Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Rester en vie

par Staff Writer / Montréal Canadiens
WASHINGTON – Comme ça, personne ne croit que les Canadiens peuvent l’emporter sur les Caps? Il n’y a rien de plus faux.


La plupart des jetons sont du côté des Capitals. Peu de gens à l’extérieur du vestiaire du Tricolore croient aux chances de remonter son déficit de 3 à 1 dans la série, mais pourquoi les Canadiens devraient-ils les écouter ? Personne ne leur donnait une chance de l’emporter avant d’amorcer la série, mais le troupe de Jacques Martin a remporté le match numéro 1 et a eu à un moment une avance de 4 à 1 dans le match numéro 2, dans le même bâtiment où ils se battent pour poursuivre leur saison ce soir.

«Nous sommes très concentrés, nous savons ce que nous avons à faire et ce qui doit arriver. Nous savons aussi que nous pouvons bien jouer dans leur domicile, nous l’avons prouvé », a déclaré Travis Moen. « Le but est simple. Nous voulons retourner à Montréal pour jouer un autre match de hockey. C’est la seule chose qui nous importe en ce moment. »

Malgré la possibilité d’avoir à serrer les mains de leurs adversaires ce soir au milieu du Verizon Center en cas de défaite, les Canadiens ne veulent rien savoir d’une victoire morale contre les Capitals.

«Je ne vois pas ça comme une question de fierté ou de se laisser aller sans résister. Il s’agit seulement de gagner une partie de hockey et de remettre cette série sur ses rails. Rien de moins », a laissé savoir Michael Cammalleri, qui a combiné un total de 15 points avec ses compagnons de trio Tomas Plekanec et Andrei Kostitsyn. 

«Je le dit depuis le début, nous ne pouvions pas espérer réduire ces gars-là au silence. La seule chose qu’on peut faire, c’est d’essayer de les contenir et de limiter les dommages », a poursuivi Cammalleri. «Pour les battre, nous avons besoin de marquer plus de buts, c’est aussi simple que ça.»

Alors que Cammalleri, de même que tous ses autres coéquipiers seront occupés à percer le secret de Semyon Varlamov, ce sera le travail de Jaroslav Halak de freiner Alex Ovechkin et l’offensive explosive des Capitals.

« Depuis la pause olympique, Jaro a joué de gros matchs, surtout entre autres, lorsqu’on avait besoin d’une victoire comme à Philadelphie et à Buffalo. Ce sont des matchs qu’il a su remporter », a expliqué Jacques Martin au sujet du choix d’envoyer le Slovaque dans la mêlée. « Et en plus il a gagné le premier match de la série ici-même, alors je lui donne une autre opportunité.»

Durant sa première année derrière le banc des Canadiens, Martin a appris une chose ou deux à propos de ses joueurs. C’est pourquoi il n’est pas convaincu que les Capitals ont tout vu des Canadiens dans cette série.

« Durant la saison, on a vécu plusieurs situation d’adversité. On a un groupe qui est capable d’en prendre et qui s’est montré à la hauteur de la situation », a ajouté Martin. « Ce soir, c’est justement un cas comme ça et je suis confiant que les joueurs vont élever leur jeu, donner un meilleur effort et donner la possibilité de remporter le match. »

Le joueur dans le vestiaire qui a certainement résumé de la façon la plus concise l’état d’esprit dans lequel se trouvent les joueurs du Tricolore est certainement Benoît Pouliot.

«Il ne veulent pas retourner à Montréal. Nous.... on le veut », a indiqué Pouliot. «Ce soir, ce sera une bataille.»

En disant ça, il parlait non seulement au nom des vingt joueurs qui seront sur la glace ce soir, mais probablement au nom des milliers des partisans des Canadiens à travers le globe.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À voir également:
Face à face #5 : Canadiens-Capitals
Cinq choses à savoir : Match 5 
Donner un pouce, prendre un pied 
Le tout pour le tout 
En voir plus