Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Rendez-vous CH: Geoff Molson

Geoff Molson au sujet de la stratégie de communications et des joueurs québécois

par Canadiens de Montréal @CanadiensMTL / HabsTV

Rendez-vous CH #2 – Geoff Molson

RVCH: Entrevue exclusive avec Geoff Molson

Le président des Canadiens Geoff Molson parle de ses attentes pour 2016-2017 avec Marc Denis lors du 2e épisode de Rendez-vous CH

  • 06:22 •

Le président et chef de la direction des Canadiens, Geoff Molson, discute de la stratégie de communications de l'équipe, des joueurs québécois et de plusieurs autres sujets, dans une entrevue exclusive avec Marc Denis, pour HabsTV.

Marc Denis : Geoff Molson, propriétaire et président du Club de hockey Canadien, l'organisation est passée à travers une vague de changements au courant de la saison morte. En tant que chef de la direction, quel est le genre d'identité que cette équipe-là possède aujourd'hui?

Geoff Molson : C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de changements. C'était le temps de les faire. J'étais complètement derrière notre DG avec ce qu'il voulait faire. Je pense qu'on a apporté un peu plus de leadership, beaucoup plus de leadership. Je pense que l'équipe, dans le vestiaire, va être plus confortable et plus à l'aise de performer et de parler. Je pense qu'en général, l'esprit d'équipe va être beaucoup plus fort.


MD : On parle beaucoup de leadership, de changer l'attitude. Est-ce qu'il y avait d'autres objectifs qu'on cherchait à accomplir dans cette vague de changements-là au courant de l'été?

GM : Je pense qu'après avoir connu une saison - une demi-saison - aussi désastreuse qu'on a connue, il fallait faire des changements. Il y a certains éléments qu'on n'a pas trouvés pendant la période où on n'a pas bien performé. Plus de caractère, un peu plus de vécu. Marc (Bergevin) a réussi à amener beaucoup de caractère, c'est certain. Andrew Shaw et Alexander Radulov - un des enjeux l'année passée, c'était qu'on ne comptait pas assez de buts sur l'avantage numérique et même à cinq contre cinq - ça va nous aider. Et c'est certain que Shea Weber est un grand leader, qui est respecté à travers la Ligue nationale, alors c'est excellent.

MD : Vous avez parlé il y a quelques années lors de vos prédictions que de gagner la coupe Stanley devrait toujours être l'objectif pour les Canadiens de Montréal. En ce début de saison, est-ce que c'est votre attitude également pour cette année?

GM : C'est toujours l'objectif, c'est certain! Mais on le prend en phases. C'est une longue saison. La mentalité qu'il faut avoir, c'est de toujours bien commencer la saison et avec un bon début, on peut bâtir sur ça. Après, on vise une participation aux séries et une fois en séries, je pense que tout le monde a le même objectif, soit de gagner la coupe.

MD : Si on regardait du côté des critiques qui ont été adressées à l'organisation, à l'équipe l'année dernière - vous avez parlé de la moitié de saison désastreuse - il y a eu des critiques au niveau de la transparence, de la communication, en fait du manque de communication. Pour une personnalité comme vous qui êtes si près du public, actif sur les réseaux sociaux, est-ce que ç'a été un irritant d'entendre que votre organisation ne communiquait pas bien ou faisait des cachettes au public?

GM : C'est difficile d'entendre qu'on ne communique pas assez, ou pas assez bien. On communique à tous les jours. On veut communiquer. Notre coach est devant les médias tous les jours. C'est impossible pour nous de cacher quelque chose parce que ça va se savoir. Il y a certaines situations par contre où il n'y a aucun DG, aucun propriétaire ou aucun entraîneur qui va en parler. Et quand un de nos joueurs vedettes est blessé, on ne veut pas que les autres équipes le sachent. Si on commence à communiquer spécifiquement ce qu'est la blessure, ça ouvre la porte aux autres équipes à savoir ce qui se passe. Alors, il y a des situations où on ne peut pas communiquer, pour protéger le joueur. Mais la majorité du temps, on veut communiquer, partager nos nouvelles et j'espère que les gens vont voir une amélioration dans cet aspect cette année.

Tweet from @GMolsonCHC: Bonne saison! Have a great season. #GHG

MD : Donc vous dites que vous voulez voir une amélioration, vous êtes personnellement très actif sur les réseaux sociaux avec un compte Twitter. Est-ce que c'est vous qui contrôlez ce compte Twitter et est-ce que vous restez vraiment au fait de ce que les amateurs vous communiquent directement?

GM : Oui, c'est moi. Je le regarde tous les jours et après une défaite, c'est moins intéressant de le regarder, mais je pense que ça fait du bien d'entendre les partisans via Twitter et de savoir comment ils pensent, d'avoir leur opinion. Parfois, je partage la même, parfois non. Mais en général, d'être à l'écoute via Twitter, je trouve ça utile.

Video: Pacioretty... Desharnais... et le but!

MD : Un autre des reproches - vous dites que vous connaissez les partisans, que vous entendez ce qu'ils disent - ; le fait francophone revient à la surface. En début de mois, des joueurs comme (Charles) Hudon, (Mark) Barberio et (Stefan) Matteau ont été rétrogradés dans la Ligue américaine. Est-ce que le fait qu'il y ait peu de joueurs francophones au sein d'une formation qui, historiquement, en a compté beaucoup pendant ses années glorieuses, est-ce que ça inquiète Geoff Molson?

GM : La première chose qui m'inquiète, c'est d'avoir la meilleure équipe possible sur la glace. Ça, c'est la responsabilité de Marc. Et Marc a recruté beaucoup de francophones autour de l'équipe, les coachs, les assistants au DG, qui sont presque tous francophones bilingues ou anglophones bilingues. C'est un bon début. Nous avons embauché des recruteurs qui sont exclusivement au Québec et on repêche des Québécois quand ils sont disponibles et quand on reconnaît qu'ils sont le meilleur choix. C'est triste de voir moins de Québécois dans la Ligue nationale en général, mais la compétition pour avoir les meilleurs joueurs - que ce soit des Québécois, des Russes, des Américains ou peu importe - est féroce. On veut avoir plus de Québécois, mais s'ils ne sont pas là quand on doit faire notre choix, il faut choisir le meilleur. C'est beaucoup plus compliqué que de juste avoir plus de Québécois dans l'équipe.

MD : Avant qu'on se laisse, en ce début de saison, quel est le message le plus important que vous voulez laisser aux partisans des Canadiens de Montréal?

GM : Nous avons amélioré notre équipe. Elle va être très intéressante à voir sur la glace. Et je pense que c'est une équipe qui sera plus capable de se sortir des moments difficiles dans une saison, ce qu'on n'a pas vraiment vu l'année passée. Mais cette année, c'est une équipe avec du caractère, qui va être capable de se sortir des moments qui seront plus difficiles et profiter des bons moments.

En voir plus