Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Retrouver ses pantoufles

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Après un vol de retour tardif, les Canadiens se sont regroupés dimanche après-midi le temps d’une rencontre d’équipe, un entraînement léger et un match de soccer amical en vue du match numéro 3 lundi soir. Avec une victoire dans leurs bagages de retour de la capitale américaine, les Canadiens sont impatients d’amorcer la série pour vrai, à Montréal.


L’homme en plus : Les Canadiens sont de retour à Montréal et se préparent pour la rencontre #3, bénéficiant maintenant de l’avantage de la glace. Brian Gionta et Marc-André Bergeron ont leur petite idée sur ce sujet.

«L’avantage de la glace, c’est majeur. On s’en est rendu compte à Washington. Jouer dans le building des Capitals, c’est assez difficile » a avoué Brian Gionta, qui revient à la maison avec deux points en deux matchs. « Maintenant, on revient à Montréal, au Centre Bell. Les fans adorent l’équipe, c’est vraiment bruyant. Jouer mon premier match en saison régulière ici a déjà été quelque chose de spécial, alors en séries éliminatoires, ce sera encore plus spécial. »

De son côté, un petit gars de la place vivra sa toute première expérience de séries éliminatoires devant la foule montréalaise. Pour Marc-André Bergeron comme pour plusieurs autres, ce sera l’occasion de connaître la fièvre des séries dans la métropole.

« Demain, on a une chance de jouer devant notre gang et on va essayer d’en profiter » mentionne Bergeron qui comme plusieurs autres, disputera sa première rencontre éliminatoire au Centre Bell, sous la bannière tricolore. « C’est certainement un avantage plus qu’un inconvénient. Certains gars vont être plus nerveux en début de période, mais au final, c’est certain que c’est une bonne chose. Il s’agit maintenant d’un trois de cinq et on a trois rencontres à domicile. C’est excitant.»

Près d’un retour : Faisant partie des rangs des vétérans qui ont déjà connu la folie des séries à Montréal, Glen Metropolit aimerait aider ses coéquipiers le plus rapidement possible, lui qui se remet d’une blessure au haut du corps.

«Ça fait vraiment du bien de sentir qu’on se rapproche d’un retour au jeu, spécialement en ce temps-ci de l’année » a laissé savoir Metropolit, qui ne sait toutefois pas s’il pourra participer à la rencontre de lundi. «J’ai hâte de sauter dans la mêlée. Ça a été des vraies montagnes russes. J’étais sur la galerie de presse pour le match #2 et je sautais sur place durant la rencontre. »

Qui sortira de l’île ?: Quand on joue une série quatre de sept contre le joueur le plus exubérant de la LNH, c’est certain qu’il y aura quelques petites discussions à micros interposés entre les rencontres. Après qu’Alex Ovechkin eut affirmé que la main de Jaroslav Halak tremblait lors du match de samedi soir, Michael Cammalleri était plus intéressé à savoir qui allait se faire sortir de l’île lundi soir.

« C’est un peu comme un roman savon. C’est notre version de n’importe quelle télé-réalité que vous écoutez en ce moment, ce qui est très intéressant. Vous avez les bons et les méchants, comme ils disent… mais qui sont les bons et qui sont les méchants ? » a rigolé Cammalleri, qui a émergé comme un des héros des séries jusqu’à présent, avec quatre points en deux rencontres contre les Caps.
 
« Le hockey a changé un peu dans ce sens » a continué le tireur d’élite de 27 ans. «Avant, il ne fallait rien dire, et je ne crois pas qu’on en donne tant que ça, mais je n’ai aucun problème avec des personnalités comme Alex Ovechkin. Je crois que les gars doivent pouvoir s’exprimer et qu’un peu d’individualisme n’est pas de trop – en autant que vos coéquipiers l’apprécie, c’est tout ce qui compte. »

Concernant les allégations de Ovi, Cammalleri a laissé savoir que c’était une théorie avec laquelle il n’était pas du tout en accord.

«Jaro est très calme dans son filet et je ne l’ai jamais vu trembler devant personne. Ça ne m’inquiète pas » a laissé savoir Cammalleri. « De ce que j’ai entendu, il semble être confiant. C’est bon pour le sport. Ovechkin est un joueur flamboyant et j’aime bien ce petit extra dans le jeu. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À voir également:
Centrale des séries
La fièvre se transporte à Montréal 
On s'en vient à la maison 
Le jeu des chiffres - 17 avril 2010 
Sortir en lion 
En voir plus