Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Saisir sa chance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL -- Lorsque Benoit Pouliot est débarqué à Montréal, ce n’était clairement pas pour jouer les touristes.

Après quatre saisons difficiles avec le Wild où il a fait la navette entre le Minnesota et le club-école à Houston, Pouliot est plus que déterminé à faire sa place et son nouvel entraîneur Jacques Martin l’est tout autant à ce qu’il la prenne.

« Benoit a une très bonne attitude depuis son arrivée », a indiqué Martin. « Pour les jeunes joueurs, la maturité est souvent un facteur. C’est un bon jeune et il souhaite saisir cette deuxième chance qui lui est offerte. Nous aimons beaucoup ses habilités et sa vitesse et qu’il n’ait pas peur d’aller se salir le nez. La clé pour lui sera la constance. »

Et cette constance provient de la confiance que lui voue le pilote du Tricolore. Pour une troisième rencontre de suite jeudi contre les Panthers, Pouliot a été utilisé plus 15 minutes trois matchs de suite, une première pour lui depuis le début de sa carrière dans la LNH.

Les résultats sont probants. Le premier choix du Wild en 2004 a délié les cordages quatre fois à ses six derniers matchs, une première également pour lui, avec deux buts gagnants, dont celui de la victoire contre la Floride, son premier filet au Centre Bell.

« Un but, c’est un but et je les prends toujours », a indiqué Pouliot, le sourire pendu aux lèvres. « Inscrire le but gagnant est toujours encore plus agréable. Il faut dire que je n’avais jamais eu autant de temps de glace, c’est certainement un plus. »

« Ce fut un très bon ‘feeling’ d’entendre mon nom au Centre Bell pour la première fois », a poursuivi l’athlète natif d’Alfred en Ontario. « Ça m’a donné des frissons. Montréal est vraiment comme nulle part ailleurs. Je suis très soulagé que ce premier but soit derrière moi. »

S’il ne se plaint certainement pas de son utilisation, Pouliot n’a également rien à redire sur ses compagnons de trio Scott Gomez et Brian Gionta.

« La chimie est bonne entre nous », a expliqué Pouliot. « C’est très agréable de jouer avec ces deux très bons joueurs comme Brian et Scott. Je me dois de leur créer de l’espace, d’être le premier sur la rondelle et ensuite d’aller me placer devant le filet. Scott est tellement un bon passeur et Brian est tout un marqueur.»

Pouliot ne se contente pas seulement de la théorie, selon Gionta. Il met le tout en pratique.

« Il a un bon gabarit et il apporte de la robustesse à notre trio », a soutenu Gionta. « Il est un atout pour notre trio et il le prouve au cours des derniers matchs. La qualité de son lancer est également sous-estimée et on a pu voir ce qu’il a fait contre Vokoun. »

Comme quoi, les cocons peuvent même éclore en hiver à Montréal.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Nouvelle année, même Halak
Le jeu des chiffres - 7 janv. 2010 
Bilan de mi-saison: les résultats 
En voir plus