Hamilton dans la Ligue américaine en 2014-2015 – ont convaincu la direction du Tricolore de lui donner une première chance dans les ligues majeures.

« Ça a été deux longues années. Il y a eu beaucoup de développement et d’apprentissage pour ne pas perdre ma concentration. J’ai passé de bons moments à Wheeling et à Hamilton. J’essaierai d’utiliser ici ce que j’ai appris-là-bas », de souligner le gardien originaire du Massachussetts, qui a enregistré 23 victoires à chacune de ses deux dernières campagnes. « [D’atteindre la LNH], ça fait partie de mes plus grands moments en carrière. Je suis très heureux de la chance que j’ai et je vais travailler très fort pour rester ici. »

Peu nombreux sont ceux qui croyaient Mike Condon être en mesure de se tailler une place avec le Tricolore à l’ouverture du camp d’entraînement. Il a avoué lui-même ne pas s’en être trop soucié, car à trop faire de calculs, on finit par se perdre.

« En tant que joueur, ce que tu peux contrôler est très limité. Je sais que ça sonne cliché, mais lorsque tu commences à penser aux X et aux O et aux places disponibles dans l’alignement, ça te déconcentre. J’ai donc pris ce camp un jour à la fois», d’ajouter Condon, qui luttait avec Dustin Tokarski – placé au ballotage mercredi – pour le poste de second à Carey Price. « C’est une business. C’est dur et je sais que ce qui m’a été donné peut m’être enlevé aussi rapidement. Je vais travailler fort pour rester aussi longtemps que possible. Tu ne peux pas prendre un jour pour acquis dans la LNH. Je sais à quel point c’est difficile d’y rester. »

Coéquipier de Condon dans la Ligue américaine la saison dernière et désormais à Montréal, Jarred Tinordi sait à quoi s’attendre du nouveau cerbère des Canadiens.

« Il a été incroyable pour nous là-bas, il est tellement gros devant son filet. Il est prêt à jouer à chaque soir, ce qui est une bonne raison de son succès. Il travaille fort, tu sais ce que tu obtiendras de lui à chaque match », d’expliquer le grand défenseur, qui a disputé 44 rencontres dans la Ligue américaine la saison dernière. « Je trouvais qu’il jouait très bien la rondelle durant le camp d’entraînement, ce qui nous aide beaucoup – surtout rendu dans la LNH. Évidemment, Carey Price est le meilleur de la Ligue à ce chapitre, mais Condon a très bien fait aussi. »

Habitué à obtenir la majorité des départs devant le filet lors des deux dernières campagnes, Condon s’attend inévitablement à voir moins de glace cette saison, comme la plupart des gardiens réservistes au numéro 31 des dernières années. Mais son rôle n’en demeure pas moins important, croit-il.

« Je n’étais pas le gardien partant à l’université, donc je suis familier avec ce rôle. Je sais ce qu’on attend de moi. Je sais que les entraînements sont comme des matchs. Tu dois te battre à chaque jour », de conclure Condon, qui a partagé le filet avec Sean Bonar pendant trois ans à Princeton. « Le défi est de rester concentré, ne pas devenir trop confortable et essayer de rendre les autres meilleurs autour de toi. Ce sont les détails qui font la différence. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
Échos de vestiaire
La boule de crystal
Tomas Fleischmann sous contrat pour la saison 2015-2016
Que la saison commence!

En voir plus