Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Retour aux sources

par Staff Writer / Montréal Canadiens

WINNIPEG – Dale Weise réalisera son rêve le plus cher jeudi. Jouer devant famille et amis, dans sa ville natale, en portant le chandail… des Canadiens.

Certes, l’ailier droit de 26 ans y avait déjà joué. Une fois, avec les Canucks. Et disons que cette rencontre lui avait laissé un goût plutôt amer dans la bouche.

«La dernière fois que je suis venu ici, je jouais avec les Canucks. Ce n’était pas l’expérience complète. J’avais effectué quelque chose comme trois présences sur la glace. C’était plutôt décevant », explique Weise, qui disputait alors son tout dernier match dans l’uniforme de Vancouver, se voyant échangé à Montréal trois jours plus tard, soit le 3 février 2014. «C’est bien plus spécial cette fois-ci, alors que je peux jouer devant ma famille et mes amis. J’étais partisan des Canadiens dans ma jeunesse. Mes amis et ma famille le savent. Ils ont toujours été partisans également. Ça va être vraiment cool de jouer ici, c’est certain. »

Quatre-vingt-neuf matchs plus tard, c’est avec une tout autre assurance que celle qu’il avait sous John Tortorella que Weise s’amène dans la capitale manitobaine. L’attaquant de 6-pieds-2, qui avait été repêché par les Rangers en 2008, connaît les meilleurs moments de sa carrière, ayant récolté 28 points en 2014-2015, soit bien au-delà des 16 points amassés en 2013-2014, ce qui constituait son plus haut total en carrière. C’est donc à un Dale Weise 2.0 qu’auront droit ses supporteurs, qui seront mitigés entre leur amour des Jets et celui pour leur ami d’enfance. Mais une chose est certaine, il ne se sentira pas seul.

«J’ai plein d’amis ici. Mon grand-père et ma grand-mère y seront. Mon frère, sa femme et la famille de celle-ci aussi. J’ai plein d’amis qui y seront. Ça va me coûter mon salaire du match, mais ça le vaut amplement. On vient seulement ici une fois par année et j’avais vraiment hâte de jouer ce match», mentionne Weise, qui avoue que le 26 mars a été la première date encerclée sur son calendrier en vue de la présente saison. Ça et le match d’ouverture à domicile.

«De jouer pour les Canadiens est un rêve qui devient réalité. Je suis allé à quelques matchs des Jets de Winnipeg dans ma jeunesse, mais de jouer à la maison, à Winnipeg, dans l’uniforme des Canadiens de Montréal, il ne pouvait pas y avoir de meilleur scénario pour moi», a ajouté le numéro 22 du Tricolore. «Pour mes parents, ça va être le match le plus spécial. Nous parlions toujours des Canadiens quand j’étais jeune. Je leur disais que je voulais jouer dans la LNH, pour les Canadiens.»

Dale Weise a toujours été un grand partisan des Canadiens.

Même s’il aura bon nombre de papillons dans le ventre, personne dans le vestiaire des Canadiens n’est autant préparé pour l’atmosphère du MTS Centre que le Winnipegois d’origine.

«L’ambiance est déjantée. C’est une ville tellement passionnée. L’aréna est vraiment petit, mais la foule y est tellement bruyante. Je sais que jeudi soir, ce le sera particulièrement. Il y a plein de partisans des Canadiens ici. Ça va être excitant », mentionne celui qui verra une marée rouge tenter de supplanter la marée de bleu dans les gradins de l’amphithéâtre de 15 004 places. «Je crois que ma mère, Barb, va porter un chandail de Montréal. Mon père est plutôt timide, mais je suis certain qu’il portera sa casquette des Canadiens. »

S’il sait qu’une guerre fera rage dans les gradins, il sait également que tout se passe d’abord et avant tout sur la glace et il s’attend à une rencontre corsée.

«Le niveau de compétition sera à son maximum. Ils se battent pour une place en séries », rappelle celui dont l’équipe a atteint la barre des 100 points mardi à Nashville et qui pourrait s’assurer d’une place dans la grande danse du printemps avec un gain à Winnipeg.

Pour les Jets, la situation est loin d’être aussi simple. Avec 88 points en banque, ils se battent pour faire partie des équipes repêchées pour le tournoi printanier, mais la compétition est féroce avec les Kings, qui ont 86 points, avec un match en main sur les Jets. Chaque match est donc un match suicide pour la troupe Paul Maurice

Mais peu importe les chiffres, peu importe les enjeux et même peu importe les résultats, la rencontre de jeudi soir occupe déjà une place de choix dans la mémoire de Dale Weise.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale
Échos de vestiaire en vrac
Le club des centenaires
Le dernier mille
Carburer au changement

En voir plus