Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Quand tout va bien

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – David Desharnais connait actuellement les meilleurs moments de sa saison, et il ne semble pas vouloir que cela s’arrête.


Fraîchement nommé troisième étoile de la dernière semaine d’activité dans la LNH, David Desharnais est actuellement sur un nuage. Connaissant des hauts et des bas depuis le début de la campagne, l’attaquant de 28 ans s’est ressaisi dernièrement, séquence qui a coïncidé avec son retour au centre face aux Sabres mardi dernier.

Dans une rencontre où les Canadiens ont constamment frappé à la porte et bourdonné autour du filet des Flyers, Desharnais a été un des joueurs montréalais qui a toujours fait sentir sa présence près de Ray Emery. Passant très près d’ouvrir la marque lors du premier vingt - son tir a terminé sa course sur le poteau - sa patience lui a rapporté, inscrivant le but décisif en prolongation dans une victoire de 2 à 1 du Tricolore au Centre Bell.

« Aller chercher la victoire, c’est ça l’important. C’est sûr que c’est toujours le fun de contribuer, surtout en prolongation comme ça », admet Desharnais, qui a été nommé la première étoile de la rencontre. « Quand toutes les choses vont de ton côté, c’est toujours amusant. Au cours d’un match, tu vas avoir des bizarres d’opportunités. C’est le fun de pouvoir se reprendre comme ça en prolongation. »

Des quatre gains acquis par Montréal en prolongation cette saison, Desharnais compte maintenant deux des buts victorieux, lui qui avait également procuré la victoire à son équipe face aux Red Wings au Centre Bell en octobre. Le fait qu’il ait marqué avant les tirs de barrage était probablement une bonne nouvelle puisque le Tricolore n’a remporté aucun de ses duels en pareille situation en 2014-2015.

Il s’en est fallu de peu pour que Desharnais et ses coéquipiers n’obtiennent même pas l’occasion de se rendre en surtemps, ne faisant bouger les cordages pour la première fois avec un peu plus de sept minutes à écouler en temps réglementaire. Pour une équipe qui se bat pour sa survie comme les Flyers, ils ne semblaient pas se préoccuper de leur position au classement, comme le démontre leur fiche de 6-2-2 à leurs 10 dernières parties. Avant même que le bleu-blanc-rouge ne saute sur la patinoire mardi soir, il savait qu’il devrait se méfier et que compléter un premier balayage en saison régulière face à Philadelphie depuis 2007-2008 ne serait pas acquis.


« Ce n’est jamais facile dans cette ligue-là. On est en haut dans le classement et il y a des équipes qui veulent nous battre et ce n’était pas différent ce soir. On savait que les Flyers étaient sur une bonne séquence », mentionne Desharnais, qui a maintenant amassé huit points à ses quatre dernières rencontres. « Ils ont bien joué en première période et ce n’était pas notre meilleure non plus. C’est sûr que lorsque l’autre équipe marque le premier but, on joue toujours un peu plus sur les talons. On revient souvent en troisième période, c’est souvent notre meilleure période. On met souvent la rondelle profondément dans la zone. Les autres équipes semblent toujours un petit peu plus fatiguées en troisième période. »

Revoyez le but gagnant de Desharnais
Avec un calendrier fort chargé d’ici la fin de la saison régulière, le Tricolore aura besoin de l’apport de tous et chacun dans le vestiaire s’il souhaite passer au travers des prochaines semaines. La contribution de Desharnais dernièrement aura permis à son équipe de rebondir suite à quelques défaites récentes, et sa vision du jeu permet à ceux qui évoluent à ses côtés de profiter de sa créativité, à leur plus grand plaisir.

« Il lit le jeu aussi bien que quiconque. Il est tellement bon. Vous pouvez lui laissez la rondelle dans un trou pour une seconde et il aura une chance de marquer », souligne Dale Weise, qui a rejoint Desharnais sur le premier trio des Canadiens depuis la partie de samedi face aux Devils. « Vous regardez son but ce soir et il était ennuyé par son adversaire. Mais il a trouvé une manière de mettre son bâton sur la rondelle et de la placer dans le haut du filet. C’était tout un effort individuel de sa part. »

Un sentiment de déjà vu, vous ne trouvez pas?

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Échos de vestiaire
Le jeu des chiffres - 10 février 2015
Un grand bâtsseur des Canadiens, Claude Ruel, s'éteint à l'âge de 76 ans
David Desharnais nommé troisième étoile de la semaine dans la LNH
La fondation des Canadiens pour l'enfance lance sa campagne «Attachez-vous à la cause»

En voir plus